• Poèmes divers

    36 pages de poèmes divers


  • votre commentaire

  • votre commentaire
  • Mai


    3 commentaires

  • votre commentaire

  • votre commentaire

  • votre commentaire

  • 1 commentaire
  •  

    GRAIN DE BLÉ

    Grain de blé,
    Je suis si peu de chose
    Posé au creux d'une main.

     

    Grain de blé,
    Je suis vraiment minuscule
    Dans l'immensité d'un champ.

     

    Grain de blé,
    Je m'enfonce profond
    Jusqu'au cœur de la terre.

     

    Grain discret,
    Je me fais oublier
    Mais mon cœur veille.

     

    Grain donné,
    L'attente se fait
    Dans mon lit de terre.

     

    Grain qui meurt,
    Je me vide de moi-même.

     

    Grain levé,
    Tige et feuilles me tirent vers la lumière.

     

    Grain qui fleurit,
    Vive la vie remplie de fruits

     

    Glem 

     

    GRAIN DE BLÉ

     


    1 commentaire

  • 2 commentaires

  • 2 commentaires

  • 2 commentaires

  • 2 commentaires
  •  

    Le poète et la foule

     

    La plaine un jour disait à la montagne oisive :
    " Rien ne vient sur ton front des vents toujours battu ! "
    Au poète, courbé sur sa lyre pensive,
    La foule aussi disait : " Rêveur, à quoi sers-tu ? "

    La montagne en courroux répondit à la plaine :
    " C'est moi qui fais germer les moissons sur ton sol ;
    Du midi dévorant je tempère l'haleine ;
    J'arrête dans les cieux les nuages au vol !

    Je pétris de mes doigts la neige en avalanches ;
    Dans mon creuset je fonds les cristaux des glaciers,
    Et je verse, du bout de mes mamelles blanches,
    En longs filets d'argent, les fleuves nourriciers.

    Le poète, à son tour, répondit à la foule :
    " Laissez mon pâle front s'appuyer sur ma main.
    N'ai-je pas de mon flanc, d'où mon âme s'écoule,
    Fait jaillir une source où boit le genre humain ? "

     

    Théophile Gautier.

     

    Morne Larcher Martinique


     


    votre commentaire

  • 2 commentaires
  • Une petite flamme

     

    La vie ne lui a pas fait de faveurs.

    Et durant des jours, des mois

    Des années, un mal être sournois

    L'a souvent amené jusqu'aux pleurs.

     

    Fragile, se raccrochant à des petits riens

    Elle a grandit seule, mais bien entourée

    De la famille pour l'aimer et la rassurer.

    En vain, il y avait quelque part, un frein.

     

    Un manque de confiance, une souffrance,

    Un lien invisible qui l'attachait au sol.

    Une vie en attente, bridée par un licol

    Qui lui bouffait son adolescence.

     

    Depuis peu, une petite flamme renaît.

    Espérance et joie réapparaissent doucement

    Lui amenant un sourire étincelant;

    Celui du bonheur qui pointe le bout de son nez.

     

    Dominique Sagne

     

    Une petite flamme


    2 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique