• Extraits de livres lus

    29 pages d'extraits de livre, prenez le temps de les consultés !!!

  • Extraits du livre «  Aime à tout casser ! »

    De GUY GILBERT

     

    Je suis la lumière et vous ne me voyez pas.

    Je suis la route et vous ne me suivez pas.

    Je suis la vérité et vous ne me croyez pas.

    Je suis la vie et vous ne me recherchez pas.

    Je suis le maître et vous ne m’écoutez pas.

    Je suis le chef et vous ne m’obéissez pas.

    Je suis votre Dieu et vous ne me priez pas.

     Je suis le grand ami et vous ne m’aimez pas.

     Si vous êtes malheureux, ne me le reprochez pas

    (Gravé sur un calvaire flamand de l’an 1632)

    Aime à tout casser ! (8)

     


    votre commentaire
  • Extraits du livre «  Aime à tout casser ! »

     

    De GUY GILBERT

     

    Faire Église, c’est risquer et engager toute une vie quand l’autre te fait signe.

    Sont d’Église ceux qui agissent ensemble au nom le leur foi en Jésus. L’Église, c’est Jésus-Christ lui-même, c’est lui qui l’a voulue, qui nous l’a donnée et qui nous appelle pour achever sa construction, pour en être responsables. L’Église, c’est une grande histoire, celle des hommes qui, à la suite de Pierre et des apôtres, ont reconnu que Jésus est à la tête d’un grand corps dont nous sommes les membres.

    Font Église tous ceux qui se mouillent et prennent des risques, celui d’une aventure avec d’autres plutôt qu’une vie tranquille, celui d’un idéal plutôt qu’une situation confortable.

    Font Église tous ceux qui se battent contre les évidences trop faciles, les apparences trompeuses, les habitudes réductrices.

    Font Église tous ceux qui, avec le Christ, font confiance à l’homme dans ce qu’il a de meilleur, qui se solidarisent avec les petits et les exclus.

    Font Église ceux et celles qui reconnaissent en François notre Pasteur, qui ne sont pas forcément d’accord sur tout avec lui, qui ne sont pas ses moutons bêlants, mais qui l’aiment debout.

    Font Église celles et ceux qui savent que « là où est l’évêque, là est l’Église ». Que leur évêque est un pauvre pécheur comme nous, mais qu’il est le lieutenant de Pierre et que c’est autour de lui que l’unité se fait.

    Font Église ceux qui savent que l’Église n’est pas faite de stars... mais d’étoiles.

    Et que chaque étoile compte.

     Aime à tout casser !  (8)

    Aout 2023 Bretagne l'Île aux Moines

     

     


    2 commentaires
  • Extraits du livre «  Aime à tout casser ! »

    De GUY GILBERT

     

    « La famille est le miroir où Dieu se regarde en train d’accomplir ses deux plus jolis miracles : le miracle de donner la vie et le miracle d’inspirer l’amour. Didier Decoin. »

     

    Il faut respecter l’humain tel qu’il est, dans sa différence, sans sa culture. Il s’agit de porter ensemble les fardeaux les uns des autres. Les chrétiens en particulier doivent s’y appliquer, puisque c’est la logique de l’Évangile.

     

    L’Église n’est pas un musé d’antiquités mais plutôt un jardin à cultiver. Ne restez dont pas comme des statues mais travailler pour les fleurs et pour les fruits. »Jean XXIII  

     


    2 commentaires
  • Extraits du livre «  Aime à tout casser ! »

    De GUY GILBERT

     

    L’une des choses que nous apprend l’Évangile, c’est que nous ne reconnaissons par le Christ, alors qu’il est à coté de nous. Il est notre voisin et nous ne le voyons pas. Si nous avions la capacité de reconnaitre le Christ dans l’autre, quel qu’il soit, dans quel monde extraordinaire vivrions-nous !

    Les parents doivent être comme un filet de sécurité auquel les enfants pourront avoir recours en cas de besoin. Mais trop protéger les enfants peut être un danger. Il faut les inciter à développer leur esprit d’initiative et les habituer à trouver des solutions tout  seuls. Il faut leur faire confiance et les laisser entrer en conflit avec leurs parents sans craindre la rupture du lien. Quand ils sont adolescents, on les entend japper. Laissez-les faire, mais offrez-leur en même temps une écoute attentive. C’est la première des priorités. La famille est la cellule de base de la communauté humaine, le premier lieu où chaque être apprend la confiance en soi et la confiance en autrui. Elle  permet en effet à chacun de découvrir qu’il a sa place dans une histoire, dans un réseau, dans le respect de son âge, de son sexe de se qualités ou de ses faiblesses.

    Ste Anne d'Auray, Bretagne aout 2023

     

     


    votre commentaire
  • Extraits du livre «  Aime à tout casser ! »

    De GUY GILBERT

     

    Priez avec vos enfants ! Ils ont un sens prodigieux spirituel, même s’ils l’égarent à l’adolescence. Je suis pour que les enfants, y compris les petits aillent à la messe. Comme le pape François donnait un enseignement sur les valeurs familiales, un petit garçon de sept ans s’est avancé sur la tribune où il se tenait et lui a tiré sa soutane. Le gamin a refusé de rejoindre l’assemblée et a tenu à rester auprès de François, le serrant dans ses bras, jouant avec son crucifix, avant d’aller s’asseoir, à son invitation sur le fauteuil blanc du souverain pontife. Le pape a souri, évidement. Les gardes du corps n’ont pas sauté sur le gosse. François, à ce moment précis, a montré un aspect extraordinaire de la présence divine par les enfants

     

    Quelle joie de voir des yeux s’illuminer quand on repère la part de cristal dans un être et qu’on lui la lui relève ! Quel chemin d’allégresse quand on découvre, au travers des sentiers  escarpés longeant une terre aride la prairie fraiche piquée de fleurs odoriférantes !

     

    Forêt de Poissy

     


    votre commentaire
  • Extraits du livre «  Aime à tout casser ! »

    De GUY GILBERT

     

    Dire  à son gosse : «Tu resteras un cancre, tu seras toujours un nul » est catastrophique. Il peut s’identifier à cette phrase. De même qu’il risque d’être longtemps bloqué dans une matière si, en classe, un prof maladroit l’a humilié devant tout le monde.

    Dire  à un jeune qu’il est définitivement un cancre revient à le pousser à ne plus rien faire. Je vois trop souvent des parents qui ne cessent de reprocher à leurs enfants ses médiocres résultats scolaires. En le dévalorisant, ils ne font que l’écraser un peu plus.

     

    Savez-vous que 75 % des discussions en famille tournent autour des résultats scolaires ? Apprenez a parler d’autre chose avec eux, à leur redonner confiance en les valorisant là où ils sont forts.

    N’ayez pas peur de dire à vos jeunes que vous avez confiance en l’avenir, quand ils se sentent un peu perdus dans cette drôle d’époque.

    Aimer, c’est s’efforcer de voir ce qu’il y a de meilleur au fond de chaque être et l’aider à en prendre conscience. Il n’est rien de plus fort. Seul le regard bienveillant de celles et ceux qui nous connaisse!  nous appelle à ne pas désespérer de nous-mêmes.

    Aime à tout casser ! (4)

     

     


    2 commentaires
  • Extraits du livre «  Aime à tout casser ! »

    De GUY GILBERT

     

    La vie comme un tricot

     

    Dieu nous donne la laine et les aiguilles,

    Il nous dit : tricote de ton mieux une maille à la fois.

    Une maille est une journée sur l’aiguille du temps.

    Dans un mois : 30 ou 31 mailles

    Dans  dix ans : 3 650 mailles.

     

    Quelques-unes seront à l’endroit

    D’autres seront à l’envers.

    Quelques-unes tu échapperas

    Mais tu pourras les reprendre.

    Par contre, d’autres mailles tu manqueras

    et elles seront perdues à jamais.

     

    La laine que Dieu te donne pour tricoter ta vie

    est de toutes les couleurs :

    Rose comme tes joies

    Noire comme tes peines

    Grise comme tes doutes

    Verte comme tes espérances

    Bleue comme tes désirs

    Rouge comme tes amours.

     

    Seigneur, donne-moi le courage

    De terminer mon tricot...

    Afin qu’un jour tu le trouves digne

    De faire partie de l’exposition éternelle

    Des travaux des hommes.

     

    Fernande Latravers


    2 commentaires
  • Extraits du livre «  Aime à tout casser ! »

    De GUY GILBERT

     

     

    Les premières couronnes de l’Avent sont apparues en Allemagne au XVIe siècle. Faites de branchages et toujours peintes en vert, elles symbolisent la vie plus forte que tout. La couronne est un symbole doté de significations multiples. Elle est ronde comme le Soleil qui réparait après Noël, ou comme  pour indiquer que le temps des fêtes est cyclique et nous revient chaque année. Elle signifie le retour du Christ.

     

    Elle peut être placée sur une table avec quatre bougies allumées, pour symboliser la lumière de Noël. Chaque dimanche de l’Avent, on allume une bougie de plus. Ces bougies rappellent les grandes étapes   du salut avant la venue du Messie. La première est le symbole du pardon accordé à Adam et Eve, la deuxième celui de la foi d’Abraham et des patriarches, la troisième celui de la joie de David, enfin la quatrième est le symbole des prophètes qui annoncent un règne de justice, de paix et d’amour.

     

    La crèche fut créée par saint François d'Assise, qui inventa même la première crèche vivante, en l’an 1223, dans le petit village de Greccio, en Italie. Il a voulu faire mémoire de la Nativité en prenant un vrai bœuf, de vrais agneaux... L’enfant Jésus, Joseph, la Vierge Marie, les mages, les bergers, les paysans étaient joués par les gens du village.

     

    Le Seigneur vient pour nous chaque jour. Chercher Dieu est dans notre avenir, voir Dieu est  dans notre passé et essayer de respirer Dieu est dans notre présent. Nous devons, nous laisser interpeller par ce cri plus actuel que jamais.

     


    votre commentaire
  • Extraits du livre «  Aime à tout casser ! »

    De GUY GILBERT

     

    La période de l’Avent célèbre le triple avènement du Christ : sa naissance à Bethléem, sa venue dans le cœur des hommes de tout temps, et son retour glorieux à la fin des temps. Pendant une période de quatre semaines, marquée par chaque dimanche, on prépare joyeusement la célébration de cette attente de Jésus.

     

    La création tout entière est en attente. À travers la naissance du Christ, tous les enfants de Dieu se manifestent. Nous attendons que Dieu se fasse homme parmi les hommes. C’est une aventure extraordinaire. Il vient pour nous donner une bonne nouvelle, qui nous rassemble. Deux mille ans après, nous sommes plus d’un milliard deux cents millions à croire à cette bonne nouvelle.

     

    L’Église se fait voix de cette attente. Elle répète avec une force et une assiduité continue : « Seigneur, viens ! »

     

    Aime à tout casser !     l’Avent

     

     


    votre commentaire
  • Extraits du livre «  Aime à tout casser ! »

    De GUY GILBERT

    Pour vivre l’amitié et l’amour de Dieu, nous avons un immense besoin de dialogue avec Lui, un perpétuel besoin de nous retirer de la foule, de nous libérer de nos tâches habituelles. Dieu nous a placés dans le temps pour vivre et il a un besoin urgent de notre temps. C’est le temps de l’amitié, le temps où nous pouvons la Lui exprimer, spécialement dans le silence. Pour cultiver sans cesse cet amour, à toute heure du jour et de la nuit, nous pouvons nous consacrer à ce « cœur à cœur » avec Dieu, comme disait sainte Thérèse de Lisieux. Nous nous branchons directement sur Lui. C’est une ascèse qui permet d’entrer dans le « Priez sans cesse » de Jésus.

    Aime à tout casser !  (3)

     


    2 commentaires
  • Extraits du livre «  Aime à tout casser ! »

    De GUY GILBERT

     

    Les dix commandements de la joie

     

    1. La joie à Dieu demanderas, chaque matin fidèlement.

    2. Calme et sourire montreras, même en cas de désagrément.

    3. En ton cœur tu te rediras : Dieu qui m’aime est toujours présent.

    4. Sans cesse, tu t’appliqueras à voir le bon côté des gens.

    5. La tristesse tu banniras de toi impitoyablement.

    6. Plainte et critique éviteras ; il n’est rien de plus déprimant.

    7. A ton travail tu t’emploieras d’un cœur joyeux allègrement.

    8. Aux visiteurs réserveras un accueil toujours bienveillant.

    9. Les souffrants réconforteras En t’oubliant totalement.

    10. En répandant partout la joie, tu l’auras pour toi sûrement.

    Gaston Courtois

    Presqu'île de Quiberon aout 2023

     


    2 commentaires
  • Extraits du livre «  Aimé à tout casser ! »

    De GUY GILBERT

     

    Nous avons un fruit précieux de la vie, meilleur que tous les jardins de clémentines ou de roses, avec l’Esprit Saint qui est à cultiver et à cueillir.

    Essayer de rencontrer des êtres pétants de joie, ce sont des rayons laser qui vous illumineront. Vous serez alors les nouveaux évangélisateurs par la joie.

     

    Vous pouvez tomber, bien sûr. Mais vous serez capable de vous relever, c’est certain, en restant proche du Christ grâce à une foi intense, cultivée tous les jours. La confiance naîtra, elle ne fera que croître et fructifier.

     

    Comment, dans les souffrances et les deuils, pouvons-nous garder la joie ? Sans doute par ce que la faim de bonheur est inscrite dans nos gènes, parce que notre soif d’amour est inextinguible.

     

    Aimé à tout casser ! (2)

     


    votre commentaire
  • Extraits du livre «  Aimé à tout casser ! »

    De GUY GILBERT

     

    La joie et claire et forte, stable comme une plante d’eau sur un étang. Le plaisir est passager. La joie authentique est une bénédiction, elle a quelque chose de divin, quelque chose d’éternel parce qu’elle vient d’en haut.

     

    Pour reconnaître l’action de Dieu dans sa vie, il faut se décentrer de ses soucis personnels. Nous sommes tous imbibés de nos problèmes intérieurs, de questions sur notre avenir, celui de nos enfants, sur notre travail qui prend une place considérable.

     

    Vivons la grâce du temps présent ! Cette théologie des vingt-quatre heures, je la cultive comme de l’or dans ma vie. Je me fou de demain. Hier, c’est passé. J’ai à vivre pleinement l’amour et j’ai vingt quatre heures pour le faire. A chaque jour suffit sa peine.

     

    Aimé à tout casser ! (1)


    votre commentaire
  • Extrait du livre « Abécédaire de la Sagesse

    De Christophe André, Alexandre Jollien et Matthieu Ricard

     

    Pour nous changer et changer le monde, nos efforts personnels comptent, mais nos environnements ont une importance fondamentale : ils sont le bain dans lequel nous évoluons  au quotidien, sans nous en rendre compte, et ils infusent en nous leurs vices et leurs vertus, ils nous freinent ou nous aident.

    Un environnement favorable bénéficie à notre santé et à notre bien-être : le contact régulier avec la nature, le fait de disposer de proches et d’amis prêt à nous aimer et à nous aider, l’appartenance à une culture qui promet des valeurs de solidarité et de respect et les rend vivantes en nous, tout cela est bon pour notre petite personne, même sans effort de notre part. La réflexion  écologique ne concerne donc pas seulement la protection de la  nature, mais aussi celles des liens  humains, des sociétés humaines,  de ceux qu’ils ont de meilleurs. Et  la méfiance ou l’action, par rapport à ceux qu’ils ont de pire. Un environnement favorable me libère l’esprit en me procurant des émotions agréables, en me donnant un sentiment de sécurité personnelle, en me permettant donc d’avoir un rapport au monde ouvert et apaisé. Il me donne le sentiment de vivre dans un univers prévisible, juste et cohérent.

    Christophe

     Abécédaire de la Sagesse Un environement...

    L'Île aux Moines aout 2023

     


    votre commentaire
  • Extrait du livre « Abécédaire de la Sagesse

    De Christophe André, Alexandre Jollien et Matthieu Ricard

     

    L’empathie comporte deux aspects, l’un affectif, l’autre cognitif. L’empathie affective est la capacité d’entrer en résonance émotionnelle avec les sentiments de quelqu’un d’autre, de prendre ainsi conscience de sa situation. Si l’autre est joyeux, je ressens moi-même une certaine joie. S’il souffre, je souffre de sa souffrance. Cette empathie affective nous alerte donc sur la nature et l’intensité des sentiments d’autrui, la souffrance surtout.

    L’empathie cognitive consiste à se mettre à la place de l’autre - qu’est-ce que je ressentirais si je souffrais de famine ou si j’étais torturé en prison ?  Ou à imaginer ce qu’il ressent, sans pour autant ressentir la même chose. Je peux, par exemple, être assis dans l’avion à côté de quelqu’un qui est terrifié par les vols en avion et l’aider en imaginant sa détresse, sans pour autant éprouver la même peur. Sans empathie, il est donc difficile de connaître la situation de l’autre et d’être concerné par son sort. L’empathie ne mène pas nécessairement à l’altruisme, ce désir de faire le bien de l’autre, et à la compassion, ce désir de remédier à la souffrance. L’empathie est l’effet que le sort des autres a sur soi, tandis que l’amour altruisme et la compassion sont tournés vers les autres.

    Matthieu

    Abécédaire de la Sagesse l'empathie

    La Loire vue du Plateau  de la Danse. Haute Loire aout 2023


    votre commentaire
  •  

    Extrait du livre « Abécédaire de la Sagesse

    De Christophe André, Alexandre Jollien et Matthieu Ricard

     

    TROIS CONSEILS DE CHRISTOPHE POUR UNE BONNE GESTION DES ÉMOTIONS

    1. Aimons-les toutes ! Toutes nos émotions sont des signaux à propos de nos besoins. Les émotions positives nous disent que nos besoins sont satisfaits ou en voie de satisfaction. Les émotions négatives, qu’ils ne sont pas satisfaits. Écoutons-les donc, et réfléchissons pour agir au mieux pour l’équilibre de nos besoins fondamentaux.

    2. Cultivons les émotions agréables ! Prenons soin de les nourrir au-delà de nos automatismes et de nos habitudes. Des travaux ont montré qu’éprouver deux ou trois fois plus de ressentis agréables que de ressentis désagréables représentait un équilibre optimal, et réaliste (on ne peut pas être toujours de bonne humeur).

    3. Ne nous décourageons pas ! C’est l’u ne des grandes affaires de notre vie que de travailler à notre équilibre émotionnel. Et nous ferons régulièrement des rechutes, serons de nouveau victimes de colères absurdes, d'angoisses inadaptées, de tristesses exagérées. Ce parcours émaillé de dérapages, il faut l’intégrer dès le début. C’est pour cela que je déteste les proverbes tels que : « Chassez le naturel, il revient au galop », qui disent qu’au fond on ne change jamais. Nous sommes dans un apprentissage, donc nous devons accepter les « rechutes ». Il n’y a pas de raccourci sur ce chemin-là. Mais on finit toujours par y arriver si on continue de marcher... Christophe

     

    Abécédaire de la Sagesse   conseils pour une bonne gestion des émotions


    2 commentaires
  • Extrait du livre « Abécédaire de la Sagesse

    De Christophe André, Alexandre Jollien et Matthieu Ricard

     

    Les émotions s’inscrivent dans notre patrimoine génétique et dans nos câblages cérébraux, et sont ensuite renforcées par notre éducation et notre milieu culturel. Toutes nous sont utiles : la colère, la tristesse, la peur, l’anxiété, la honte ont des fonctions bien précises. Elles nous rendent service, à condition qu’elles n’atteignent pas des intensités trop fortes, qu’elles ne durent pas trop longtemps et que nous ne perdions pas de vue  leur finalité. C’est-à-dire, à condition que nous soyons conscients de leur existence, de leurs mécanismes et de leur influence sur nous : c’est ce qu’on appelle l’intelligence émotionnelle. Mais sans les émotions positives, on ne tiendrait pas sur la durée ; ce sont elles qui rouvrent ensuite notre regard et notre capacité à nous lier les uns aux autres, à sont notre carburant pour avancer.  Christophe

     

    Abécédaire de la Sagesse  Les émotions

    Auray Morbihan aout 2023


    1 commentaire
  • Extrait du livre « Abécédaire de la Sagesse

     

    De Christophe André,  Alexandre Jollien et Matthieu Ricard

     

    L’émerveillement invite en notre paysage intérieur des états mentaux sereins, vastes et ouverts qui engendrent un sentiment d’adéquation avec le monde. Il nous fait sortir de nous-mêmes, immensifie l’esprit et dilate le cœur. Il nous emplit de la vaste et émouvante interdépendance des êtres et de la nature. En tout cela, l’émerveillement nous guide vers la sagesse.

    Les sources d’émerveillement sont multiples : le regard d’un enfant qui vient de naître, un acte d’une grande bonté, les moments où on laisse son esprit reposer au sein de la paix intérieure. Emerveillons-nous de la nature sauvage ou d’un visage qui reflète les profondeurs de la sagesse et de la compassion. Émerveillons- nous à la lecture d’un poème, en écoutant un prélude de Bach ou un enseignement dont les lumières ins­pirent l’esprit. Se fondre dans l’immensité du ciel, se perdre dans le dédale d’une écorce, disparaître dans l’intimité d’une fleur, savourer l’appel mélodieux d’une grive, la légèreté d’un flocon de neige qui se pose au creux de la main, la fraîcheur de l’instant présent sans s’égarer dans les mille et un ailleurs de la distraction.

    L’émerveillement s’apparente à l’expérience du «flux» (flow), cette immersion parfaite en ce que l’on fait ou contemple décrite par le psychologue Mihâly ( 'sikszentmihâlyi.

    Incompatible avec l’animosité, l’avidité et l’orgueil, l’émerveillement permet au meilleur de nous-mêmes de remonter à la surface ; et, puisqu’il se conjugue parfaitement avec la bienveillance, la générosité et l’admiration, il est dépourvu de vanité. En cela, il nous élève.

    l’individu, celles de l’environnement en particulier. L’émerveillement, nous disent les chercheurs, réduit l’individualisme et l’apitoiement sur soi.

    Celles et ceux qui s’émerveillent auront davantage tendance à se décrire comme «un habitant de cette planète» que comme un «individu». L’émerveillement engendre le respect envers la nature sauvage, le respect mène au désir de protéger notre environnement et ce désir mène à l’action qui elle-même peut nous mener vers une harmonie durable entre l’homme et l’environnement dont il fait partie par le jeu de l’interdépendance de toute chose. Matthieu


    1 commentaire
  • Extrait du livre « Abécédaire de la Sagesse

     De Christophe André, Alexandre Jollien et Matthieu Ricard

     

     

    L’ego

    L’ego ne fait pas partie du vocabulaire courant de la psychologie, on parle plutôt d’«estime de soi», qui définit l’ensemble des façons de se regarder, de se juger, de se considérer, de se traiter. Pour ma part, je décrirais volontiers l’ego comme l’ensemble des attachements à soi, à sa propre image, et j’aimerais parler de ses pathologies et de toutes leurs conséquences. On sait, par de nombreuses études, que l’estime de soi est profondément influencée par toutes les relations sociales. Au fond, beaucoup de chercheurs considèrent que la valeur que l’on s’accorde est très fortement, pour ne pas dire quasi exclusivement, constituée du sentiment qu’on a d’être estimé par les autres. Autrement dit, c’est le regard des autres qui conditionne la qualité du regard qu’on porte sur soi-même et qui reflète en réalité la manière dont on se voit dans les yeux des autres.

     

    Je conclurai par deux points : l’ego est un mal nécessaire, comme un véhicule de location. Nous avons besoin de lui pour traverser la vie, tout comme nous avons besoin d’un moyen de locomotion pour nous déplacer d’un point à un autre - sauf si l’on est un ermite ou un contemplatif qui ne bouge pas de son monastère, et trouve peut-être que se débarrasser complètement de son ego est plus simple. Sur les routes de la vie, il y a des véhicules plus polluants que d’autres : de gros quatre-quatre qui consomment beaucoup d’essence, qui veulent qu’on les regarde et qu’on les laisse passer, et à l’autre extrême, des petits vélos qui ne polluent pas et ne font pas de bruit. Il me semble qu’on ne peut pas se débarrasser de l’ego, le balancer par la fenêtre, mais qu’on peut juste s’assurer qu’il ne soit pas trop polluant pour les autres, pas trop coûteux pour nous (en énergie, en soins, en entretien...)- Second point: on ne peut pas espérer se débarrasser de l’ego en le méprisant. Chez les patients qui souffrent de manque d’estime de soi, la solution n’est pas de continuer à se mépriser: souvent, ils sont à la fois obsédés par eux- mêmes et irrités contre eux-mêmes. On en revient à cette différence capitale entre détachement et non- attachement : l’idée n’est pas de se détacher de l’ego de façon obsessionnelle, mais nos efforts doivent nous porter vers le non-attachement à l’ego. Christophe

     

     


    votre commentaire
  • Extrait du livre « Abécédaire de la Sagesse

     De Christophe André, Alexandre Jollien et Matthieu Ricard

     

     

    Écoute

    On pourrait définir l’écoute comme une présence à autrui pendant laquelle toute l’attention, toute la conscience, est tournée vers ce que dit la personne que l’on a en face de soi. C’est une attitude complexe, où l’on donne et où l’on reçoit, une démarche d’humilité, où l’on fait passer autrui avant soi-même.

    Dans l’écoute, on trouve trois mécanismes fondamentaux: le respect de la parole d’autrui, le lâcher- prise et la capacité à se laisser toucher.

    Respecter la parole, c’est d’abord ne pas juger ce que nous dit  l’autre pendant que nous l’écoutons. Et c’est très difficile ! Automatiquement, nous avons tendance à porter un jugement : nous apprécions, n’apprécions pas, nous sommes d’accord, pas d’accord, nous trouvons que c’est juste ou faux, brillant ou idiot. Difficile d’empêcher ce jugement de parvenir à notre esprit, mais chaque fois qu’on le remarque, on peut le noter et s’en détacher, pour revenir de son mieux à une véritable écoute. Le lâcher-prise, ce sont mes patients qui me l’ont appris. Les grands timides et les grands anxieux ont tellement peur de ne pas être à la hauteur de leur interlocuteur qu’ils écoutent mal parce qu’ils préparent ce qu’ils vont pouvoir répondre. Dans la véritable écoute, on ne doit pas préparer sa réponse, mais seulement écouter, en lâchant prise. On a parfois le sentiment que c’est une position un peu «casse-gueule», mais notre réponse sera d’autant plus profonde et adaptée qu’on aura totalement abandonné l’idée de la préparer. Ce lâcher-prise est aussi la condition d’une écoute sincère et véritable où l’on est prêt à se laisser toucher, émouvoir, sans jugement, sans contrôle, sans désir de maîtriser, sans aucune intention finalement. Christophe

     

    TROIS CONSEILS DE CHRISTOPHE POUR MIEUX ÉCOUTER

    On progresse beaucoup plus en écoutant qu’en parlant. La parole nous transforme parce qu’elle nous force à préciser nos idées, mais l’écoute est encore plus puissante, car elle nous ouvre à d’autres univers que le nôtre.

    Toujours se rappeler qu’écouter, c’est donner. Pas seulement des réponses, mais de la présence.

    Pour bien écouter, Il faut se désemplir en partie : de ses peurs (peur de ne pas savoir quoi dire, de ne pas avoir de réponses à donner), de ses certitudes, de ses lassitudes.

     

    Abécédaire de la Sagesse L'écoute


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique