• Poèmes divers - Poèmes de Georges Jean « Ecrit sur la page »

    2 pages de poèmes

  • Encore un art poétique

     

    Quand tu écris,

    Ecoute bien

    Le bruit qui vit

    Dedans ta main.

     

    Laisse glisser

    L’encre secrète,

    Sur le papier

    Point ne t’arrête !

     

    Boucle tes rêves,

    Lance tes mots,

    La pâte lève

    Alors à bientôt !

     

    Et ton poème

    Te fera voir,

    Ce que tu aimes

    Sans le savoir !

    Georges Jean extrait de A mots gourmands

     

    scan321

    5 commentaires
  • Mon chat

     

    Mon chat regarde la lune

    Et l’avale avec ses yeux.

     

    Il dort dans les renoncules,

    Les moustaches sous la queue.

     

    Il poursuit la tarentule,

    Mais pas la Bête à Bon Dieu.

     

    Il regarde les souris,

    Avec un certain mépris.

     

    Il se nourrit de nuages,

    C’est un sage mon chat gris !

     

    Georges Jean extrait de A mots gourmands

     

    5

    2 commentaires
  • L’âge de raison

     

    Quand on a sept ans,

    Et qu’on perd ses dents,

    On atteint, dit-on

    L’âge de raison.

    Alors les parents

    Disent : «  il est temps

    De devenir grand !

    Faites votre lit,

    Ranger vos habits,

    Soignez vos chaussures

    Et votre coiffure. »

     

    Mais nous on leur dit ;

    « On n’est pas si bêtes :

    On a une couette

    Dessus notre lit,

    Aux pieds des baskets

    Qui sont toujours nettes !

    Nos habits sont chouettes

    Blue-jeans et  ticheurtes.

    Quand à nos cheveux,

    Avec de la colle,

    Ils sont super cool. »

     

    Georges Jean (écrit sur la page)

     

    garcon_059www.toutimages.com

    5 commentaires
  • Enfanuage

     

    Dans le ciel si bleu

    que ce n'est pas permis

    que fait le nuage blanc

    qui flotte tout seul ?

    Le soleil joue-t-il au ballon

    avec une bulle d'écume ?

    Avec la paille des moissons ?

     L'été souffle-t-il

    des bulles de savon ?

     

    Mais le petit nuage

    ne se fait pas de bile.

    Il glisse tout blanc

    dans le ciel tout bleu,

    malin et léger,

    il va sifflotant,

    les mains dans ses poches

    sans avoir de mains,

    sans avoir de poches.

     

    Claude Roy

    (La Cour de récréation)

    ciel.jpg

    1 commentaire
  • Sur mon vélo cross

     

    Sur mon vélo cross

    Au petit matin,

    Je vais au hasard,

    Le long des chemins.

     

    J'effraie les lézards,

    J'avale les bosses,

    Sur mon vélo cross !

    Salut les ornières !

    Salut les rivières... !

     

    Seul un hérisson

    Me fait la leçon :

    Je m'immobilise,

    Et laisse passer

    Cet oursin à pattes,

    Qui murmure please

    À voix délicate.

     

    Sur mon vélo cross

    Je suis à la noce :

    C’est la liberté !

     

    Georges Jean (écrit sur la page)

    velo_062
    /http://www.toutimages.com

    6 commentaires
  • Enfance

     

    Enfance aux yeux de cristal,

    Aux paupières de corail,

    Enfance aux mains de rivière,

    Enfance aux pieds de lumière,

    Enfance aux paroles tues,

    Enfance aux paroles bues,

    Enfance aux lèvres légères,

    Aux couleurs de primevères,

    Toute proche, pour la vie.

     

    Georges Jean (écrit sur la page)

    Les Saintes - plage de Pont Pierre (25)

    votre commentaire
  •  

    L’école est fermée

     

    L’école est fermée ;

    Le tableau s’ennuie ;

    Et les araignées

    Dit-on, étudient

    La géométrie

    Pour améliorer

    L’étoile des toiles :

    Toiles d’araignées,

    Bien évidemment.

     

    L’école est fermée

    Les souris s’instruisent,

    Les papillons lisent,

    Les pupitres luisent,

    Ainsi que les bancs.

     

    L’école est fermée

    Mais si l’on écoute

    Au fond du silence,

    Les enfants sont là

    Qui parlent tout bas

    Et dans la lumière

    Des grains de poussières,

    Ils revivent toute

    L’année qui passa,

    Et qui s’en alla…

     

    (Georges Jean)

     


    votre commentaire
  • En fermant les yeux

     

    Le long de la mer qui bavarde,

    Sur la plage où marquent les pas,

    Je rêve à des Iles là-bas,

    Avec des oiseaux bleus qui gardent

    Des merveilles et des trésors ;

    Et des personnages magiques

    Dansant sur de douces musiques.

     

    Le long de la mer sur la plage,

    Je suis parti sur un nuage,

    Je vole vers ces paysages.

     

    Si tu veux être du voyage,

    Ferme les deux yeux et regarde

    En toi l’autre mer qui bavarde,

    Et que te fait voir mon poème

    S i tu l’aimes.

    (Georges Jean)

     

    (Guadeloupe)

    votre commentaire
  • L’école d’autrefois

     

    Dans l’école d’autrefois,

    Au village des merveilles,

    L’odeur était sans pareille ;

    Encre, craie, cire, vieux bois.

     

    Je voyais le pré des sources

    Et les vaches ruminant.

    Le maître gardait le temps

    Dans sa grosse montre rousse.

     

    Nos talons sur le plancher

    Faisaient un bruit de forêts ;

    Nos plumes grattaient, grattaient

    La neige de nos cahiers.

     

    Et parfois une autre vie

    Déroulait ses sortilèges

    Quand on tombait dans le piège

    Tendu par les poésies.

     

    (Georges Jean)

     


    votre commentaire
  • La ville la nuit

     

    Dans la ville, la nuit,

    Les lumières enchantent,

    Les voitures, les bruits,

    Les passants, les saisons ;

    Et les hautes maisons

    Sont comme des falaises

    Au bord des rues magiques

    Merveilles électriques ;

    Néons couleur de fraises

    De cerises vermeilles…

     

    La ville est un verger

    Et l’on pourrait manger

    Les fruits de ses reflets !

     

    Georges Jean

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique