• Poèmes divers

    36 pages de poèmes divers

  •  

    À la lumière

     

    Dans l'essaim nébuleux des constellations,

    Ô toi qui naquis la première,

    Ô nourrice des fleurs et des fruits, ô Lumière,

    Blanche mère des visions,

     

    Tu nous viens du soleil à travers les doux voiles

    Des vapeurs flottantes dans l'air :

    La vie alors s'anime et, sous ton frisson clair,

    Sourit, ô fille des étoiles !

     

    Salut ! car avant toi les choses n'étaient pas.

    Salut ! douce ; salut ! puissante.

    Salut ! de mes regards conductrice innocente

    Et conseillère de mes pas.

     

    Par toi sont les couleurs et les formes divines,

    Par toi, tout ce que nous aimons.

    Tu fais briller la neige à la cime des monts,

    Tu charmes le bord des ravines.

     

    Tu fais sous le ciel bleu fleurir les colibris

    Dans les parfums et la rosée ;

    Et la grâce décente avec toi s'est posée

    Sur les choses que tu chéris.

     

    Le matin est joyeux de tes bonnes caresses ;

    Tu donnes aux nuits la douceur,

    Aux bois l'ombre mouvante et la molle épaisseur

    Que cherchent les jeunes tendresses.

     

    Par toi la mer profonde a de vivantes fleurs

    Et de blonds nageurs que tu dores.

    Au ciel humide encore et pur, tes météores

    Prêtent l'éclat des sept couleurs.

     

    Lumière, c'est par toi que les femmes sont belles

    Sous ton vêtement glorieux ;

    Et tes chères clartés, en passant par leurs yeux,

    Versent des délices nouvelles.

     

    Leurs oreilles te font un trône oriental

    Où tu brilles dans une gemme,

    Et partout où tu luis, tu restes, toi que j'aime,

    Vierge comme en ton jour natal.

     

    Sois ma force, ô Lumière ! et puissent mes pensées,

    Belles et simples comme toi,

    Dans la grâce et la paix, dérouler sous ta foi

    Leurs formes toujours cadencées !

     

    Donne à mes yeux heureux de voir longtemps encor,

    En une volupté sereine,

    La Beauté se dressant marcher comme une reine

    Sous ta chaste couronne d'or.

     

    Et, lorsque dans son sein la Nature des choses

    Formera mes destins futurs,

    Reviens baigner, reviens nourrir de tes flots purs

    Mes nouvelles métamorphoses.

     

    Anatole France. (1844-1924)

     

    Maintenont


    2 commentaires
  • La neige

     

    Blanche neige

    Gros flocons

    Chauds manteaux

    Et gros pompons !

     

    Dans la neige

    Il fait bon

    Tout est beau

    Et tout est rond.

     

    Les clochers

    Les maisons

    Ont des glaçons

    Sur le front

     

    Les traîneaux

    Les chapeaux

    Ont de la glace

    Au menton.

     

    Il fait froid,

    Gla, gla, gla,

    Couvertures et feu de bois.

     

    Il fait chaud

    Chocolat,

    La neige fond

    Et ça sent bon !

     

    Sophie Arnould

    Photo Pixabay


    votre commentaire

  • 1 commentaire
  • La gelée

     

    Ce matin,

    Il y avait

    Des milliers

    De diamants

    Dans les champs.

     

    Les gens ont dit :

    “C’est la gelée.”

     

    Mais moi

    Je sais bien

    Que c’est la lune

    Qui a fait craquer

    Tous ses colliers.

     

    Anne-Marie Chapouton

    La gelée.

    Mont du Chat, Savoie février 2016


    votre commentaire
  • L'Espoir

     

    L'Espoir, ça vient d'on ne sait où

    Ça vient plus loin que nous

    L'Espoir, ça vous colle à la peau

    Ça vous enracine au ciel

    Ca vous enlace les bras et les mains.

    L'Espoir, ça vous étouffe à en crier

    À en vivre sans fin.

    Fragile, si fragile comme la fleur des blés.

    Il ensemence nos chemins

    Il nourrit nos après-demain

    Et fait éclater nos rires plus loin que la terre.

    Écrit en rouge sur les murs de nos prisons,

    Il se nomme LIBERTÉ.

    Écrit en noir sur les portes des princes

    Il se nomme JUSTICE.

    Écrit en bleu sur les murs de nos villes

    Il se nomme HORIZON.

    Écrit en blanc sur les robes des filles

    Il se nomme PRINTEMPS.

    Écrit en rose sur les fleurs de nos mains

    Il se nomme FRATERNITÉ.

    Écrit en transparence dans les yeux des enfants

    Il se nomme VIVRE.

    Écrit en arc-en-ciel sur le soleil couchant,

    Il se nomme PAIX.

    Extrait de « Pierre vivantes » 

     

    L'Espoir

    Martinique aout 2017


    votre commentaire

  • votre commentaire
  • Bonjour monsieur l'Hiver

     

    - Hé ! Bonjour monsieur l'Hiver !

    Ça faisait longtemps...

    Bienvenue sur notre terre,

    Magicien tout blanc.

    - Les montagnes t'espéraient ;

    Les sapins pleuraient ;

    Les marmottes s'indignaient ;

    Reviendra-t-il jamais ?

    - Mes patins s'ennuyaient ;

    Mes petits skis aussi ;

    On était tous inquiets ;

    Reviendra-t-il jamais ?

    - Hé ! Bonjour monsieur l'Hiver !

    Ça faisait longtemps ...

    Bienvenue sur notre terre,

    Magicien tout blanc.

     

    Patrick  Bousquet

     

    Bonjour monsieur l'Hiver

    Mont du Chat, Savoie, 2016


    2 commentaires

  • 2 commentaires

  • votre commentaire
  • A M. V. H. (Sonnet)

     

    Il faut, dans ce bas monde, aimer beaucoup de choses,

    Pour savoir, après tout, ce qu’on aime le mieux,

    Les bonbons, l’Océan, le jeu, l’azur des cieux,

    Les femmes, les chevaux, les lauriers et les roses.

     

    Il faut fouler aux pieds des fleurs à peine écloses ;

    Il faut beaucoup pleurer, dire beaucoup d’adieux.

    Puis le coeur s’aperçoit qu’il est devenu vieux,

    Et l’effet qui s’en va nous découvre les causes.

     

    De ces biens passagers que l’on goûte à demi,

    Le meilleur qui nous reste est un ancien ami.

    On se brouille, on se fuit. Qu’un hasard nous rassemble,

     

    On s’approche, on sourit, la main touche la main,

    Et nous nous souvenons que nous marchions ensemble,

    Que l’âme est immortelle, et qu’hier c’est demain.

     

    Alfred de Musset

    Extrait du livre « 30 poèmes pour célébrer le monde » 

     

    A M. V. H. (Sonnet)

    Japon, aout 2017


    votre commentaire
  • L’écolier

     

    J’écrirai le jeudi j'écrirai le dimanche

    quand je n'irai pas à l'école

    j'écrirai des nouvelles j'écrirai des romans

    et même des paraboles

    je parlerai de mon village je parlerai de mes parents

    de mes aïeux de mes aïeules

     

    je décrirai les prés je décrirai les champs

    les broutilles et les bestioles

    puis je voyagerai j'irai jusqu'en Iran

    au Tibet ou bien au Népal

    et ce qui est beaucoup plus intéressant

    du côté de Sirius ou d'Algol

    où tout me paraîtra tellement étonnant

    que revenu dans mon école

    je mettrai l'orthographe mélancoliquement

     

    Raymond Queneau

    Extrait du livre « 30 poèmes pour célébrer le monde » 

    L’écolier

    Japon aout 2017 (photo Benoît)

     


    2 commentaires
  • Îles

     

    Îles

    Îles où l'on ne prendra jamais terre

    Îles où l'on ne descendra jamais

    Îles couvertes de végétations

    Îles tapies comme des jaguars

    Îles muettes

    Îles immobiles

    Îles inoubliables et sans nom

    Je lance mes chaussures par-dessus bord car je voudrais bien aller jusqu'à vous

     

    Blaise CENDRARS,

    Extrait du livre « 30 poèmes pour célébrer le monde » 

    Anse Noire, Martinique


    votre commentaire
  • L’ARAIGNÉE.

     

    Araignée grise

    Araignée d'argent,

    Ton échelle exquise

    tremble dans le vent.

    Toile d'araignée

    - émerveillement ! -

    Lourde de rosée

    Dans le matin blanc.

     

    Ouvrage subtil

    Qui frissonne et ploie.

    O maison de fil,

    Escalier de soie !

    Araignée grise,

    Araignée d'argent,

    Ton échelle exquise

    Tremble dans le vent

     

    Madeleine LEY

    Extrait du livre « 30 poèmes pour célébrer le monde » 

     

    L’ARAIGNÉE.

    Photo Pixabay


    2 commentaires
  • De la terre au ciel

     

    Un rayon de soleil se brise

    Sur la branche et sur les buissons.

    Je m'assieds à l'ombre, où la brise

    M'apporte parfums et chansons :

     

    Parfum de la fraise rougie

    Qui tremble sur le vert sentier ;

    Chanson — palpitante élégie —

    De l'oiseau sur le chêne altier ;

     

    Parfum de la rose sauvage,

    Doux trésor du pâtre amoureux ;

    Chanson égayant le rivage,

    Qui parle à tous les cœurs heureux :

     

    Parfum de la source qui coule

    Dans un lit de fleurs ombragé ;

    Chanson du ramier qui roucoule,

    Et me chante l'amour que j'ai ;

     

    Parfum de l'herbe qui s'emperle

    À la brume des soirs d'été ;

    Chanson éclatante du merle,

    Qui bat de l'aile en sa gaieté ;

     

    Parfum de toute la nature,

    Fleur, arôme, ambroisie et miel,

    Chanson de toute créature,

    Qui parle de la terre au ciel.

     

    Arsène Houssaye. Source : www.poesie-francaise.fr 

     

    Rose de Porcelaine Martinique aout 2017


    2 commentaires

  • votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique