18 Avril 2015, St Parfait
Rubriques
Newsletter
  • decoration16-3b47.gif

 BONJOUR

 

Quand plusieurs routes s’offriront à toi et que tu ne sauras pas laquelle choisir, n’en prends pas une au hasard, mais assieds-toi et attends, respire profondément avec confiance, sans te laisser distraire par rien, attends encore et encore, ne bouge pas, tais-toi et écoute ton cœur, puis quand il te parle, lève toi et va où il te porte (Susana Tamaro)

 

BIENVENUE SUR MON BLOG
 

 

« Etre philosophe, ce n’est pas seulement avoir des pensées subtiles, ni même fonder une école, c’est aimer la sagesse à tel point que l’on vit selon ses exigences : une vie de simplicité, d’indépendance, de générosité, de confiance. C’est résoudre quelques-uns des problèmes de la vie, non seulement en théorie, mais aussi en pratique.

(Thoreau)

 

DSC_9851

 Ne juge pas la journée en fonction de la récolte du soir

Mais d’après les graines que tu as semées. »

(Robert Louis Stevenson)

DSC_0608

« Rien ne doit troubler le rythme de ton pas. Si ton pas est sûr, qu’elle que soit la nature du sol, ta progression sera irrésistible. La chose est vraie dans toute action. De même dans toute pensée ; si tu sais dompter tes émotions et unifier tes tendances contraires pour les ramener au juste sentiment, la souffrance et la joie se rejoindront dans l’imperturbable sérénité ».

(François Garagnon)

janvier319

Merci à tous, de vos passages, de vos commentaires, de votre présence. Vous êtes  nombreux à venir chercher un peu de douceur, de paix, et d’amour dans cet espace créé pour  vous.

Alors encore merci,

 

IMG_1352

 

Je vous souhaite à tous une année pleine d’espoir, de joie et de bonheur.

Surtout, ne vous laissez pas aller au découragement, il y a toujours une petite lumière qui brille au fond de  votre cœur, pour vous réchauffer.

Rester à l’écoute des petits bonheurs, qui sont présent tous les jours

Autour de vous.

Avec de la joie dans les yeux,

De l’amour dans le cœur,

La vie peut être plus belle.

Merci de vos passages sur mon monde tout au long de cette année.

Renal

IMG_20150325_104843

Liberté

 

« La liberté n’offre qu’une chance d’être meilleur. » (Albert Camus)

 

« Il n’y a de liberté pour personne s’il n’y en a pas pour celui qui pense autrement. » (Rosa Luxembourg)

insecte_papillon019

« On peut étouffer le tambour, casser les cordes de lyre, mais qui pourrait empêcher l’alouette de chanter ? » (Khalil Gibran)

 

« Le plus grand obstacle à la vie est l’attente qui espère demain et néglige aujourd’hui. » (Sénèque)

insecte_papillon019

« La liberté d’aimer n’est pas moins sacrée que la liberté de penser. »

(Victor Hugo)

 

« J’enracine l’espérance dans le terreau du cœur. J’adopte toute l’espérance en son esprit frondeur. » (Andrée Chedid)

insecte_papillon019

 

« Homme libre, toujours tu chériras la mer ! » (Baudelaire)

 

« La vie et peut être la réalité entière seraient une conquête progressive de la liberté. » (Gaston Bachelard)

insecte_papillon019

« Toute notre vie avec notre belle morale et notre chère liberté, cela consiste en fin de compte à nous accepter tels que nous sommes. »

(Jean Anouilh)

 

« Il  n’y a que la liberté de d’agir, de penser qui soit capable de produire de grandes choses. » (D’Alembert)

 

« Une preuve de la liberté tuerait la liberté. » (Alain)

 

DSC_0728
Samedi 18 Avril 2015 à 10h13 dans Citations philosophiquePoster un commentaire

Les deux qui ne s’aimaient pas

Un prince, un beau matin, s’en fut baguenauder au marché de la ville avec, pour tout bagage, un sac à provisions. Il aimait se frotter aux gens de son royaume, écouter leurs propos, soupeser les pastèques et flairer les salades. Il avait donc laissé son escorte chez lui et, l’oreille aux aguets, il allait çà et là parmi les étalages quand un bruit de dispute attira son regard.

- C’est à moi ! disait l’un.

- Non, à moi ! disait l’autre.

- J’ai le droit !

- Moi aussi !

- Mauvais bougre !

- Bandit ! Bref, deux marchands de fruits s’insultaient hardiment en brandissant leurs poings à l’ombre d’un platane. Le prince vint à eux, en arbitre apaisant. L’un lui rugit au nez :

- Il veut plus que sa part !

- C’est la mienne qu’il veut ! Lui brailla son compère. Le peuple s’attroupa, les gendarmes survinrent et le prince, pensif, s’en revint au palais.

Il était fin joueur autant que pédagogue. Le lendemain matin il se fit amener les deux disputailleurs et leur tint ce discours :

- Il me plaît de vous faire une grande faveur. Que voulez-vous, messieurs

J’ai tout. Demandez donc, et vous serez comblés. J’aimerais cependant préciser ce qui suit : pour formuler un vœu

, vous avez vingt secondes. Au-delà de ce temps, si vous restez muets, je vous ferai jeter tous les deux en prison.

Enfin notez ceci : le premier choisira, trésors, terres, châteaux, bref tout ce qu’il voudra, et le deuxième aura la même chose en double. Avez-vous bien compris ? Parlez, je vous écoute.

« Je me tais, se dit l’un. Deux fois plus qu’il n’aura, voilà qui me plairait ! » « Qu’il fasse sa demande, pensa l’autre. Que ce prétentieux-là soit plus riche que moi m’insupporterait trop. » « Mon Dieu, supplia l’un, que le bonheur le tue si je parle d’abord. » Passèrent dix secondes, et douze, et quinze et seize.

Le regard du second enfin s’illumina. Il ricana :

- Seigneur, qu’on m’arrache l’œil droit.

On le fit à l’instant. Un borgne et un aveugle, au soleil de midi, sortirent du palais.

 

(Henri Gougaud)

(Site : www.henrigougaud.com)

 

scan 1171
Samedi 18 Avril 2015 à 10h03 dans Contes d'Henri GougaudPoster un commentaire
IMG_1294
Vendredi 17 Avril 2015 à 07h55 dans Citations en imagesPoster un commentaire

Mères, l’enfant qui joue

 

Mères, l'enfant qui joue à votre seuil joyeux,

Plus frêle que les fleurs, plus serein que les cieux,

Vous conseille l'amour, la pudeur, la sagesse.

L'enfant, c'est un feu pur dont la chaleur caresse ;

C'est de la gaieté sainte et du bonheur sacré ;                      

C'est le nom paternel dans un rayon doré ;

Et vous n'avez besoin que de cette humble flamme

Pour voir distinctement dans l'ombre de votre âme.

Mères, l'enfant qu'on pleure et qui s'en est allé,                 

Si vous levez vos fronts vers le ciel constellé,

Verse à votre douleur une lumière auguste ;

Car l'innocent éclaire aussi bien que le juste !

Il montre, clarté douce, à vos yeux abattus,

Derrière notre orgueil, derrière nos vertus,

Derrière la nuit noire où l'âme en deuil s'exile,

Derrière nos malheurs, Dieu profond et tranquille.

Que l'enfant vive ou dorme, il rayonne toujours !

Sur cette terre où rien ne va loin sans secours,

Où nos jours incertains sur tant d'abîmes pendent,

Comme un guide au milieu des brumes que répandent

Nos vices ténébreux et nos doutes moqueurs,

Vivant, l'enfant fait voir le devoir à vos cœurs ;

Mort, c'est la vérité qu'à votre âme il dévoile.

Ici, c'est un flambeau ; là-haut, c'est une étoile.

 

Victor Hugo (Les rayons et les ombres)

 

photos407
Vendredi 17 Avril 2015 à 07h48 dans Poèmes de Victor HugoPoster un commentaire

Extraits du livre « Les 3 émotions qui guérissent, Amour, Gratitude, Foi. »

D’Emmanuel Pascal

 

« Le bonheur, c’est de continuer à désirer ce qu’on possède »

(Saint Augustin). Pour mettre en pratique ces paroles, pourquoi ne pas repenser dans l’instant à votre plus beau motif de satisfaction de la journée. »

emoticones-content-071

 

 

« La vie ne nous donne pas toujours ce que nous désirons. Mais ce qui est réjouissant en revanche est de savoir qu’à tout moment, nous pouvons décider d’exprimer de la reconnaissance pour ce qui nous est offert. »

emoticones-content-071

« Le succès et la fortune ne tournent pas à la tête de tout le monde. Certains restent humbles parce qu’ils n’ont pas placé l’estime d’eux-mêmes dans les apparences. Ils gardent cette capacité à se reconnaître tels qu’ils sont et à faire de leur mieux. »

emoticones-content-071

« Si nous espérons toujours plus de biens, de distractions ou de reconnaissance, nous passons à côté du cadeau. Il est vrai que nous ne ressentons pas toujours combien la vie nous donne ce dont nous avons besoin. Heureusement, la pratique de la gratitude nous conduit à coup sûr à cette simplicité qui fait de nous des êtres comblés. »

emoticones-content-071

« Chaque jour nous donne mille occasions de nous émerveiller, d’une fleur, d’un sourire, de la danse d’une libellule sur l’eau, du mauvais temps ou du beau, d’un poème ou de la simple pensée que la vie est belle »

 

IMG_1353

 

Jeudi 16 Avril 2015 à 08h51 dans Extraits de livres lus1 commentaire(s)

Les confitures  de mamie

Dis mamie, tes confitures, dans l'armoire de chêne,

pourquoi ont-elles un goût si différent

de celles que l'on achète, à l'étal des marchands ?

Ce sont pourtant les mêmes fruits, les mêmes graines.

Les arbres qui les donnent ont les mêmes racines,

et c'est la même terre, ce sont les mêmes champs !

 

Dans la vallée du Rhône, au moment du printemps,

quand les arbres se dressent,

en fleurs, en grappes, en folle ivresse,

mes yeux ne sont pas assez grands

pour en capter déjà la joyeuse promesse !

J'aime rapporter, pour la voir dans un vase,

une branche coupée de ces arbres fruitiers,

à la couleur si tendre...

Pétales de cerisiers, fleurs de pêchers,

sont déjà dans mon cœur,

un bouquet de senteur, un germe de bonheur,

une gerbe de cette vie exquise qui deviendra un fruit.

 

Leur peau me dit la pulpe et le sucre,

et le jus qui coule dans leurs veines, je le sens battre en moi,

car un fruit est vivant !

Il donne le meilleur de sa promesse en fleur.

Son goût, son parfum, et bientôt son fumet

c'est le don de sa vie, pour la joie des gourmets !...

 

Mais ce n'est pas fini...

Je les fais cuire ensuite, ces fruits de rêve, ces fruits bénis,

le feu est notre ami,

il est notre complice pour ces fruits en fusion,

en pleine ébullition...

Je les remue souvent... Le sucre que j'ajoute

vient soutenir celui qui est déjà présent.

Et quand je juge enfin la cuisson suffisante,

je verse en chaque pot le nectar délicieux

en pensant à l'avance, à mes petits-enfants

qui me diront, un jour, en me fixant les yeux :

« Dis, mamie, tes confitures... »

C'est peut-être là, vois-tu, le secret de leur goût,

le goût qui te paraît si différent,

c'est l'amour que j'y mets, pour mes petits-enfants !

 

Christiane Gaud-Descouleurs

 

photos376
Jeudi 16 Avril 2015 à 08h32 dans Poèmes de Christiane Gaud-Descouleurs1 commentaire(s)
marche
Mercredi 15 Avril 2015 à 09h51 dans Citations en imagesPoster un commentaire

Extraits du livre « Les 3 émotions qui guérissent, Amour, Gratitude, Foi. »

D’Emmanuel Pascal

 

« Il est des données de notre vie que nous n'avons pas choisies : notre naissance, notre pays, la culture dans laquelle nous vivons, notre famille, notre corps, notre personnalité, nos facultés et nos limites. Il y a une foule d'événements sur lesquels nous n'avons pas de maîtrise : les revers de fortune, les accidents, la maladie et le fait que nous mourrons un jour. Tout ce qui fait notre vie est en essence limité et ce constat premier provoque toujours une détresse lorsqu'il se présente... Jusqu'à ce que nous l'acceptions. »

papillon_006

«  Être avec ce qui est » Voir et accueillir. Nos émotions sont comme toutes les données de notre vie. Elles sont communes à tous. Nous pouvons les accueillir sans les juger parce que personne n’y échappe. « Être avec ce qui est » est une belle intention de départ si l’on veut placer notre vie sous le signe de la gratitude. »

papillon_006

 

« Lorsque nous pouvons partager notre chagrin, lorsque nous nous sentons compris dans notre peine, quelque chose en est immédiatement soulagé. Nous pouvons à la fois nous abandonner à la douleur et sentir le réconfort que cet abandon procure. Un étrange sentiment de gratitude peut alors l'accompagner et peu à peu, se mêler à elle. Nous ressentons alors une étincelle de joie au fond de notre peine. Quand cette étincelle est clairement perçue nous avons alors la capacité à cueillir le fruit mûr du chagrin : la paix du deuil. Partager sa peine avec d'autres est une des formes cachés de la compassion. En constatant que les autres souffrent aussi ; pouvons compatir à notre propre peine comme à celle d'un autre. Nous pouvons nous désidentifier de la souffrance, la regarder avec bienveillance au lieu de vouloir qu'elle ne soit plus là. En regardant la souffrance d'autrui quand nous-mêmes souffrons, nous retrouvons un sentiment d'unité dans la douleur et nous pouvons alors être paix avec elle. »

 

scan300
Mercredi 15 Avril 2015 à 09h47 dans Extraits de livres lusPoster un commentaire

Aventure

 

« Si vous attendez le moment parfait où tout est sûr et certain, il ne viendra peut-être jamais. Les montagnes ne seront pas gravies, les courses ne seront pas gagnées, le bonheur ne sera pas atteint. » (Maurice Chevalier)

soleil_008

« Un des grands malheurs de la vie moderne, c’est le manque d’imprévu, l’absence d’aventures. » (Théophile Gautier)

 

« L’aventure, c’est le trésor que l’on découvre chaque matin. » (Jacques Brel)

soleil_008

« Le voyage pour moi, ce n’est pas arriver, c’est partir. C’est le désir jamais comblé de connaître sans cesse autre chose, c’est demain, éternellement demain. (Roland Dorgelès)

 

« Là, tout n’est qu’ordre et beauté, luxe, calme et volupté. » (Baudelaire)

soleil_008

« Je compris qu’il existait je ne sais quoi d’inconnu pour moi dans le monde, une force plus belle même que la pensée, c’était toutes les pensées, toutes les forces dans une émotion partagée. (Balzac)

 

photos371
Mardi 14 Avril 2015 à 09h25 dans Citations philosophiquePoster un commentaire

Extraits du livre « Les 3 émotions qui guérissent, Amour, Gratitude, Foi. »

D’Emmanuel Pascal

 

« Au quotidien, la croyance que le bonheur ou le malheur proviennent des circonstances nous place dans l'attente d'événements que nous pensons favorables ou, dans le meilleur des cas, dans la volonté de créer les circonstances qui nous conviennent (ce qui a au moins le mérite de nous rendre acteurs de notre vie). Focalisés sur nos seules intentions, nos seuls désirs, nous ne remercions pas toujours la vie de ce qu'elle nous apporte spontanément de beau, de fécond, et de joyeux. Cet oubli est la source d'une grande misère intérieure. »

soleil_015

« Le sentiment de gratitude se travaille. Comment ?  Par une attitude et des paroles reconnaissantes. La gratitude rend altruiste, améliore les relations, aide à supporter le stress et à éviter la dépression, augmente la forme physique et permet de guérir plus vite en cas de maladie. (Robert Emmons) »

soleil_015

« La psychologie confirme l'importance cruciale de l'estime de soi comme base de l'équilibre mental et de toute relation harmonieuse. On ne peut aimer sainement que depuis l'amour reçu et le sentiment d'être aimé soi-même. Les grandes religions monothéistes comme l'hindouisme, le judaïsme ou le christianisme célèbrent l'amour inconditionnel de Dieu pour les hommes. L'altruisme et la compassion sont les clés du bonheur pour les bouddhistes tout comme l'amour du prochain est la clé du royaume de Dieu pour les chrétiens. Ces sentiments sont indissociables de celui d'être aimé et de la gratitude. » (à suivre)

 

scan 1167
Mardi 14 Avril 2015 à 09h17 dans Extraits de livres lusPoster un commentaire

 

soleil_015

Accroche-toi au soleil

 

Quand les boulets deviennent des ballons,

Quand les guitares font taire les canons

Quand l’étranger peut trouver une place

Et quand l’enfant peut rire sans raison…

 

Quand l’arc-en-ciel éclaire l’horizon,

Quand dans la nuit les plus sombres prisons,

Des mains amies se tendent vers des frères

Et quand l’oiseau peut chanter sa chanson…

 

Alors oui… c’est bon

Accroche-toi à la vie, accroche-toi au soleil

On en sort de l’abîme, on en sort du tunnel

Accroche-toi, accroche-toi…

Et quand le jour se lève, tiens ton cœur en éveil

Tiens ton cœur en éveil, Accroche-toi au soleil !

 

Christiane Gaud-Descouleurs

 

photos352

Extraits du livre « Les 3 émotions qui guérissent, Amour, Gratitude, Foi. »

D’Emmanuel Pascal

 

La gratitude (1)

 

Au sommet d'un nuage se tenait un palais dont jamais être humain n'avait franchi le seuil : le palais de l'Absolu. Un jour, une fête y fut donnée. Les invités n'étaient pas des êtres incarnés mais des qualités que, sur terre, on appelle les Vertus. Dans le hall de l'intelligence, les Vertus avaient grand plaisir à se retrouver, elles qui d'ordinaire sont dispersées à travers le monde. La Sincérité présidait la fête, tenant à la main un verre de cristal. À sa droite se tenaient l'Humilité, pauvrement vêtue qui tenait la main de la Simplicité. À sa gauche, le Courage aux traits fermes et au regard décidé était accompagné d'une femme voilée : la Prudence. Allant de l'une à l'autre, la Charité, à la fois vigilante et discrète, laissait sur son passage un sillon de lumière blanche et douce. L'œil exercé aurait pu percevoir que cette lumière éclairait sa sœur, la Justice, qui l'accompagnait dans les moindres de ses mouvements, tandis que la Bonté, la Patience, la Douceur, la Bienveillance l'entouraient en permanence.

Toutes étaient là, du moins le pensaient-elles, quand au seuil du hall, apparut une inconnue. Frêle, toute légère, elle semblait presque pauvre tant elle était vêtue de peu. Timide, elle entra à pas menus. De son visage semblait irradier une telle joie que les autres invités se sentirent aussitôt ravis de sa présence. La Prudence, tenant le Courage par la main se détacha du groupe et s'avança vers elle :

Nous qui nous connaissons toutes, il nous semble que nous ne vous avions jamais vue. Auriez-vous la bonté de nous dire qui vous êtes ?

Comme je vous remercie de me prêter attention ! répondit la jeune fille avec grâce. Oh ! je ne suis pas étonnée de vous paraître étrangère. Je suis rarement invité quelque part. Mais je suis heureuse de me trouver parmi vous : je m’appelle la Gratitude. »

 

IMG_1327
Lundi 13 Avril 2015 à 09h03 dans Extraits de livres lus1 commentaire(s)

Père

 

Et même si le ciel change

Dans la rivière des saisons

Si depuis longtemps

L'enfance a tourné le dos

Sur la pente de ma vie

Silencieux comme l'arbre

Au bout des mots enfouis

Toujours en marche

Vers l'horizon des feuilles

Dans les branches chargées

De l'automne des fruits

Tu resteras pour moi

Page ouverte sur l'éternité d'une présence

Lumière moissonnée

Sur le cadran solaire

Ombre à jamais suspendue

À l'incision de ma vie

 

Joseph Schneider

DSC_0127
Dimanche 12 Avril 2015 à 09h43 dans Poèmes diversPoster un commentaire

Extraits du livre « Les 3 émotions qui guérissent, Amour, Gratitude, Foi. »

D’Emmanuel Pascal

 

Résumé : la science a récemment identifié trois émotions et sentiments guérisseurs du corps et de l’âme :la gratitude, l’amour et la foi. Connus des traditions spirituelles, ils améliorent la santé et nous rendent heureux. Or ces émotions et sentiments ne sont pas réservés à quelques moments ou personnes privilégiés, ils peuvent êtres cultivés. Emmanuel Pascal nous dit comment les faire grandir jusqu’à ce qu’ils occupent la place principale, voire toute la place dans notre esprit et notre corps. Il va vous initier à u ne pratique simple, basée sur des traditions millénaires et scientifiquement prouvée. Un outil d’une puissance phénoménale :

Vous vous sentirez chaque jour plus heureux de vivre

Vous serez plus créatif dans votre vie personnelle et professionnelle

Vos relations avec les autres seront facilitées

Vous résisterez mieux aux infections et aux maladies. »

insecte_papillon001

« Les émotions représentent une fonction adaptative à notre environnement. Elles ont pour rôle essentiel de nous pousser à fuir les situations qui nous mettent en danger et à nous rapprocher de celles qui nous sont favorables en termes de survie (individuelle ou de l’espèce) Les émotions dites négatives ne sont pas vraiment négatives. Elles sont simplement inconfortables pour nous pousser à change quelque chose. Par exemple.

La colère sert à mettre fin à une situation dangereuse.

La peur fait affluer le sang vers les jambes et permet la fuite.

La tristesse nous inactive en provoquant une chute d'énergie quand il n'y a plus rien à faire.

Le dégoût, à l'origine, permettait probablement d'éviter de s'empoisonner ! Il nous aide à nous détourner des situations émotionnellement toxiques.

La honte est le dégoût appliqué à soi-même. Elle permet de réguler nos comportements sociaux. Sans la honte nous marcherions sur les pieds des autres pour obtenir tout ce que nous voulons. »

insecte_papillon001

« De même que l'évocation d'un souvenir douloureux nous refait vivre l'émotion corporellement et nous attriste, l’évocation d'une situation de tendresse, d'émerveillement ou de confiance va susciter en nous les émotions correspondantes. Et c'est .ainsi que nous avons le pouvoir de produire presque sur commande des émotions guérisseuses. En appliquant régulièrement nos pensées à des  événements positifs, nous allons susciter de plus en plus des émotions positives. C'est l'un des ressorts sur lequel s'appuie ce livre mais ce n'est pas le seul. » ( A suivre)

 

IMG_20150411_095014
Dimanche 12 Avril 2015 à 09h35 dans Extraits de livres lus1 commentaire(s)
Horloge
Statistiques
  • 4 connecté(s)
    Total de 1 771 795 visiteur(s)
    Site créé le 13/06/2007
    Mise à jour le 18/04/2015
Citation du jour
  • " On ne diminue jamais le bonheur en le partageant." . "
    (Bouddha) 
Moteur de recherche