• Poèmes de pays divers

    3 pages

  • Psaume 41

     

    La coque du coco est dure :

    La chair, un délice.

     

    Pourquoi scruter le dehors

    Quand le pur est au-dedans ?

     

    La peau du jaque est rugueuse :

    Quelle saveur au-dedans !

     

    L’écorce de la canne est noire :

    Quel suc exquis au-dedans !

     

    Le goût d’un mets, c’est le sel au-dedans :

    Il n’y a pas à le chercher ailleurs.

     

    La saveur fait le prix.

    Qu’importe l’apparence?

     

    Toukârâm (1598-1650)

    Gallimard/Unesco, 1956

    Inde

    Extrait du livre : 100 poèmes du monde pour les enfants

     

    Poèmes de pays divers : 100 poèmes du monde pour les enfants (Psaume 41)

    Martinique 2014


    2 commentaires
  • Poèmes extraits du livre « Le canari m’a dit » contes et poèmes d’Afrique

    De Rejane  Niogret et Christian Poslaniec

     

    Pluies congolaises

     

    Venez, pluies ! Marchez vers moi ;

    Enveloppez vite le soleil dans vos nuages ;

    Qu'Il n'éclate pas entre vos fines jambes !

    Entourez ma maison et sur mes tôles,

    Secouez et battez vos ailes

    Comme des oiseaux nocturnes.

    Ah ! Sous vos pieds, ces mares

    Au visage si mobile, frappé de petite vérole !

    Venez, pluies congolaises ! Marchez vers moi.

     

    Jean-Baptiste Tati-Loutard 1958-2009, Congo Brazzaville

    Extrait du livre « Le canari m’a dit » contes et poèmes d’Afrique

     

    Poèmes extraits du livre « Le canari m’a dit » contes et poèmes d’Afrique (Pluies congolaises)

    Champagne, photo Benoît

     


    1 commentaire
  • Ma vie est une chanson.

     

    On me demande parfois d'où je viens

    Et je réponds « Je n'en sais rien

    Depuis longtemps je suis sur le chemin

    Qui me conduit jusqu'ici Mais je suis né de l'amour De la terre avec le soleil »

     

    Toute ma vie est une chanson 

    Que je chante pour dire combien je t'aime 

    Toute ma vie est une chanson 

    Que je fredonne auprès de toi.

     

    Ce soir il a plu, la route est mouillée

    Mais je veux rester près de toi

    Et t’emmener au pays d'où je viens

    Où j’ai caché mon secret

    Et toi aussi tu naîtras de l’amour

    De la terre avec le soleil

     

    Toute ma vie est une chanson 

    Que je chante pour dire combien je t'aime 

    Toute ma vie est une chanson 

    Que je fredonne auprès de toi

     

    Francis Bebey 1929-2001, Cameroun

    Extrait du livre « Le canari m’a dit » contes et poèmes d’Afrique

     

    Chacra


    votre commentaire
  • Le secret

    Écoute mon enfant

    Les verts secrets des branches

    Et ceux de la sève

    Qui irrigue l’arbre.

     

    Regarde danser l’abeille

    Perce le secret de cet alchimiste

    Qui transforme en miel

    La poudre d’or des fleurs.

     

    Mets ton oreille

    Contre la mousse du rocher

    Pour capter le grand secret

    Des pierres.

     

    Cours vite à la mer

    Et laisse-toi bercer

    Par le secret du chant

    Des vagues

     

    Joseph-Paul Schneider (1940-1998)

    Extrait du livre : 100 poèmes du monde pour les enfants

     

    Poèmes de pays divers : 100 poèmes du monde pour les enfants ( Le secret)

    photo Forêt Domaniale de Verzy, Site des Faux


    1 commentaire
  •  

    Baobab

     

    Baobab ! Je suis venu replanter mon être près de toi

    Et mêler mes racines à tes racines d’ancêtre ;

    Je me donne en rêve à tes bras noueux

    Et je me sens raffermi quand ton sang fort

    Passe dans mon sang.

    Baobab ! « L’homme vaut ce que valent ses armes »

    C’est l’écriteau qui se balance à toute porte de ce monde.

    Où vais-je puiser tant de forces pour tant de luttes,

    Si à ton pied je ne m’arc-boute,

    Baobab ! Quand je serai tout triste

    Ayant perdu l’air de toute chanson,

    Agite pour moi les gosiers de tes oiseaux

    Afin qu’à vivre ils m’exhortent.

    Et quand faiblira le sol sous mes pas

    Laisse-moi remuer la terre à ton pied :

    Que doucement sur moi elle se retourne.

     

    Jean Baptiste Tati Loutard (1938-2009, Congo Brazzaville)

    Extrait du livre « Le canari m’a dit » contes et poèmes d’Afrique

     

    Poèmes extraits du livre « Le canari m’a dit » contes et poèmes d’Afrique (Baobab)

    Photo Pixabay


    1 commentaire
  • Un songe

     

    Le laboureur m’a dit en songe : « Fais ton pain,

    Je ne te nourris plus, gratte la terre et sème. »

    Le tisserand m’a dit: « Fais tes habits toi-même. »

    Et le maçon m’a dit: « Prends ta truelle en main. »

     

    Et seul, abandonné de tout le genre humain

    Dont je traînais partout l’implacable anathème,

    Quand j’implorais du ciel une pitié suprême,

    Je trouvais des lions debout dans mon chemin.

     

    J’ouvris les yeux, doutant si l’aube était réelle:

    De hardis compagnons sifflaient sur leur échelle,

    Les métiers bourdonnaient, les champs étaient semés.

    Je connus mon bonheur et qu’au monde où nous sommes

    Nul ne peut se vanter de se passer des hommes ;

    Et depuis ce jour-là je les ai tous aimés.

     

    Sully Prudhomme (1839-1907)

    Extrait du livre : 100 poèmes du monde pour les enfants 

    Photo sentier botanique du Glodeau juin 2017


    votre commentaire
  • Esquisse

     

    Le soleil met sur l’océan

    Des millions d’oiseaux en argent

    Les Alizés

    Font rutiler

    Dans la lumière

    Les manguiers

    Les filaos sont les longs mâts légers

    De ma maison

    Ouverte au vent

    Qu’un blanc nuage

    Fait voguer

    Longtemps je rêve ainsi

    Et le clocher de mon église

    Au bord de l’eau

    Pour un long voyage embarqué

    Au ciel s’élance

    Au loin s’enfuit

    Comme un blanc-paille-en-queue

    Géant.

     

    Rose Andrée de Laburthe (née en 1946 Réunion)

    Extrait du livre « Le canari m’a dit » contes et poèmes d’Afrique

     

    Poèmes de pays divers : 100 poèmes du monde pour les enfants ( Esquisse)

    Photo Pixabay


    votre commentaire
  • Hymne au soleil

     

    Tu as créé le Nil dans le monde d’En-Bas,

    Tu le diriges là où tu veux pour qu’il nourrisse

    les hommes.

    Tu es leur maître à tous, pour eux tu te donnes du mal,

    Toi, le Seigneur de tous les pays,

    Puissant Seigneur du jour.

     

    Tu es l’unique et tu es le Soleil vivant.

    Tu as créé tout seul des millions et des millions d’êtres.

    Villes, bourgades, champs, chemins et rivières,

    Chaque chose et chaque être te voient au-dessus de lui

    Quand tu brilles au-dessus de la terre.

     

    Tu es dans mon cœur et, excepté mon fils le Roi,

    Nul ne peut te connaître.

    Tu lui donnes ta nature et ta force.

    Tout ce qui arrive sur terre arrive par ton signe.

    Si tu te lèves les hommes vivent.

    Si tu te couches ils meurent.

    Tu es la durée de la vie, tu es ce qui donne la vie.

     

    Le pharaon Akhenaton (1372-1354 avant J.-C.)

    Adaptation de jacques Lacarrière

    Egypte

    Extrait du livre : 100 poèmes du monde pour les enfants

     

    100 poèmes du monde pour les enfants ( Hymne au soleil)

    Chacra Mai 2017


    votre commentaire
  • Le coq et le chacal

     

    Jadis le chacal vint trouver le coq :

    Fais-moi entendre une jolie chanson,

    Puisque tu tiens de tes ancêtres une belle voix, c’est facile.

    Le coq, surpris par le compliment, ferma les yeux

    et poussa son cocorico.

    Le chacal qui attendait qu’il eût les yeux clos lui bondit dessus.

    Alors qu’il l’emportait dans sa gueule, il tomba sur des chiens

    de garde qui l’assaillirent.

    Le coq conseilla au chacal :

    Dis-leur donc que tu n’as rien dérobé et qu’ils te laissent ton bien !

    Lorsque le chacal ouvrit la gueule pour le leur dire, le coq vola, au sommet d’un arbre.

    Maudite soit ma bouche qui parle quand le silence

    est de rigueur ! regretta le chacal.

    Maudits soient mes yeux fermés quand ils devraient

    être ouverts ! se dit le coq.

     

    Fable anonyme

    Traduction de Didier Morin

    Djibouti

    Extrait du livre « Le canari m’a dit » contes et poèmes d’Afrique

     

    Poèmes extraits du livre « Le canari m’a dit » contes et poèmes d’Afrique (Le coq et le chacal)


    votre commentaire
  • Mon pays entre soleil et pluie (extrait)

     

    Mon pays s’attarde vers la mer,

    Puis soudain voyage à travers soleil et pluie

    Mon pays accroche ses forêts

    Tel un radeau de feuilles mortes le long du fleuve

    Est bien étrange la lente marche des mortels

    A l’est de l’immortalité

    Dans mon pays, il y a tant de rêves qui pagaient

    Tant de pagayeurs qui n’arriveront jamais.

     

    Pierre Akendengué (né en 1943, Gabon)

    Extrait du livre « Le canari m’a dit » contes et poèmes d’Afrique

    Poèmes extraits du livre « Le canari m’a dit » contes et poèmes d’Afrique (Mon pays entre soleil et pluie (extrait))

    Photo https://pixabay.com


    2 commentaires
  • Nuit d’été

     

    Odeur des bambous frais dans la chambre.

    dans le jardin, clair de lune sauvage.

    goutte à goutte, la rosée, cristal.

    Une à une, les étoiles claires.

    Une à une, les lucioles dans les coins noirs.

    Les poules d’eau s’appellent d’une rive à l’autre.

    Au loin le monde entier se fait la guerre.

    Assis sur mon lit, j’écoute et réfléchis.

     

    Tou Fou (712-770)

    Chine

    Poèmes de pays divers :100 poèmes du monde pour les enfants (Nuit d'été)


    votre commentaire
  • Pommes du paradis

     

    Le rêve était doux, comme au temps de mon enfance : je ne dormais pas dans une grossière chambre campagnarde mais dans le fossé bordant la

    Voie lactée si suave et pavée de pommes du paradis.

     

    Où allais-je, moi qui sais déjà

    qu’ici-bas les hommes avancent

    non pour l’attrait secret de l’infini,

    mais aiguillonnés par les souvenirs !

     

    J’allais me réveiller et suivre encore

    ce chemin qui ne débouche nulle part...

    Mais je dormais et dans le matin ensoleillé, dehors,

     

    les arbres alignaient leurs ombres sur la route,

    échelle tombée

    de la charrette de l’automne trop chargée :

    pour m’empêcher de tomber du haut de ce rêve si beau.

     

    Kiril Kadiiski (né en 1947)

    Traduction de Marie Vrinat

    Bulgarie

     

    Poèmes extraits du livre « Le canari m’a dit » contes et poèmes d’Afrique (Pommes du paradis)


    votre commentaire
  • Les fleuves parlent

     

    Que les joncs couvrent mon corps,

    Mes pieds, mon visage,

    Que personne ne surveille

    Quand j’écoute en silence l’eau

    Des fleuves qui me parlent.

     

    Le son  des cailloux

    Quand ils frôlent l’eau,

    Ce sont des baisers de soir et de lune,

    Et des baisers d’aube.

     

    Un  jour quelqu’un m’a dit

    Que les fleuves ne parlent jamais,

    Qu’ils suivent simplement leur cours

    Et qu’ils s’échappent sans paroles.

     

    Comme je fus triste ce jour-là

    Quand j’ai entendu ses mots,

    Je suis partie en courant vers le fleuve

    Pour qu’il m’explique

    Pourquoi je l’entends si clairement

    Et d’autres ne l’entendent pas du tout.

     

    Raquel Ilonde (née en 1939 en Guinée équatoriale

    Extrait du livre « Le canari m’a dit » contes et poèmes d’Afrique

    Poèmes extraits du livre « Le canari m’a dit » contes et poèmes d’Afrique ( Les fleuves parlent)

    Tours 2016


    2 commentaires
  • Étranger

     

    Étranger,

    Prend le temps d’aimer l’arbre

    Accoude-toi à la terre

    Un cavalier t’apportera de l’eau, du pain et des olives amères.

    C’est le goût de la terre et des semences de la mémoire

    C’est l’écorce du pays

    Et la fin de la légende

    Ces hommes qui passent n’ont pas de terre

    Et ces femmes usées

    Attendent leur part d’eau.

    Étranger,

    Laisse la main dans la terre pourpre

    Ici

    Il n’est de solitude que dans la pierre.

     

    Tahar Ben Jelloun (né en 1944 au Maroc)

    Extrait du livre « Le canari m’a dit » contes et poèmes d’Afrique

     

    Poèmes extraits du livre « Le canari m’a dit » contes et poèmes d’Afrique ( Etranger)

    Circuit du Chêne des Hindrés Bretagne 2016


    votre commentaire
  • Les petits sentiers

     

    Un petit sentier

    Marchait tout doux

    Jusqu’au moment où Il a rencontré

    Un autre sentier.

     

    « Ote-toi de là que je passe ! »

    Dit le petit sentier.

     

    Mais l’autre répondit:

    «Je ne bougerai pas !

    Tu n’es qu’un sentier plus étroit

    Que bûchette de bois.

     

    Mieux vaudrait marcher ensemble

    Comme vont tous les sentiers sages

    Et faire ainsi plus grand chemin. »

     

    Et tra la la la, tra la la li...

    Les deux sentiers n’en font plus qu’un.

    Et qu’il est joli,

    Le nouveau chemin !

     

    Leda Mileva (1920-2013)

    Traduction dejordanka Bossolova

    Bulgarie

     

    Poèmes de pays divers :100 poèmes du monde pour les enfants (Les petis sentiers)


    2 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique