02 Septembre 2014, Ste Ingrid
Rubriques
Newsletter
  • DSCN0637.JPG

 BONJOUR

 

Quand plusieurs routes s’offriront à toi et que tu ne sauras pas laquelle choisir, n’en prends pas une au hasard, mais assieds-toi et attends, respire profondément avec confiance, sans te laisser distraire par rien, attends encore et encore, ne bouge pas, tais-toi et écoute ton cœur, puis quand il te parle, lève toi et va où il te porte (Susana Tamaro)

 

 

BIENVENUE SUR MON BLOG
 

N'hésitez pas à aller voir les liens vers d'autres blog, Cliquez-ici

IMG_0455
 
 

« Etre philosophe, ce n’est pas seulement avoir des pensées subtiles, ni même fonder une école, c’est aimer la sagesse à tel point que l’on vit selon ses exigences : une vie de simplicité, d’indépendance, de générosité, de confiance. C’est résoudre quelques-uns des problèmes de la vie, non seulement en théorie, mais aussi en pratique.

(Thoreau)

 

 Ne juge pas la journée en fonction de la récolte du soir

Mais d’après les graines que tu as semées. »

(Robert Louis Stevenson)

« Rien ne doit troubler le rythme de ton pas. Si ton pas est sûr, qu’elle que soit la nature du sol, ta progression sera irrésistible. La chose est vraie dans toute action. De même dans toute pensée ; si tu sais dompter tes émotions et unifier tes tendances contraires pour les ramener au juste sentiment, la souffrance et la joie se rejoindront dans l’imperturbable sérénité ».

(François Garagnon)

IMG_0506

 

Merci à tous, de vos passages, de vos commentaires, de votre présence. Vous êtes  nombreux à venir chercher un peu de douceur, de paix, et d’amour dans cet espace créé pour  vous.

Alors encore merci,

 

IMG_0480

Anse d'Arlets, Martinique

Je vous souhaite à tous une année pleine d’espoir, de joie et de bonheur.

Surtout, ne vous laissez pas aller au découragement, il y a toujours une petite lumière qui brille au fond de  votre cœur, pour vous réchauffer.

Rester à l’écoute des petits bonheurs, qui sont présent tous les jours

Autour de vous.

Avec de la joie dans les yeux,

De l’amour dans le cœur,

La vie peut être plus belle.

Merci de vos passages sur mon monde tout au long de cette année.

Renal


IMG_0526

Les étoiles et les feuilles

 

Les feuilles tombent des arbres,

Les arbres poussent sous le vent,

Le vent contient des feuilles.

 

Le vent, les arbres et les feuilles,

C’est comme un toboggan

Qui monte et qui descend.

 

Les feuilles descendent des arbres.

Les arbres glissent lentement,

Il y a l’enfance des feuilles,

Il y a les nervures du temps.

 

Parfois, je m’enfonce dans la terre,

J’hume les feuilles,

Et je devins humus.

 

Tu es une feuille parmi les étoiles,

Une étoile parmi les branches,

Une branche, un navire, une mer.

 

Dominique Gagnard extrait de « Presque le bonheur »

 

Absalon (2)
Lundi 01 Septembre 2014 à 09h17 dans Poèmes divers1 commentaire(s)

Extraits du livre Petit traité de la joie, consentir à la vie

de Martin STEFFENS

 

« Il ne s’agit pas d’abord d’être heureux d’être ceci ou cela (riche, beau, en excellente santé, père ou mère de tant d’enfants...) mais d’être heureux d’être. Et si d’aventure, la richesse et la santé, la beauté et la prospérité me sourient, ce sera par surcroît. Ce qui n’implique pas de ne pas désirer les biens de ce monde : la fécondité, la vie sociale et la santé sont désirables. Il s’agit seulement de ne pas faire dépendre notre bonheur d’eux : le bonheur doit venir de loin ou de plus près : joie de vivre, ce bonheur coïncide avec le souffle qui m’anime. Ainsi La vie réserve-telle son plus beau sourire à ceux qui par grandeur d’âme, sont toujours prêts à le lui rendre. »

 

chaton-a-18

Conclusion : « Apprendre à aimer, c’est ouvrir la porte de son âme avant de soupçonner. C’est accepter de se taire et écouter. Nous n’aurons de ce monde que ce qui s’y donne déjà, à présent, au présent, comme le présent auquel nous ne sommes jamais assez présents. Car aimer, enfin, c’est consentir à ne trouver rien à redire, à cesser d’interroger, pour donner à ce qui est étranger la grâce de l’accueil. Cesser d’interroger : c’est là ce que disent des mots Tchekhov, un jour griffonnés dans un petit cahier et dont la source fut par moi perdue, ajoutant à la puissance de leur sens la saveur d’une grâce comme tombés du ciel :

J’ai compris qu’en amour, il faut, si l’on s’interroge, soit partir des sentiments les plus élevés, plus importants que le bonheur et le malheur, La faute ou la vertu..

Soit ne pas s’interroger du tout.

 

Ici se termine les extraits de ce beau livre. Renal

 

DSC_5778

 

Lundi 01 Septembre 2014 à 09h01 dans Extraits de livres lusPoster un commentaire
Anse Mabouya (1)
 
Anse Mabouya (2)
 
Anse Mabouya (4)
 
Anse Mabouya (6)
 
 
Anse Mabouya (12)
 
Samedi 30 Août 2014 à 01h02 dans Balade1 commentaire(s)
Le Diamant (10)
 
Le Diamant (22)
 
 
Le Diamant (25)
 

Plage de Anse Figuier (6)
 
Plage de Anse Figuier (9)
 
Plage de Anse Figuier (11)
 
Vendredi 29 Août 2014 à 13h12 dans BaladePoster un commentaire
Anse d'Arlets (8)
 
Anse d'Arlets (11)
 
IMG_0479
 
Grand Anse (2)
 
Grand Anse (3)
 
IMG_0526
Plage de Tartane (22)
 
Plage de Tartane (46)
Vendredi 29 Août 2014 à 13h03 dans Balade1 commentaire(s)

Extraits du livre « Petit traité de la joie, consentir à la vie

de Martin STEFFENS

« Qu’ils soient athées, philosophes ou chrétiens, badauds, musiciens ou poètes, les hommes ont en partage cette vie tramée dans l’involontaire et qu’il faut, pour cette raison, apprendre à aimer. En tout homme qui choisit de ne pas s’enfoncer dans de coûteux regrets et qui, d’un bond se lève pour conjuguer sa vie au présent, au lieu d’un perpétuel conditionnel, en chacun de ces hommes, donc, il y a le même esprit qui souffle, le même génie silencieux de la vie. »

gif-anime-etoile-42-gratuit

« Tout dans la religion chrétienne, dit le Dieu donateur, le Dieu relation, la joie d’avoir reçu et de pouvoir ainsi donner. Et tout ce qui ne dit pas cette Bonne Nouvelle, qui est le cœur du message du Christ, est nommé chrétien par erreur. On n’est pas chrétien pour telle ou telle raison : pour se rassurer, pour se consoler, pour donner un sens à la vie (si d’ailleurs on le donne, ce sens, c’est qu’il n’y en pas…) »

gif-anime-etoile-42-gratuit

« Il est essentiel d’écouter le malheur des hommes, car notre joie de vivre ne saurait en être amoindrie. De toute façon nous l’avons déjà dit : il faut aimer la vie pour vouloir la défendre, il faut la trouver précieuse pour entendre, ne serait-ce qu’entendre, le mal qu’on lui fait. »

 

IMG_0604

 

Mercredi 27 Août 2014 à 13h10 dans Extraits de livres lusPoster un commentaire

L'Anse du Grand Macabou se situe le long de la partie la plus sauvage de la côte Atlantique Sud, sur la commune du Vauclin, à 4km au sud du bourg. S'étirant sur plus d'un kilomètre, cette plage de sable fin en forme de demi-lune compte parmi les plus sauvages et les plus belles de Martinique. Bordée d'immenses cocotiers qui dispensent une ombre généreuse, elle constitue un lieu de pique nique idéal. Pourtant, malgré ses atouts, elle est peu fréquentée car relativement difficile d'accès... Il est en effet nécessaire d'emprunter une longue piste bosselée pour la rejoindre. Le Grand Macabou est un endroit très authentique à découvrir à pied, le temps d'une promenade le long du grand sentier de la Trace des Caps ou pourquoi pas à cheval, un ranch étant installé à proximité. Seul petit bémol à ce tableau idyllique: Les baigneurs pourront être dérangés par les algues parfois nombreuses.

 

 

Grand Macabou (11)
 
Grand Macabou (1)
 
 
Grand Macabou (3)
Mardi 26 Août 2014 à 14h20 dans Balade1 commentaire(s)
DSC_5665
Mardi 26 Août 2014 à 03h37 dans Citations en imagesPoster un commentaire

La réserve naturelle de la  presqu’île de la caravelle

 

DSC_5568

 

La presqu’île de la Caravelle marque le profil atlantique de l’île d’un bras de terre de 10 km de long, perpendiculaire à la côte.

L’extrémité de la presqu’île n’a pas échappé à un déboisement partiel pour la culture de la canne et l’exploitation du bois.

Cependant, depuis le XVIIème siècle, sa position géographique extrême et l’âpreté de son climat très sec lui ont épargné plus qu’ailleurs des dégradations irréversibles.

C’est ce qui a permis la reconstitution progressive des milieux naturels, à la faveur du découpage particulier de ses côtes et de son relief accidenté en une mosaïque remarquable de végétation très diversifiée telle que : forêt sèche, fourrés, mangrove, forêt d’arrière plage, savane, flore de falaises.

Ces différents milieux constituent autant d’habitats pour un nombre important d’oiseaux sédentaires dont deux sont endémiques à la Martinique : La Gorge Blanche. Le Carouge.

Château Dubuc (17)

Cette Réserve Naturelle a une superficie de 422 ha dont 89% de propriété publique et vous permet de découvrir la flore et faune du littoral atlantique grâce à un petit et un grand sentier de randonnée.

Ces circuits offrent de remarquables points de vue sur la pointe de la presqu’île et permettent d’en découvrir les multiples milieux.

 

Par ailleurs, un circuit d’interprétation traverse la Réserve jusqu’au phare et à la station météo, rejoint les falaises à travers bois et longe la côte d’anses en pointes jusqu’à la Baie du Trésor avant de remonter vers les ruines du Château Dubuc.

 

DSC_5577
 
DSC_5580
 
DSC_5584
 
DSC_5605
 
DSC_5681
 
DSC_5775
 
DSC_5778
 
DSC_5797
Mangrove
DSC_5833

 

Lundi 25 Août 2014 à 12h49 dans Balade2 commentaire(s)
DSC_6635

Histoire du Château Dubuc

 

Le château Dubuc a été construit en 1721, par Louis du Buc du Galion, petit-fils de Pierre du Buc, sieur de La Caravelle et du Marigot, sur la presqu'île de la Caravelle, côte est de la Martinique, commune actuelle de la Trinité.

C’est en 1657 que Pierre DUBUC, originaire de Normandie, débarque en Martinique. Pour avoir participer à plusieurs expéditions contre les Indiens Caraïbes, il reçoit en récompense une concession dans la région de La Trinité où il s’installe à partir de 1671. Il y cultive la canne à sucre et le tabac. Dans son autre propriété agricole située au village du Marigot (Martinique), il y cultive le cacao dont il a été le premier producteur français.

Son petit-fils Louis du Buc du Galion, né en 1693, mort le 14 avril 1765, construit l'habitation Caravelle qui devient le « Château Dubuc ».

En 1727, le Château Dubuc est progressivement abandonné, endommagé lors du tremblement de terre et du cyclone de décembre de la même année, tandis que Fort-de-France est détruit en grande partie.

C’est en 1974 que le SIATNO (Communauté des Communes) fit l’acquisition pour le compte du Parc Naturel Régional, alors en gestation, des 2,5 h de terrain d’assiette des ruines du Château. Malgré les nombreuse difficultés à ravir les ruines de l’emprise des "figuiers maudits", le PNRM ,  (Parc Régional de la Martinique) dont une des missions consiste en la protection du patrimoine naturel et historique de la Martinique, poursuit un programme de restauration et de valorisation du site. Le Château Dubuc est classé Monument Historique depuis 1991.

C’est le troisième site le plus visité de la Martinique après Saint-Pierre et le domaine de la Pagerie aux Trois-Îlets.

(Source :http://fr.wikipedia.org)

 

IMG_0506
 
IMG_0485
 
IMG_0486
 
IMG_0483
 
IMG_0491
 
Cuve à Mélasse
 
IMG_0495
 
IMG_0512
 
IMG_0517
 
IMG_0522
 
DSC_6619
Samedi 23 Août 2014 à 13h59 dans Balade1 commentaire(s)

Extraits du livre « Petit traité de la joie, consentir à la vie

de Martin STEFFENS

« Une chose est sûre : penser le bonheur comme un dû ne rend pas heureux. Il est des choses qu’on obtient à cette seule condition qu’on ne les exige pas. Il est des choses qu’on possède à la condition de ne les posséder point. »

scan284

 

« Le drame de l’homme n’est pas de manquer : c’est de ne pas recevoir pleinement ce qu’il a. »

scan284

« Il est une faculté qui ne s’use que de l’user trop peu : l’attention. C’est d’elle que vient le salut : « Ce n’est que le défaut d’attention qui diminue nos biens. »

scan297

« Nous ne pleurons jamais que par amour. Nous ne tombons malade que d’être en vie. Nous avons reçu avant que de pouvoir perdre. Et en perdant, nous mesurons encore la largesse du don. »

scan320

« La valeur d’une vie ne se mesure pas à la quantité d’expériences que l’on a faites mais à la qualité de présence qu’on y a mise. »

 

DSC_5629

 

 

Vendredi 22 Août 2014 à 13h06 dans Extraits de livres lusPoster un commentaire

De la terre au ciel.

 

Un rayon de soleil se brise

Sur la branche et sur les buissons.

Je m'assieds à l'ombre, où la brise

M'apporte parfums et chansons :

 

Parfum de la fraise rougie

Qui tremble sur le vert sentier ;

Chanson palpitante élégie

De l'oiseau sur le chêne altier ;

 

Parfum de la rose sauvage,

Doux trésor du pâtre amoureux ;

Chanson égayant le rivage,

Qui parle à tous les cœurs heureux :

 

Parfum de la source qui coule

Dans un lit de fleurs ombragé ;

Chanson du ramier qui roucoule,

Et me chante l'amour que j'ai ;

 

Parfum de l'herbe qui s'emperle

À la brume des soirs d'été ;

Chanson éclatante du merle,

Qui bat de l'aile en sa gaieté ;

 

Parfum de toute la nature,

Fleur, arôme, ambroisie et miel,

Chanson de toute créature,

Qui parle de la terre au ciel.

 

Arsène Houssaye.

 

DSC_5605
Jeudi 21 Août 2014 à 15h09 dans Poèmes diversPoster un commentaire

Extraits du livre « Petit traité de la joie, consentir à la vie

de Martin STEFFENS

 

« Prier, certes, signifie demander. Mais ce que la prière demande, c’est la grâce d’accepter ce qu’il adviendra. Sans quoi la prière se fait exigence. Tous les croyants qui ne désertent pas la foi à la première épreuve savent que la prière est de cette nature. Elle demande l’impossible qui n’est pas d’avoir une autre vie, sans aspérité, sans souffrance (car il faudrait alors ne plus aimer, et la chose sera réglée). L’impossible qu’elle demande, c’est de continuer d’aimer dans l’épreuve. Jésus dit bien : « Qui demande obtiendra » mais ce dont il parle alors, c’est de l’Esprit Saint, c’est de cette force au-delà de nos forces qui vient à leur soutien et nous donne de garder les bras ouverts là où toutes les bonnes raisons du monde conspiraient à nous les faire baisser. »

 

soleil013

« Voilà le mauvais mécanisme mental qu’il nous faut enrayer : nous partons de ce qui aurait pu ou aurait dû être, et condamnons ce qui est en son nom. « Je serais heureux si j’étais ceci ou cela… » : Bonheur soumis à condition, vie conjuguée au conditionnel. Jamais nous n’avons la présence d’esprit de partir de ce qui est, ou de faire le détour par ce qui aurait pu ne pas être afin de mieux arriver à ce qui est. »

 

DSC_5577

 

 

Mercredi 20 Août 2014 à 12h44 dans Extraits de livres lusPoster un commentaire

 

IMG_0462

Les souvenirs

 

Il siège au coin du feu, les paupières mi-closes,

Aspirant la chaleur du brasier qui s’éteint ;

La bouilloire bouillonne avec des bruits d’étain ;

Le bois flambe, noircit, s’effile en charbons roses.

 

Le royal exilé prend de sublimes poses ;

Il allonge son nez sur ses pieds de satin ;

Il s’endort, il échappe au stupide destin,

A l’irrémédiable écroulement des choses.

 

Les siècles en son cœur ont épaissi leur nuit,

Mais au fond de son cœur, inextinguible, luit

Comme un flambeau sacré, son rêve héréditaire.

 

Un soir d’or, le déclin empourpré du soleil,

Des fûts noirs de palmiers sur l’horizon   vermeil,

Un grand fleuve qui roule entre deux murs de terre.

 

Hyppolyte Taine  

chat188
Mardi 19 Août 2014 à 12h43 dans LES CHATS EN POESIEPoster un commentaire
Horloge
Statistiques
  • 4 connecté(s)
    Total de 1 568 952 visiteur(s)
    Site créé le 13/06/2007
    Mise à jour le 01/09/2014
Citation du jour
  • " On ne diminue jamais le bonheur en le partageant." . "
    (Bouddha) 
Moteur de recherche