• Poèmes de Philippe Soupault

    2 pages de poèmes

  • Philippe Soupault

     

    Né à Chaville (France) le 02/08/1897 ; Mort à Paris (France) le 12/03/1990

    Philippe Soupault naît au sein de la bourgeoisie parisienne et s'y oppose très jeune. D'abord très influencé par le dadaïsme, il fait la connaissance d'André Breton et de Louis Aragon. Il fonde alors en leurs compagnies la revue surréaliste Littérature, dans laquelle est publié le recueil Champs magnétiques. Il participe quelques temps à ce courant artistique avant que des désaccords politiques ne finissent par l'en exclure. Il décide alors d'accomplir de grands voyages puis se lance dans le journalisme. Il prend la direction de la Revue européenne et s'attelle à la rédaction de nombreux romans (Bon apôtre, 1923 ; le Nègre, 1927 ; les Dernières nuits de Paris, 1928...). Il souhaite alors retranscrire un regard réaliste sur son temps. Particulièrement curieux, il publie quelques essais et se passionne pour tous les arts contemporains (jazz, cinéma). Il écrit des poèmes (William Blake, 1928) puis des pièces de théâtre avant de présenter de nombreuses émissions radiophoniques.

    (Sources : l’internaute.com)


    votre commentaire
  • Grammaire

     

    Peut-être et toujours peut-être

    Adverbes que vous m’ennuyez

    Avec vos presque et presque pas

    Quand fleurissent les apostrophes.

     

    Est-ce vous points et virgules

    Qui grouillez dans les viviers

    Où nagent les subjonctifs

    Je vous empaquette vous ficelle.

     

    Soyez malin paragraphes

    Pour que les prophéties s’accomplissent

    Bâtard honteux des grammairiens

    Et mauvais joueurs de syntaxe.

     

    Sucez vos impératifs

    Et laissez-nous dormir

    Une bonne fois

    C’est la nuit

    Et la canicule.

     

    Philippe Soupault.

     

    oiseaux-gif-054

    votre commentaire
  • L’anémone qui régnait sur la mer

     

    L’anémone qui régnait sur la mer

    Règne encore c’est entendu

    Mais si peu elle est perdue

    Elle est perdue au fond des mers

    Elle se souvient de ses diamants

    Suspendus à l’arc-en-ciel

    Suspendus dans la rosée

    Et les huitres bâillent alentour

    Pour lui offrir des perles.

    Mais l’anémone qui régnait sur la mer

    Ne règne presque plus et l’ancre de fer

    L’a mordue cruellement et elle mourra tantôt

     

    Philippe Soupault

     

    039

    votre commentaire
  • L’oiseau du Colorado

     

    L’oiseau du Colorado

    Mange du miel et des gâteaux

    Du chocolat, des mandarines

    Des dragées, des nougatines

    Des framboises, des roudoudous

    De la glace et du caramel mou.

     

    L’oiseau du Colorado

    Bois du champagne et du sirop

    Suc de fraise et lait d’autruche

    Jus d’ananas glacé en cruche

    Sang de pêche et navet

    Whisky menthe et café.

     

    L’oiseau du Colorado

    Dans un grand lit fait un petit dodo

    Puis il s’envole dans les nuages

    Pour regarder les nuages

    Pour regarder les images

    Et jouer un bon moment

    Avec la pluie et le beau temps.

     

    (Philippe Soupault)

     

    la traversée (35)

    votre commentaire
  •  

    La grenouille aux souliers percés

     

    La grenouille aux souliers percés

    A demandé la charité.

    Les arbres lui ont donné

    Des feuilles mortes tombées.

     

    Les champignons lui ont donné

    Le duvet de leur grand chapeau.

     

    L’écureuil lu a donné

    Quatre poils de son manteau

     

    L’herbe lui a donné

    Trois petites graines.

     

    Le ciel lui a donné

    Sa plus douce haleine.

     

    Mais la grenouille demande toujours,

    Demande encore la charité

    Car ses souliers sont toujours, encore percés ;

     

    (Philippe Soupault)

     

    grenouille_026

    votre commentaire
  •  

    Du soir au lendemain

     

     

    Filles de la pluie et du beau temps

    Filles fileuses de fil en quatre

    Filles fabuleuses comme l’Orient

    Filles du ciel et du marbre.

     

    C’est vous que l’on voit dans les rêves

    Semant ces songes à pleines mains

    Et qui fuyez comme les nuages

    Pour revenir le lendemain.

     

    Beaux serments et belles promesses

    Que vous distribuez gratuitement

    Et que vous reniez très sagement

    Un baiser vaut bien une messe.

     

    (Philippe Soupault

    DSCF0185
     
    Plage du Diamant (Martinique)

    votre commentaire
  • Cerf-volant

     

    Je suis encore et toujours

    Après tant et tant d’années

    Cet enfant qui tire sur une ficelle

    A la poursuite du vent.

     

    Je tire sur cette ficelle

    Et j’attends le vent

    Très haut très loin

    Et mon enfance et ma vieillesse.

     

    Il y a le brouillard du matin

    Les féeries du crépuscule

    Dans le ciel où se débat

    Ma destinée mon cerf-volant.

     

    (Philippe Soupault)

     

    fleur_003

    votre commentaire
  •  

    Secret

     

    Sous le règne des balançoires

    Aquarellistes enfants de chœur

    Nous racontent maintes histoires

    Et nous font tourner le cœur.

     

    Le cœur tourne et la nuit noire

    Pas un mot à votre sœur

    C’est la nuit des encensoirs

    Où tout glisse même le passeur ;

     

    Cachez ce secret dans l’armoire

    Sous le lit, sous l’ascenseur

    Mais exercez votre mémoire

    Et traitez-là sans douceur.

     

    (Philippe Soupault)

     

    photo 1120

    votre commentaire
  • Imitation des fleurs

     

    Puisque l’on vous dit

    Que les fleurs parlent,

    N’écoutez plus les gigolos.

    Imitez donc les abeilles

    Les papillons, les coccinelles.

     

    Les lilas sont infidèles

    Bien plus que les artichauts.

    Les chardons et les résédas.

    Imitez donc la glycine tendre

    Comme la poitrine d’un oiseau.

     

    Votre emblème n’est-il pas la pensée

    Cœur clairvoyant fleur sincère

    Aussi fragile qu’une larme.

     

    Mais après les fleurs de la terre

    Acceptez toutes les fleurs du ciel

    Qui chantent le jour, rêvent la nuit.

    (Philippe Soupault)

     

    DSCF0027

    votre commentaire
  • Pleine lune

     

    J’ai ouvert ma fenêtre

    Et la lune m’a souri.

    J’ai fermé la fenêtre

    Et j’ai entendu un cri

    J’ai ouvert la fenêtre

    Pour voir tomber la pluie

    Et comme c’était dimanche

    Je me suis endormi.

     

    (Philippe Soupault)

     

    013

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique