30 Septembre 2014, St Jérôme
Rubriques
Newsletter
  • DSCN1327.JPG

 BONJOUR

 

Quand plusieurs routes s’offriront à toi et que tu ne sauras pas laquelle choisir, n’en prends pas une au hasard, mais assieds-toi et attends, respire profondément avec confiance, sans te laisser distraire par rien, attends encore et encore, ne bouge pas, tais-toi et écoute ton cœur, puis quand il te parle, lève toi et va où il te porte (Susana Tamaro)

 

 

BIENVENUE SUR MON BLOG
 

N'hésitez pas à aller voir les liens vers d'autres blog, Cliquez-ici

Anse Mabouya (19)
 

« Etre philosophe, ce n’est pas seulement avoir des pensées subtiles, ni même fonder une école, c’est aimer la sagesse à tel point que l’on vit selon ses exigences : une vie de simplicité, d’indépendance, de générosité, de confiance. C’est résoudre quelques-uns des problèmes de la vie, non seulement en théorie, mais aussi en pratique.

(Thoreau)

 

 Ne juge pas la journée en fonction de la récolte du soir

Mais d’après les graines que tu as semées. »

(Robert Louis Stevenson)

« Rien ne doit troubler le rythme de ton pas. Si ton pas est sûr, qu’elle que soit la nature du sol, ta progression sera irrésistible. La chose est vraie dans toute action. De même dans toute pensée ; si tu sais dompter tes émotions et unifier tes tendances contraires pour les ramener au juste sentiment, la souffrance et la joie se rejoindront dans l’imperturbable sérénité ».

(François Garagnon)

Cascades de l'Alma (20)

 

Merci à tous, de vos passages, de vos commentaires, de votre présence. Vous êtes  nombreux à venir chercher un peu de douceur, de paix, et d’amour dans cet espace créé pour  vous.

Alors encore merci,

IMG_0500

 

Je vous souhaite à tous une année pleine d’espoir, de joie et de bonheur.

Surtout, ne vous laissez pas aller au découragement, il y a toujours une petite lumière qui brille au fond de  votre cœur, pour vous réchauffer.

Rester à l’écoute des petits bonheurs, qui sont présent tous les jours

Autour de vous.

Avec de la joie dans les yeux,

De l’amour dans le cœur,

La vie peut être plus belle.

Merci de vos passages sur mon monde tout au long de cette année.

Renal


IMG_0845
Photo Renal, prise au Parc Zoologique de Paris

Question à Patrice Gourrier (Prêtre)

 

« Je suis catholique, mais comment croire en Dieu

Avec toutes ces guerres dans le monde ? (Jacques)

 

Réponse : Cher Jacques,

Rappelez-moi, qui fait la guerre dans le monde ? Est-ce que ce ne sont pas les hommes ? Vous êtes catholique. Est-ce le Christ qui nous invite à faire la guerre ? Ou bien est-ce que le Christ nous a dit qu’il empêcherait les guerres ? Je réponds : ni l’un ni l’autre. Le Christ ne nous a jamais donné la guerre en exemple, et ne nous a jamais incité à tuer les autres. Il nous a demandé d’aimer notre prochain, même si ce dernier n’est pas catholique ! De même, le Christ ne s’est jamais présenté comme un Dieu qui enlèverait à l’homme la responsabilité de ses choix. Ce n’est pas Dieu qui est responsable des guerres ou de l’absence de guerre. Il nous a indiqué le chemin à suivre : aimer, aimer sans cesse. S’il y a aujourd’hui des guerres de religion, ce n’est pas la faute de Dieu, mais des hommes. (Extrait de la revue Prier d’octobre 2014)

 

livre
Mardi 30 Septembre 2014 à 13h12 dans Beaux textes philosophiques et spirituels1 commentaire(s)

L’éléphant d’Hannibal

 

Un éléphant était distrait à un tel point

Qu’il avait égaré son nom.

Quand à celui de sa rue,

Il l’avait si bien perdu

Qu’un soir voulant rentrer chez lui

Il se retrouve à Pavie

Alors qu’il habitait à deux doigts de Paris.

 

Mais là-dessus il rencontra un général

Qui s’appelait Hannibal

Alors il se souvient de tout :

Les Alpes, la neige, les loups

Et il se dit, le gros malin :

Que si dans l’autre sens il faisait son chemin

Il reviendrait à son logis sans peine.

 

Ainsi fit-il et redevint

Le plus bel éléphant du zoo de Vincennes

Et du coup retrouva son nom :

Il s’appelait Agamemnon.

 

Jean Rousselotelephant008

elephant-gif-001

Lundi 29 Septembre 2014 à 09h09 dans POEMES DE JEAN ROUSSELOTPoster un commentaire

Extraits du livre «  une journée, une vie »

De Marc de Smedt

« Dieu est une parole à l’extrémité du silence. »

christianisme-gif-007

 

« Ce qui nous manque aujourd’hui, dans ce monde bruyant : l’apprentissage d’une véritable culture du silence qui permettrait de contrebalancer tant soit peu les effets pervers de la modernité et de profiter un peu mieux des moments de sérénité trop rares pour qu’on les néglige ou les saccage avec notre permanent bruit de fond. Une façon d’être et de vivre en conscience… »

christianisme-gif-007

« En spiritualité, je continuerai donc à préconiser curiosité, liberté, tolérance, tout en respectant les croyants, les non-croyants et tous ceux, innombrables, qui ne savent où ils se placent mais ont en eux un appel d’absolu, qui est plus que naturel : consubstantiel à eux-mêmes. »

 

chat 2201

 

Lundi 29 Septembre 2014 à 09h01 dans Extraits de livres lusPoster un commentaire
DSCN1933
Dimanche 28 Septembre 2014 à 09h55 dans Poèmes diversPoster un commentaire

Marine.

Au fond d'un lointain souvenir,
Je revois, comme dans un rêve,
Entre deux rocs, sur une grève,
Une langue de mer bleuir.

Ce pauvre coin de paysage
Vu de très loin apparaît mieux,
Et je n'ai qu'à fermer les yeux
Pour éclairer la chère image.

Dans mon cœur les rochers sont peints
Tout verdis de criste marine,
Et je m'imprègne de résine
Sous le vent musical des pins.

L'œillet sauvage, fleur du sable,
Exhale son parfum poivré,
Et je me sens comme enivré
D'une ivresse indéfinissable.

De longs groupes de saules verts,
À l'éveil des brises salées,
Mêlent aux dunes éboulées
Leurs feuillages, blancs à l'envers.

Je revois comme dans un rêve,
Au fond d'un lointain souvenir,
Une langue de mer bleuir
Entre deux rocs, sur une grève.

André Lemoyne. À L. G. de Bellée.

DSC_5681
Dimanche 28 Septembre 2014 à 09h09 dans Poèmes diversPoster un commentaire

Extraits du livre «  une journée, une vie »

De Marc de Smedt

 

SPIRITUALITES

Soi : la recherche spirituelle commence par et pour soi-même.

Paix : c’est la recherche d’une paix intérieure qui motive chacun à       s’engager dans cette quête.

Inquiétude : cette recherche contrebalance ces angoisses diffuses qui nous taraudent et nous stressent.

Respiration : retrouver la conscience de sa respiration et l’amplifier permet de sortir du tohu-bohu mental.

Intériorisation : tournés sans cesse vers l’extérieur, nous devons apprendre à inverser le processus.

Trésor : il est en nous qui le cherchons souvent si loin. Les solutions se trouvent d’abord en soi.

Unité : savoir s’unifier, savoir se rassembler, nous qui sommes si dispersés, s’avère primordial.

Amour : bien sûr : ayons de la compassion, de l’empathie pour tout ce qui existe, aimons mieux.

Lucidité : ne nous laissons pas déborder par nos illusions et par les manipulations, redevenons lucides

Intégrité : se rendre droit, honnête et intègre est un concept majeur pour une vie épanouie.

Tolérance : ne nous enfermons pas dans nos idées, dogmes et théories et apprenons à écouter les autres.

Esprit : André Comte-Sponville définit la spiritualité comme « vie de l’esprit ».

Silence : c’est le dénominateur commun de toutes les religions, on ne le dit pas assez.

chat

 

 

Samedi 27 Septembre 2014 à 10h31 dans Extraits de livres lus1 commentaire(s)

Poésie sans modération

 

On nous embête vraiment

Avec tous ces règlements.

Par contre la Poésie

On peut et même on doit

En user toute sa vie

Le plus immodérément.

 

Ce n’est pas un vain discours

C’est un voyage au long cours

C’est une pêche aux merveilles

Alors, va-y mon enfant !

La poésie, en plein hiver

Peut remplir ton cœur de soleil

En couleur elle peint la prose

Des heures les plus moroses.

Elle console et justifie

Tes espoirs et tes rêveries,

Tu n’auras pas meilleur amie.

 

Jean Rousselot

IMG_0060
Vendredi 26 Septembre 2014 à 07h42 dans POEMES DE JEAN ROUSSELOTPoster un commentaire

Extraits du livre «  une journée, une vie »

De Marc de Smedt

« La manière d’appréhender le monde dépend de la manière dont on le voit.

Tout est question de présence au monde : un simple brin d’herbe recèle le mystère de la vie. Et il faut goûter ce fameux kôan zen qui explique si bien la communication particulière que l’on peut avoir avec les plantes : « L’homme regarde la fleur, la fleur sourit » Ouvrons donc grand les yeux ! »

ps-smilies-autumn

 

« Nous avons la chance de vivre dans un pays fertile où la protection de la nature devrait être au centre de nos préoccupations, que ce soit en termes d’agriculture biologique et de création de potagers familiaux, de beauté des paysages à préserver, de présence de zones vertes dans les cités. Car si nous sauvons la nature, elle nous sauvera en effet ! »

ps-smilies-autumn

 

« En ces temps où de nombreuses inquiétudes, fondées ou infondées, laminent les esprits et où se lit une fatigue angoissée sur maintes visages, il est urgent de retrouver les vertus du rire et du sourire. Il suffit en effet d’entrer dans un endroit public, en faisant la gueule, suivant l’expression consacrée, ou bien en souriant : différence d’ambiance et d’écoute garantie ! Le sourire désarme, au sens propre comme au sens figuré. Il touche quelque chose de profond, de réellement intime, il caresse le meilleur d’autrui. Un sourire et les yeux étincellent, s’ouvrent, remercient de ce moment, même fugitif, de grâce et de joie partagée. »

CITATIONS 4
Jeudi 25 Septembre 2014 à 09h38 dans Extraits de livres lus2 commentaire(s)

L'offrande à la nature.

 

Nature au cœur profond sur qui les cieux reposent,
Nul n'aura comme moi si chaudement aimé
La lumière des jours et la douceur des choses,
L'eau luisante et la terre où la vie a germé.

La forêt, les étangs et les plaines fécondes
Ont plus touché mes yeux que les regards humains,
Je me suis appuyée à la beauté du monde
Et j'ai tenu l'odeur des saisons dans mes mains.

J'ai porté vos soleils ainsi qu'une couronne
Sur mon front plein d'orgueil et de simplicité,
Mes jeux ont égalé les travaux de l'automne
Et j'ai pleuré d'amour aux bras de vos étés.

Je suis venue à vous sans peur et sans prudence
Vous donnant ma raison pour le bien et le mal,
Ayant pour toute joie et toute connaissance
Votre âme impétueuse aux ruses d'animal.

Comme une fleur ouverte où logent des abeilles
Ma vie a répandu des parfums et des chants,
Et mon cœur matineux est comme une corbeille
Qui vous offre du lierre et des rameaux penchants.

Soumise ainsi que l'onde où l'arbre se reflète,
J'ai connu les désirs qui brûlent dans vos soirs
Et qui font naître au cœur des hommes et des bêtes
La belle impatience et le divin vouloir.

Je vous tiens toute vive entre mes bras, Nature.
Ah ! faut-il que mes yeux s'emplissent d'ombre un jour,
Et que j'aille au pays sans vent et sans verdure
Que ne visitent pas la lumière et l'amour...

Anna de Noailles.

 

Fond Saint Denis (4)

 

 

Mercredi 24 Septembre 2014 à 09h23 dans Poèmes divers1 commentaire(s)

Extraits du livre «  une journée, une vie »

De Marc de Smedt

 

« Peurs et stress font bon ménage et pourrissent nos vies entières. Ce sont donc nos premiers ennemis, ceux qu’il faut combattre au quotidien, avec vigilance et détermination. »

fleurs_autre027

 

« Il est vital de se ménager des instants de pause pour retrouver le calme et pratiquer un quelconque exercice qui nous aère, au sens propre comme au sens figuré. Peut importe l’activité, méditative, sportive, culinaire, ludique, chacun doit choisir celle qui lui fait du bien et l’ancré dans son corps. Déposer le fardeau des ses préoccupations ce qui ne signifie pas les fuir, apporte une perception nouvelle des choses et des évènements, comme si on prenait de la hauteur pour respirer l’air des sommets. »

fleurs_autre027

 

« Chacun d’entre nous recèle des trésors d’inventivité, de gentillesse, d’amour, des qualités multiples qui ne demandent qu’à éclore. En termes personnels, que faisons-nous vraiment pour éveiller toutes ces potentialités enfouies en nous ? »

 

DSC_5577

 

Mardi 23 Septembre 2014 à 09h44 dans Extraits de livres lusPoster un commentaire

Regardez-vous un peu dans la glace

 

Regardez-vous un peu dans la glace

Dit à Jeanne et Marie leur maman qui se fâche.

 

Vous avez couru et fait mille bêtises

Vous êtes toutes rouges et vos boucles défrisent.

 

Pour donner aux poupées leur goûter-biberon

Vous avez tout Sali mon joli napperon.

 

Vous avez habillé la chatte de Pandora

Avec mon caraco et mon châle angora.

 

Pour prendre la température à son mari Albert

Vous avez fait tomber le thermomètre par terre !

 

La maman est fâchée et fait la grosse voix

Mais en se regardant dans la glace elle voit.

 

Que les gens en colère font de sales grimaces.

Regardez-vous un peu dans la glace.

 

Claude Roy

scan306
Mardi 23 Septembre 2014 à 09h37 dans Poème de Claude RoyPoster un commentaire
sagesse343
Lundi 22 Septembre 2014 à 09h54 dans Citations en imagesPoster un commentaire

La vie profonde.

 

Être dans la nature ainsi qu'un arbre humain,
Étendre ses désirs comme un profond feuillage,
Et sentir, par la nuit paisible et par l'orage,
La sève universelle affluer dans ses mains.

Vivre, avoir les rayons du soleil sur la face,
Boire le sel ardent des embruns et des pleurs,
Et goûter chaudement la joie et la douleur
Qui font une buée humaine dans l'espace.

Sentir, dans son cœur vif, l'air, le feu et le sang
Tourbillonner ainsi que le vent sur la terre ;

S'élever au réel et pencher au mystère,
Être le jour qui monte et l'ombre qui descend.

Comme du pourpre soir aux couleurs de cerise,
Laisser du cœur vermeil couler la flamme et l'eau,
Et comme l'aube claire appuyée au coteau
Avoir l'âme qui rêve, au bord du monde assise...

Anna de Noailles.

IMG_0517
Lundi 22 Septembre 2014 à 09h47 dans Poèmes divers1 commentaire(s)

Extraits du livre «  une journée, une vie »

De Marc de Smedt

 

« Le problème aujourd’hui, c’est que le dominateur commun de toutes les religions justement cette recherche intérieure d'absolu, de silence pur, de quiétude dans les tempêtes du monde - se trouve bafoué par les fanatismes de tout poil, se servant des moindres prétextes pour jeter de l'huile sur le feu, relayés à l'envi par les médias avec leur besoin de spectaculaire pour exister, attisant ainsi les rancœurs et l'inquiétude générale. »

 

cheminee-008

« La philosophie de la non-violence se base sur la décision de principe de refuser toute pensée, toute institution, toute action qui porteraient atteinte à la vie ou à la dignité d'autrui ; il y a donc de quoi faire, et pas moins aujourd'hui qu'hier ! On pourrait aussi la définir par cette règle d'or, que l'on trouve dans toutes les sagesses du monde : « Ne fais pas aux autres ce que tu ne veux pas qu'ils te  fassent », dont la version positive : « Fais aux autres le bien que tu voudrais qu'ils te fassent » implique certes une intrusion dans le jardin d'autrui, mais ne saurait être découragée dans un monde où la solidarité manque continuellement. Gandhi considérait la non-violence comme une lutte contre l'injustice, mais sans visée de vengeance, avec au contraire une volonté de réconciliation et de reconnaissance mutuelles. Ces principes, qui ont l'air si simples, sont pourtant toujours mis à mal dès qu'un antagonisme survient — songeons au moindre de nos différends. Dans tous les conflits qui divisent le monde, des plus petits(en  famille, au travail, entre amis) aux plus grands, le seul vrai problème n'est pas la notion de conflit il est normal de ne pas être d'accord sur tout —, mais bien plutôt l'absence, souvent totale, de respect et d'écoute de l'autre. En cela il  y a dans nos psychologies comme une sorte de vice de forme, qui fait que l'être humain et le groupe dont il fait partie se croient investis d'une vérité unique, forcément supérieure à celle des gens d'en face. C'est préhistorique et cela n'a pas l'air de s'arranger. »

 

15
Dimanche 21 Septembre 2014 à 13h40 dans Extraits de livres lusPoster un commentaire
Horloge
Statistiques
  • 16 connecté(s)
    Total de 1 596 949 visiteur(s)
    Site créé le 13/06/2007
    Mise à jour le 30/09/2014
Citation du jour
  • " On ne diminue jamais le bonheur en le partageant." . "
    (Bouddha) 
Moteur de recherche