• Extraits de livres lus

    29 pages d'extraits de livre, prenez le temps de les consultés !!!

  • Extraits  du livre de François Garagnon

    « Jade et les harmonies de l’être. »

     

    Ce qui fait grandir le jour, ce qui le rend beau et si désirable, ce qui le rend inoubliable, ce n'est pas à travers des machines et des machins, des patati des patata, des prix barrés ou des chiffres d'affaires qui grossissent, ce n'est pas à travers le nombre d'allées et venues, les choses à faire, les tâches à remplir, le temps qui court, l'agitation perpétuelle ... Non. Ce qui fait grandir le jour, ce qui le rend d'une beauté incomparable, c'est la perle de rosée dans tes yeux quand tu t'éveilles! Et les mille petits éclats de soleil, toujours dans tes yeux, quand tu t'émerveilles! C'est le temps que tu prends pour goûter la grâce de l'instant présent. L'attention que tu trouves pour reprendre la phrase de ta vie là où tu l'as laissée la veille. De continuer sur les points de suspension. D'inventer des points d'exclamation. Des "C'était super! Waouh ! Génial! Formidable! Je me réjouis pour toi! » Une belle journée, c'est quand tu ressens comme une bise fraîche ... oui, c'est ça : une bise fraîche ... un baiser de la vie qui déclenche la conscience savourante de vivre. Le simple bonheur d'exister. De faire avec le jour qui vient un bout de chemin bras-dessus bras- dessous, cahin-caha, de continuer à tricoter ta vie avec le fil de l'espérance. Tout ça pour en arriver ce soir en te couchant à t'exclamer pour de bon, dans un soupir long, beau, serein

    et profond: « C'était une belle journée .C'était une bien belle journée! »

     

    Jade et les harmonies de l’être. (8)

    Septembre 2020 Poissy


    2 commentaires
  • Extraits  du livre de François Garagnon

    « Jade et les harmonies de l’être. »

     

    La joie est une forme de résistance ou déprimisme ambiant. Ce sont des forces de vie comme celles-là que chacun doit entretenir. C’est cette vitalité joyeuse qui sauvera le monde, et non pas le chœur des pleureuses qui croient que les larmoiements constituent la forme la plus achevé de la compassion.

     

    « Tout ce qui nous émerveille réveille notre joie de vivre, stimule notre créativité, revitalise notre optimisme, nourrit nos rêves, nous donne des raisons d'espérer, nous rapproche des autres, nous émeut, nous galvanise, sublime les élans d’amour de fraternité, de générosité, de partage, nous dilate le cœur, nous ouvre des perspectives, élargit le champ des possibles, fortifie notre confiance, nous relie aux autres, nous rend confiants face à l'avenir et plus attentifs au moment présent, nous invite à percevoir l'éternité dans l'instant et le sublime dans le quotidien  le plus simple ... bref, tout ce qui nous rend  superlativement vivants!  « Tels sont les objectifs qui nous attirent, tel est l'esprit qui nous anime, telle est la vocation qui nous conduit.

     

    Jade et les harmonies de l’être. (7)

    Poissy, septembre 2020


    votre commentaire
  • Extraits  du livre de François Garagnon

    « Jade et les harmonies de l’être. »

     

    La Vie, elle, s'exprime avec des événements. Parfois, ce sont des événements très parlants. D'autres fois, ce sont des événements plus secrets, plus difficiles à déchiffrer. Il arrive aussi que nous ne soyons pas assez attentifs à la Vie, à ce qu'elle a à nous dire, à nous signifier, à nous intimer. Alors, nous passons à côté de l'événement, sans le remarquer ni reconnaître en lui une promesse de bonheur, un motif de perfectionnement, une invitation à changer. Trop souvent, nous sommes dans nos pensées, nos projets, nos intentions, notre volonté, notre orgueil. À force de leur laisser trop longtemps la parole, ils finissent par nous la confisquer. De sorte que nous ne remarquons pas la Vie qui se tient là, toute pure et simple, tout près - on sentirait presque son souffle, son amoureux soupir - et nous  vaquons à nos occupations, à toutes ces choses importantes qui nous accaparent. Et qui nous font interrompre à de trop nombreuses reprises cet acte essentiel qui fonde le sens de notre existence : cette conversation avec la Vie.

     

    Jade et les harmonies de l’être. (6)


    votre commentaire
  • Extraits  du livre de François Garagnon

    « Jade et les harmonies de l’être. »

     

    Tu vois, simplement en prenant de l’altitude, les nuages du pessimisme et de l’égarement se dissipent, tout se clarifie et s’élucide ! Le grand bleu te saute aux yeux comme la joie te saute à la gorge et fait exploser des éclats de vivre, des déflagrations de beauté en toi. Tu accèdes aux régions hautes où l’esprit se sent libre et où le regard porte loin. Ce n’est pourtant pas un autre monde, ce n’est pas un lieu réservé à quelques uns, c’est un possible offert, par un impossible effort !

     

    L’important n’est pas tellement que tu prétendes  croire en Dieu ou pas. L’important, c’est que tu ne te décourages pas de croire en toi. Ce qui est sans doute l’une des plus belles manières de croire en Lui …

     

    En chaque endroit où tes pas te mènent, tu peux rejoindre ta maison intérieure. Nul besoin de faire des kilomètres ou de chercher une disponibilité dans ton emploi du temps. Où que tu sois, tu es sur place, à pied d’œuvre. J’oserais même dire : à pied de chef-d’œuvre car nul artiste ne peut enfanter d’œuvre sublime s’il ne rentre pas chez lui, dans un intérieur qui lui ressemble et dont l’atmosphère lui est absolument unique, dédiée.

     

    Jade et les harmonies de l’être. (5)

    Photo Renal aout 2020


    votre commentaire
  • Extraits  du livre de François Garagnon

    « Jade et les harmonies de l’être. »

     

     

    La vie est une grande histoire d’amour. Et dans l’étreinte féconde, c’est le rêve qui ensemence la réalité et met au monde nos plus belles réalisations.

     

    Essaie cela dans ta vie, et tu verras que même les forces qui pourraient t’anéantir, si tu les abordes avec un esprit non pas hostile mais fraternel, tu peux les transformer en puissance de vie ! C’est la seule manière de faire jaillir les harmonies de l’être !

     

    Ce qui nous fait grandir, se sont les questions que l’on approfondit sans cesse, pas les réponses toutes faites ! Ce sont nos intranquillités qui nous poussent à aller au-delà de nous-mêmes, pas nos confortables certitudes.

     

    Si vous avez le sentiment d’être né dans un monde qui ne vous correspond pas, c’est que vous avez été créé pour en inventer un nouveau.

     


    2 commentaires
  •  

    « Jade et les harmonies de l’être.(3)

     


    votre commentaire
  • Extraits  du livre de François Garagnon

     

    « Jade et les harmonies de l’être. »

     

    Les rêves, rien ne peut les arrêter, ils voyagent en altitude et à la vitesse de la lumière. C'est comme des idées en l'air qui parcourent librement le monde, et qui ne demandent qu'à se poser chez ceux dont l'esprit est suffisamment large et disponible pour servir de piste d'atterrissage.

     

    Les choses du cœur, c'est fragile et délicat, c'est en plume, en sable chaud ou en porcelaine ! Quand on laisse les sentiments prendre la direction d'orchestre de notre petite musique intérieure, on est beaucoup plus vrai mais aussi beaucoup plus vulnérable qu'on en a l'air.

     

    C’est en augmentant leur moyens que les hommes se croient supérieurs. Moi, je crois que c’est en diminuant ses besoins que l’on fait grandir son bonheur.

     

    Le temps, c’est en le donnant qu’on en manque jamais. Que peut-on prétendre donner si l’on ne donne pas de son temps ? Ce que tu peux offrir de plus précieux c’est ta présence, ton rire, tes larmes, ta passion, ta compassion, ton enthousiasme. Rien d’autre.

     

    Alpes aout 2020

     


    votre commentaire
  •  

    Extraits  du livre de François Garagnon

    « Jade et les harmonies de l’être. »

     

     

     

    Résumé : Après avoir, petite fille, entretenu la très folle ambition de devenir milliardaire (... en sentiments), Jade décida vers l'âge de seize ans d'aborder, avec sa témérité habituelle, le vide de la matière et la plénitude de l'esprit avec la ferme intention de décrocher le prix Nobel de physique ... cantique!

    Nous la retrouvons quelques années plus tard, âgée de 20 ans, s'interrogeant sur le sens de sa destinée. Lorsqu'on lui demande ce qu'elle veut faire dans la vie, Jade exprime une triple ambition: mettre un peu de ciel sur la terre, participer à la beauté du monde, rendre les gens heureux. « C'est bien gentil tout ça, se voit-elle rétorquer avec une bienveillance navrée. Mais ce n'est pas un

    métier! » Qu'importe si sa vocation n'est pas estampillée par un diplôme d'Etat! C'est son état d'âme qui dicte, et quand Jade a une idée en tête, vous pouvez être sûr que ce n'est pas la police de la pensée qui va l'arrêter,  même si elle est prise en flagrant délit d'ivresse de vivre et qu'elle a tendance à conduire ses métaphores à une vitesse folle, à contresens des idées reçues! La Providence ne ménage pas ses efforts pour lui présenter sur sa route des êtres qui s'ajustent à sa vie de manière aussi magistrale et réjouissante que des pièces de puzzle: Kiss-and-Fly, inspirateur de confiance en soi, qui lui fera découvrir la puissance d'envol de la tendresse ;Joy, une ancienne journaliste qui fait le tour du monde de la joie à bord d'un vieux van aménagé; Marie-de-la-joie, une jeune art-thérapeute qui entend faire de la vie une célébration quotidienne; ou un sage soufi qui lui enseigne ce qu'est "un regard incommensurable" ou "la quintessence de la vie".

     

     

    La plus belle façon d’aimer quelqu’un à être pleinement lui-même consiste à le percevoir non sous sa réalité actuelle de chenille, mais comme un futur papillon qu’il est appelé à devenir, en se demandant : que lui manque t-il pour être ailé, pour voler de ses propres ailes, pour déployer toute sa liberté et dépasser sa propre condition ?

     

    Je vais te dire : ce qui nous transforme, c'est cette intensité d'amour qui vient comme l'éclat du soleil transfigurer l'instant. Elle surplombe notre vie de sa puissance agissante et de sa belle ardeur qui nous fait rayonner. C'est l'esprit d'émerveillement qui fait chanter la douce mélodie de la vie. En nous mettant en harmonie, il nous meut et nous émeut au plus profond de notre être.

    Jade et les harmonies de l’être. (1)

    Aout 2020 Alpes Le Noyer

     


    votre commentaire
  • Extraits du livre de François Garagnon

     

    « Les 7 bien-être capitaux. »

     

    La vie intérieure

     

     

    Notre vie intérieure nous invite à hiérarchiser nos valeurs, à distinguer ce qui, pour nous, est primordial et ce qui est accessoire. Ainsi se dessinent peu à peu notre éthique et notre morale de comportement. Ce qui correspond à notre armature, qui nous permettra de garder le cap et de ne pas faire naufrage en cas de grosse tempête. C'est ce qui nous permet aussi d'aborder des horizons nouveaux, inaccessibles à notre regard lorsqu'il est trop essentiellement fixé sur des objectifs programmés ou aveuglé par une volonté inflexible. À l'instar du navigateur, qui a acquis une formidable dextérité pour utiliser les vents (mêmes contraires) et le courant pour avancer, nous devons compter sur ce flux et ce souffle de Vie qui nous pousse et nous propulse vers les rivages qui nous sont destinés ...

     

     

    Les plus purs de nos rêves, les plus belles de nos idées, les plus ardents de nos idéaux sont initiés dans ces moments de seul à seul, où nous nous tenons sur le seuil de lumière, en retrait du monde et de son mouvement perpétuel, pour discerner le beau, le bon et le bien au cœur de notre vie. Ces moments sont phare, boussole, lumière, GPS. En allant au bout de soi-même, le seul risque n'est pas de se perdre, mais de se trouver !

     

     

    La vie intérieure nous permet d'élaborer notre philosophie de vie. Ce qui nous importe le plus ne doit pas être à la merci de ce qui nous importe le moins. Hiérarchiser nos besoins, nos désirs, nos  grands buts, nos idéaux intouchables, nos objectifs immanquables. Définir ce à quoi nous tenons plus que tout, et ce que nous nous refusons à jamais de faire. Être l'homme de sa conscience, de sa morale et de son discernement, et non une girouette orientée en fonction des humeurs du temps.

     

    Le bien-être spirituel ou moral: vivre une vie où notre vie intérieure a sa place. Où notre éthique est respectée, où nos valeurs peuvent s'exprimer et rayonner, sans être contrariées ou empêchées par des impératifs extérieurs. C'est une nécessité pour garder sa liberté fondamentale et accorder ses actes à sa vérité intérieure. Notre équilibre et notre harmonie en dépendent.

     

    Situation optimale: quand notre vie extérieure s'ajuste à notre vérité intérieure, quels que soient les sacrifices consentis pour y parvenir. Tant il est vrai qu'un idéal constitue une raison de vivre.

     

    FIN

     

    Les 7 bien-être capitaux.

     


    votre commentaire
  • Extraits du livre de François Garagnon

    « Les 7 bien-être capitaux. »

     

    Les liens du cœur

     

    L'un des grands mystères de la vie tient dans cette inclination aussi universelle qu'intemporelle : aimer et se sentir aimé. Nous sommes nés de l'amour, et nous mourrons en sachant que ce que l'on retiendra de nous, c'est ce que nous avons accompli par amour. Albert Camus a eu un jour cette parole admirable : « Si j'avais à écrire un livre de morale, il aurait cent pages et quatre-vingt dix neuf seraient blanches. Sur la dernière, j'écrirais : je ne connais qu'un seul devoir, et c'est celui d'aimer ».

     

    Une personne a besoin de deux sécurités pour grandir: l'estime de soi et la confiance en l'autre. Si l'une ou l'autre est abîmée ou en déficit, il se produira une déperdition d'énergie et une perte du goût de la vie, de nature à remettre en cause toutes nos promesses de bien-être.

     

    Le respect est un principe de réciprocité. Dans une relation, il importe qu'il y ait une confiance partagée et un respect mutuel.

    Les liens du cœur se nouent à plusieurs degrés. Ceux-ci s'appellent: sympathie, camaraderie, amitié, fraternité, complicité affective, tendresse, amour, ferveur passionnée, intimité, communion ... Même s'il est dans la nature de toute relation d'évoluer, il convient de bien discerner le degré d'incandescence de nos sentiments, et d'être clair vis-à-vis de l'autre tout autant que de soi-même, afin que la relation ne soit pas abîmée par des engagements affectifs reposant sur des quiproquos ou des attentes non partagées.

     

    L’amour ne trouve ses lettres de noblesse que dans les liens inconditionnels. On n'aime pas quelqu'un pour telle qualité ou telle autre, pour tel penchant charmant ou pour tel aspect irrésistible de sa personnalité. On l'aime entièrement et pour lui-même, jusque dans ses zones d'ombres et ses pauvretés imprévisibles - défauts, faiblesses et vulnérabilités comprises. La communication est très importante dans une relation à deux. La parole a un pouvoir de mise au point, de clarification et d'élucidation permettant de dissiper le brouillard. Toutefois, pour atteindre, le beau fixe, il est un autre don, supérieur, qu'il est nécessaire de convoquer: l'esprit de communion. C'est le seuil de la relation à partir duquel il n'est plus besoin de mots pour se comprendre, et où le silence de l'autre n'est plus un vide à remplir mais une complicité à respecter

     

    Oui, nous pouvons partager avec quelqu'un d'autre ce que nous tenons pour essentiel, ce qui nous exalte comme ce qui nous révolte, ce que nous adorons comme ce que nous abhorrons. Avec la certitude d'être compris et respecté, même si l'autre ne partage pas forcément tous nos points de vue et états d'âme. Surtout, nous atteignons ce sommet du bien-être: nous sentir unique et irremplaçable.

     

    Le bien-être sentimental : aimer et se savoir aimer pour ce que l'on est véritablement; savoir que l'on peut faire confiance, se reposer entièrement sur quelqu'un, être compris quoi qu'il arrive, quoi qu'il en soit. Développer des liens familiaux très forts avec ses proches, ses enfants ...

    Situation optimale: quand on aime ou quand on est aimé de manière inconditionnelle.

     


    votre commentaire
  • Extraits du livre de François Garagnon

    « Les 7 bien-être capitaux. »

     

    La dynamique relationnelle

     

    L’homme n'existe que par ses liens. C'est le regard de l'autre qui nous donne notre identité, notre motivation, notre désir d'aimer et d'être aimé, de conquérir, de nous donner pour une cause qui nous dépasse. C'est pourquoi la mise en relation est toujours une mise en mouvement. Au contact des autres, nous apprenons l'amour, le respect, la contradiction, le conflit, la difficulté et la grâce de communiquer, d'échanger, d'être compris et estimé pour ce que nous sommes.

     

     La relation est source de fécondité et de création. Les autres ont le pouvoir de nous révéler à nous-mêmes, par un effet miroir ou un effet levier. Ils nous permettent de nous livrer et de nous délivrer. Se replier sur soi-même, c'est pénétrer dans la prison de l'ego. S'ouvrir aux autres, c'est élargir le champ des possibles, découvrir des perspectives auxquelles, seuls, nous n'aurions jamais eu accès.

     

    Les relations humaines sont presque entièrement responsables de notre bien-être ou de notre mal être. « Mettons en commun ce que nous avons de meilleur et enrichissons-nous de nos mutuelles différences » exhortait Paul Valéry. Ce conseil magnifique, gage d'équilibre, de bien-être et d'harmonie, peut s'entendre dans un couple, dans, un groupe, au sein d'une nation ou dans les relations internationales !

     

    La quête de l'harmonie est sans doute l'un des défis les plus difficiles à relever dans une vie d'homme. Même dans sa sphère aimante, combien il est problématique pour un homme de se montrer continûment attentif et attentionné, respectueux et prévenant!

     

    En nous ouvrant à la vie et à l'avenir, la relation agit sur nous comme une dynamique. Elle nous projette vers d'autres rivages et d'autres horizons, fertilise nos points de vue, déverrouille nos blocages, apaise nos tourments, nous propulse vers des défis que nous n'aurions pas osé aborder seuls. La relation, établie sur des bases saines et bienveillantes, est libératrice et stimulante.

     

    Une certaine qualité de relations humaines nous ouvre par ailleurs à l'une des plus merveilleuses réalités qu'il nous soit donné d'expérimenter  le sentiment de fraternité. La proximité essentielle, pas seulement avec les autres, mais avec tout l'univers vivant.

     

    Le bien-être communautaire : le sentiment d'appartenance à un groupe, une société, une association, une communauté, un pays, contribue à notre identité qui se construit par des liens, la recherche d'harmonie avec soi-même et les autres, et nous rend solidaire d'un  bien commun »,

    Situation optimale: quand on se demande « Que puis- je apporter à la communauté? » et non plus: « Qu’est- ce que la communauté à laquelle j'appartiens peut m'apporter? »

     

    Les 7 bien-être capitaux.


    votre commentaire
  • Extraits du livre de François Garagnon

    « Les 7 bien-être capitaux. »

     

    La qualité de la vie

     

     

    Une quantité est toujours mesurable objectivement, ce qui n’est pas le cas de la qualité, qui possède un caractère foncièrement subjectif (même s'il est possible de mesurer la qualité de l'air ou de l'eau par exemple...). Cette subjectivité n'en exerce pas moins un impact prédominant sur notre bien vivre.

     

    Nous accordons de plus en plus d'importance à un environnement de qualité. Le bruit, la pollution, le réchauffement climatique, la déforestation, le saccage de certaines contrées par le tourisme de masse, la gestion des déchets sécrétés par nos sociétés d'hyperconsommation, le gâchis des ressources naturelles ... tout cela constitue les cauchemars de l'homme contemporain. Que ce soit dans le cadre de notre habitation, de notre lieu de travail ou de la nature qui nous environne, nous éprouvons le besoin de préserver un écosystème fragile, qui réclame notre attention, notre vigilance, notre sens des responsabilités (y compris à l'égard des générations futures). En la matière, notre conscience et notre morale de comportement régulent notre bien-être. Quelle est mon attitude à l'égard des ressources naturelles, des beautés de la nature, du microcosme dans lequel s'inscrit ma vie ?

     

    Dans un monde où choses et objets manufacturés ont de plus en plus d'importance, l'émerveillement pour les beautés simples de la vie semble correspondre à un passé révolu. Pourtant, c'est l'esprit d'émerveillement qui permet à un être de se sentir exister de manière forte et puissamment ancrée.

     

    Un être ne peut grandir que s'il a des racines et des ailes. Entendez: s'il est enraciné, et bien acclimaté à son milieu de vie ; et en même temps, si son esprit se déploie vers un avenir souhaité, un rêve ou une espérance qu'il ne s'interdit pas de déployer. Nous devons nous sentir reliés à la fois à la terre et au ciel. ..

     

    Si le respect de nos rythmes conditionne beaucoup la qualité de notre vie, le sentiment d'harmonie n'en est pas moins important. Trouver du temps pour son conjoint, pour sa famille, pour ses amis, pour soi- même, est une nécessité impérieuse, eu égard aux accaparements excessifs de la vie moderne.

     

    Le bien-être environnemental : évoluer dans un univers conforme à nos attentes, à nos besoins et à nos goûts. Sentir une implication avec le milieu dans lequel on évolue. S'attacher à maintenir cette qualité de vie.

    Situation optimale: se sentir en osmose avec le lieu et les environnements dans lesquels nous avons coutume d'évoluer.

     

    Les 7 bien-être capitaux

     


    votre commentaire
  • Extraits du livre de François Garagnon

     

    « Les 7 bien-être capitaux. »

     

    La santé

     

     

    La santé est ce que nous avons de plus cher, elle conditionne tous nos "possibles"

     

    La douceur de vivre que nous ressentons dépend de notre sensation d'une bonne santé physiologique générale, et de la satisfaction des besoins primordiaux du corps. Mais aussi d'un équilibre psychologique nourri par des perceptions positives et des satisfactions variées : estime de soi, confiance en ses capacités, prospérité économique, succès dans nos entreprises, sentiment d'être aimé, apprécié,estimé, utile, bien inséré  dans un milieu.

     

    le rayonnement qui émane d'une personne ne dépend pas de l'ampleur de ses facultés et des faveurs innées. Il arrive que des personnes handicapées, malgré une santé altérée par une invalidité définitive ou les limites de leur corps, expriment une jubilation que pourrait envier une personne en pleine santé ponctuelle- ment affectée dans son bien-être par un rhume éphémère mais tenace.

     

     Nous disposons de cinq sens. Notre rapport à la vie passe par notre corps: pour vivre pleinement, nous avons besoin de voir, toucher, goûter, sentir, entendre. Sommes-nous certains de faire toujours bon usage de ces cinq sens ? D'avoir tous nos sens en éveil et en alerte pour goûter aux plaisirs de l'existence? Nous devons comprendre que vivre pleinement ne signifie pas seulement traverser la vie, mais se laisser traverser par la vie.

     

    L’inaction, elle, nous permet les nécessaires temps de pause, de repos, de détente, de décompression et de recentrage sans lesquels nous ne pourrions être aussi performants en phase active.

     

    Ayons conscience que notre santé obéit aux lois d'un équilibre fragile et précaire. Notre corps nous appartient, sans doute. Mais ses réactions ne nous appartiennent pas.

     

    La paix du cœur, état suprême de bien-être où rien ne manque pour nous sentir en gratitude et en joie profonde, est l'aboutissement de l'équilibre psychique.

     

    Sachons orienter notre énergie vitale vers ce qui mérite notre présence, notre attention, nos efforts et notre persévérance.

     

     

    Le bien-être physique: avoir (et entretenir) la santé et l'énergie nécessaires pour vaquer à ses occupations quotidiennes en toute autonomie. Pouvoir ainsi se consacrer pleinement à ses projets. Se sentir bien dans sa peau. S'accorder des plaisirs qui permettent d'éprouver le goût de la vie.

     

    Situation optimale : parvenir à dimensionner ses projets et ses rêves de manière à pouvoir les poursuivre sereinement sans remettre en cause son capital santé.

     

    Les 7 bien-être capitaux. La santé

    Juillet 2020 Pointe Saint Mathieu en Bretagne

     


    votre commentaire
  • Extraits du livre de François Garagnon

     

    « Les 7 bien-être capitaux. »

     

     

    Les ressources financières

     

    Dans la hiérarchie des besoins de l'être humain, figure en tout premier lieu le besoin de sécurité. La sécurité financière en fait partie. Être à l'abri du besoin est un désir premier et légitime de tout individu. On ne peut vivre bien ni donner le meilleur de soi-même si l'on se trouve dans une situation de précarité pressante (et oppressante). Il s'agit donc d'abord de stabiliser sa situation de s'attacher à une île (ou à un roc) qui soit notre refuge et notre sécurité au milieu de la mer agitée des aléas de la vie, et des remous imprévisibles du réel.

     

     

     

    Pour que ces désirs multiples ne deviennent pas tyranniques, au point de transformer notre  quotidien en cauchemar il nous faut : réguler notre appétit, discipliner notre mode de vie et, pour cela, hiérarchiser ses besoins et ses désirs.

     

     

     

    Si l'argent est une nécessité, c'est qu'il nous permet d'accéder à des biens et à des services contribuant d'abord à nos besoins vitaux, ensuite notre confort, et enfin à un style de vie conforme a nos exigences, à nos désirs et à nos vœux. Les choix que nous faisons peuvent avoir des suites de conséquences importantes et durables, et des répercussions financières non négligeables. Apprenons à calibrer nos projets pour ne jamais mettre à mal notre sérénité. Vivre au dessus de ses moyens, c’est comme abuser d’un bon vin : le plaisir est immédiat, la migraine est pour le lendemain.

     

    Savoir se satisfaire de ce que l’on a, ne pas confondre l’Être et l’Avoir, placer son ambition ailleurs que dans le montant des ses revenus, comprendre que le bonheur est plus lié au donner qu’au prendre, connaître enfin la sobriété heureuse, en vivant selon ses besoins et ses goûts, mais sans excès ni luxe ostentatoire.

     

     

     

    Le bien-être financier: disposer d'une indépendance financière. Gérer son budget de manière efficace, en cherchant la juste mesure(ni trop ni trop peu), et en s'abstenant de rentrer dans des complications contraignantes (en vivant avec ses moyens, et en sachant apprécier ce que l'on a).

    Situation optimale: avoir suffisamment d'argent pour être affranchi du souci d'y penser; être ainsi libéré de la préoccupation matérialiste.

     

     


    votre commentaire
  • Extraits du livre de François Garagnon

    « Les 7 bien-être capitaux. »

     

    L’activité professionnelle

     

    Nous passons 8 heures par jour, soit la principale partie de notre journée, au travail. C'est dire à quel point le champ professionnel occupe notre esprit, nos préoccupations et notre emploi du temps. Nous investissons beaucoup de nous-mêmes (temps, talent, compétences, énergie) dans notre métier.

     

     

    L’engagement professionnel est un moyen de réaliser et de se réaliser. Notre sentiment de réussite passe grandement par notre travail.

     

    Un esprit contraint est chagrin, alors qu’un esprit de service permet d’accéder à des joies simples et immédiates, car le don de soi porte sa récompense dans l’élan bienheureux qui le motive.

     

    L’une des grandes causes des difficultés relationnelles, c’est que nous ne nous accusons pas assez nous-mêmes. C’est toujours de la faute de l’autre.

     

    Le bien-être professionnel: aimer ce à quoi l'on consacre son activité et la majeure partie de son temps. Dépasser la fonction utilitariste du travail pour en faire un moyen de réalisation de soi. Situation optimale: quand le travail n'est plus associé à fatigue, tensions ou stress, mais devient mission ou prolonge une passion. Changeons de perspective sur cet univers trop familier, et introduisons du liant relationnel et des motifs d'épanouissement. Prenons des initiatives pour favoriser un sentiment d'appartenance, de cohérence, de plaisir d'être ensemble. L'entreprise est un microcosme où la rigueur des enjeux ne doit pas occulter l'esprit de communauté et les chances d'épanouissement de chacun. (à suivre)

     

    Les 7 bien-être capitaux : L’activité professionnelle


    2 commentaires
  •  

    Extraits du livre de François Garagnon

    « Les 7 bien-être capitaux. »

     

     

    LE BIEN ÊTRE EST UNE MOSAÏQUE  composée d’éclats de bonheur joie, de douceur, de plaisir et de sérénité. Il correspond à cette plénitude de l'instant que nous ressentons quand il n'y a rien à ajouter ou à retrancher pour goûter la saveur de la vie lorsque nous rayonnons. Car le bien-être a un caractère solaire : les sentiments qu'il génère nous éclairent, nous illuminent, nous réchauffent et nous embellissent. Il y a quelque chose du beau fixe dans le bien-être. C'est un état béni de quiétude ici et maintenant. Le bien-être ne se nourrit ni de la douce mélancolie de ce qui fut, ni de l'espérance de ce qui sera; c'est une sensation pleine et abondante liée fondamentalement à l'instant. Un cadeau du présent qui nous fait nous sentir superlativement vivants. Ce petit livre explore toutes les régions de notre vie dont le bien-être vient sublimer le sens: l'activité professionnelle, les ressources financières, la santé, la qualité de vie, la dynamique relationnelle, les liens du cœur et enfin la vie intérieure.

     

     

    L’être humain est une créature de besoins, mais aussi de désirs. Notre bonheur oscille entre le nécessaire et le superflu, et la priorité de nos choix porte sur des sujets qui, pour irrationnels ou fantaisistes qu'ils puissent parfois paraître, n'en restent pas moins des objectifs que nous brûlons d'atteindre. Notre bien-être en dépend. Appelons bien-être cet état où l'on se sent satisfait de son sort et où l'on ressent une forme de plénitude et de quiétude ici et maintenant. En effet, le bien-être délivre ses bienfaits dans l'instant. Des souvenirs du passé peuvent nous projeter dans une mélancolie douce, de même que des espérances liées à l'avenir peuvent nous procurer des joies d'anticipation; cependant, le bien-être reste un état d'âme tout à fait lié au présent. Nous sommes bien sans délai, au moment même où nous éprouvons un sentiment d'ajustement harmonique avec ce qui nous entoure. C'est véritablement un cadeau du présent, assorti d'une récompense immédiate.

     

    Notre bien-être est très directement lié à la dynamique de vie que nous parvenons à immiscer dans notre quotidien. Dans le rythme, l’équilibre et l’harmonie qui s’accorde à notre nature. (à suivre)

     

    Pointe Saint Mathieu, Bretagne juin 2020


    votre commentaire
  • Citations extraites du livre

    « Relève-toi ! Une parole de feu pour chaque jour. »

     

     

    Dieu n’existe pas, la science peut tout prouver ? C’est un point de vue. Voici le mien : Dieu existe et il t’aime. La science ne peut pas t’aimer. (Anonyme)

     

    Le Bon Dieu est libre, indépendant des modes humaines. Il a des moyens variés à l’infini pour se communiquer ; il les choisit adaptés à chaque âme et à chaque civilisation.

     

    La responsabilité de chacun implique deux actes : vouloir savoir et oser dire (Abbé Pierre)

     

     

    L’Esprit Saint, là où il fait irruption, perturbe toujours les projets personnels des hommes. (Joseph Ratzinger)

     

    Réfléchis longtemps avant de choisir quelqu’un pour ami ; une fois décidé, ouvre-lui toute ton âme. (Sénèque)

     

    Relève-toi ! Une parole de feu pour chaque jour. (2)


     


    votre commentaire
  • Citations extraites du livre

    « Relève-toi ! Une parole de feu pour chaque jour. »

     

    Oser, c’est perdre pied momentanément. Ne pas oser, c’est se perdre soi-même. (Kierkegaard)

     

     

    Chaque fois que l’Esprit intervient, il met les gens dans l’étonnement. (Jean Paul 2)

     

    L’amitié peut guérir, libérer l’autre (parce qu’on croit en lui, parce qu’on l’aime)

    (Un chartreux)

     

    Pensons moins à l’humanité et plus aux hommes. (Leseur)

     

    Changer le monde, un cœur à la fois. (Jean Vanier)

     

    Le miracle est l’expression de l’Amour de Dieu Pour le croyant, mais la conversion, l’expression de notre amour et notre attachement vis-à-vis de Dieu. (Frère Grégoire)

     

    Le Bon Dieu travaille dans le temps et en utilisant sagement le temps. Vous avez reçu un germe ; donnez-lui, dans la patience le temps de se développer et d’affirmer sa puissance et sa fécondité. (Marie Eugène de l’Enfant Jésus.)

     

    photo Renal

     


    votre commentaire
  • Citations extraites du livre « Ces mots qui nourrissent et qui apaisent. »

     

    De Charles Juliet.

     

    La sagesse c’est porter sur toutes choses un regard lucide. (Kôdô Sawaki)

     

    La tristesse est fatale à l’homme. Bannissez-la de toutes vos pensées.

    (Mâ Anandamayî)

     

    Pour être pur, il faut être sincère  et droit. Prenez appui sur la véracité et la simplicité. (Mâ Anandamayî)

     

    Le sage donne son principal soin à la racine. Une fois affermie, la racine donne naissance au tronc et aux branches.

     

    Tout ce qui est bon, et beau, et merveilleux est notre guide dans le désert de la recherche. (Mohammad Iqbal).

     

    Mentir, ce n’est pas seulement dire ce qui n’est pas. C’est aussi et surtout, dire plus que ce qui est, et en ce qui concerne le cœur humain, dire plus qu’on ne sent. (Camus)

     

    Faire le mal c’est ramener à soi et prendre pour soi  sans aucun égard pour les besoins des autres. (Artaud)

     

    C’est notre manière de faire les choses qui compte, pas la rapidité ou la quantité que nous atteignons. (Taisha Abelar)

     

    Ces mots qui nourrissent et qui apaisent. (7)


    votre commentaire
  • Citations extraites du livre « Ces mots qui nourrissent et qui apaisent. »

    De Charles Juliet.

     

     

    On détermine la vraie valeur d’un homme, en notant à quel degré et dans quel sens il est arrivé à se libérer du moi. (Einstein)

     

     

    Quand il aime, l’homme est un soleil qui voit et transfigure tout. (Hölderlin)

    Quand on ne parle pas des choses avec une particularité pleine d’amour, ce que l’on dit ne vaut pas la peine d’être rapporté (Goethe)

     

    L’apitoiement sur soi-même est le véritable ennemi et la source du malheur de l’homme (Juan Matus)

     

    J’en suis intimement convaincu, seuls les messages qui jaillissent d’une authentique expérience humaine disent quelque chose d’essentiel à l’homme seule de tels messages peuvent remuer le monde. (Eloi Leclerc)


     

     

    Ces mots qui nourrissent et qui apaisent. (6)

    Photo Renal Martinique février 2020

     



    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique