• Extraits de livres lus

    29 pages d'extraits de livre, prenez le temps de les consultés !!!

  • Extraits du livre «  JADE et le réenchantement du monde »

    De François GARAGNON

     

     

    On se donne l’illusion de vivre à fond, mais la réalité est beaucoup moins glorieuse : on est souvent en sous-régime. D’ailleurs, ce qu’il faudrait, ce n’est pas vivre à fond, c’est vivre au fin fond, au plus profond de soi, au plus près de sa vérité intérieure !

     

     

    La contemplation permet aussi de découvrir la beauté derrière l’apparence des choses. Et aussi de transformer j ce qui, au premier abord, peut nous paraître laid, désagréable ou repoussant, en  bouleversant quelque chose au fond de notre cœur, de l’ordre de la charité, de la compassion ou de la douceur.

     

    Sais-tu que le regard que tu portes sur les choses est plus important que ne le sont les choses elles-mêmes ? Tu peux transfigurer la réalité, par la seule force de ton amour !

     

    L’attention, c’est fait pour aller au cœur des choses mais aussi pour rendre présent ce qui manque tellement au bonheur quand elle n’apparaît pas : la gratitude.

     

    JADE et le réenchantement du monde (5)

    Plage de Ouistreham avril 2018


    votre commentaire
  • Extraits du livre «  JADE et le réenchantement du monde »

    De François GARAGNON

     

     

    Vois-tu, Jade, notre grande difficulté de vivre, c’est que nous pensons la vie comme un problème à résoudre, alors que c’est un mystère à contempler. On pense que la vie est une succession d’actes à poser et d’actions à réaliser, sans s’apercevoir qu’elle se construit aussi par des rencontres et des événements absolument imprévisibles, qui surgissent à l’improviste, sur lesquels nous n’avons sur le moment aucune prise et qui viennent chambouler nos efforts les plus méritoires et nos plans les mieux élaborés. Il me semble que l’effort le plus profitable consiste à tendre l’oreille aux infimes frémissements de la vie et à sa petite musique intérieure, et de s’y accorder du mieux qu’on peut. Harmoniser le dehors et le dedans. Inspire et expire, flux et reflux.

     

    Notre destination, n’est pas le but de notre vie, ce n’est pas un lieu qu’il faut rejoindre, c’est un sentiment qu’il faut vivre.

     

    Notre fort intérieur, c’est comme une maison dans laquelle on vit depuis toujours, dont chaque endroit nous semble familier, alors qu’en fait, on en connait juste les pièces principales. On ne s’est jamais aventuré à farfouiller un peu pour découvrir tous les recoins, le vestibule de l’attente silencieuse, les pièces de réception de la grâce et de l’inespéré, l’escalier des vertus, le balcon de l’espérance, l’arrière-cuisine de nos petits arrangements personnels et aussi les cachots (là où l’on enferme, au plus profond de nos obscurités, ce qu’on redoute de voir remonter dans la haute tour de la conscience, éclairée au grand jour). A suivre ....

     

    JADE et le réenchantement du monde (4)


    votre commentaire
  •  

    Extraits du livre «  JADE et le réenchantement du monde »

    De François GARAGNON

     

     

    Tu sais, il y a des gens qui sont tellement pauvres que la seule chose qu’ils possèdent, c’est de l’argent ! Or, la réussite ne se mesure pas à la quantité de ce que l’on a mais à la qualité de ce que l’on est. Le vrai niveau de ta vie, c’est ta qualité d’être : ardeur et fidélité dans tes engagements, gratitude, attention portée à la beauté de la vie et des êtres, don de soi.

     

    Je n’ai pas du tout envie de monter dans le train-train du quotidien, car je sais pertinemment comment ça se déroule : les choses passent à toute vitesse, on n’a jamais le temps, on ne voit personne véritablement, on se croise à la va-vite, on se vide de son énergie,  et même si on nous fait croire que c’est la seule manière d’arriver à destination, eh bien en fait,  une fois qu’on est embarqué, on ne s’arrête jamais. En plus, quand on est arrivé quelque part, il est déjà temps de repartir. Il y a une force qui nous entraîne, on appelle ça “la force |des choses” et apparemment elle est tellement persistante qu’elle domine la force de notre volonté, de nos désirs et de nos rêves réunis ! On ne se pose même plus la question du sens : on se plonge dans l’action en faisant mine de nager dans le bonheur, alors qu’en fait, on est en train de se noyer ! Le malheur, c’est qu’on finit par prendre pour des futilités ce qui est justement essentiel à notre identité et à notre équilibre : le silence, l’immobilité contemplative, les infimes mouvements intérieurs de l’âme, les fragilités d’amour, les envols de rêve et d’enthousiasme, les rencontres d’amitié, les instants de gratuité et de gratitude, les signes de la Providence, le temps perdu (qui est en fait du temps retrouvé).

     

    JADE et le réenchantement du monde (3)

    Martinique aout 2017


    votre commentaire
  •  

    Extraits du livre «  JADE et le réenchantement du monde »

    De François GARAGNON

     

     

    L’humilité radieuse, c’est comme si tu célébrais les noces de la lune et du soleil, de la volonté et de la grâce, de l’homme et de Dieu. De la forêt profondément mystérieuse et de la rivière qui coule de source. Ça crée des étincelles de feu, d’eau et d’allégresse, comme quand tu éclates de rire et que tu perçois soudain le monde par le prisme d’une larme de joie. Et au bout d’un moment, tu t’aperçois que ce petit peuple qui entretient le feu qui illumine, l’eau qui apaise la soif, et l’allégresse qui donne sens à la vie, ce petit peuple qui s’est détourné des égarés, des idoles et des faux- prophètes, est comme une digue qui résiste face au déferlement impérieux de la modernité toute-puissante : il représente en quelque sorte la dernière communauté capable de permettre le réenchantement du monde.

     

    « L’humanité en est à “l’Age de faire”, et en vient à oublier qu’il y a des moments où il est nécessaire de s’abstenir et de laisser faire. Tout ce qu’il y a de beau, de grand, de puissamment fondateur, provient d’une énergie qui nous dépasse, dont nous n’avons pas idée, qui échappe à notre maîtrise et contrarie même sur le moment nos humaines intentions ! Il convient juste de se rendre pleinement disponibles pour laisser la grâce faire son chemin jusqu’à nous. » — Faire de son mieux et laisser faire Dieu ! (A suivre....)

     

    JADE et le réenchantement du monde (2)

    Parc National des Vosges du Nord, février 2018


    1 commentaire
  • Extraits du livre «  JADE et le réenchantement du monde »

    De François GARAGNON

     

    Résumé : Après avoir entretenu la folle ambition de devenir milliardaire (...en sentiments), Jade a décidé de devenir prix Nobel de physique... cantique ! |

    On la retrouve ici, à seize ans, fricotant avec des spécimens rares de l'humanité, qu'elle s'efforce de rassembler dans un édifiant Cercle de contempl'actifs. La voilà qui s'évertue à éprouver la beauté du monde et la puissance de la contemplation de toutes les fibres de son être. Tous les prétextes sont bons : la mécanique et la métaphysique, les exercices spirituels et les couchers de soleil, le souffle de Dieu en soi et le ciel dans la main, la théophanie et l'énergie du vide, la tension fraternelle, les élans d'amour et la découverte de soi. Tout cela avec une inventivité jubilatoire qui lui fait mériter son titre de "Miss Beauté du Monde", tant elle met de perspicacité dans sa quête de transfigurer la vie et de réenchanter le monde.

    Ses questionnements insistants l'amènent à découvrir une sorte d'arrière-monde méconnu des hommes, qui ouvre sur autant de champs de possibles et de territoires de plénitude promise.

    Comment se fait-il que l'humanité reste à la surface de la vie et ne soit pas tentée d'explorer en profondeur ces prodigieux secrets capables de tout métamorphoser sous une lumière bénéfique ? Oui, pourquoi ?

     

    Le Sauveur du Monde, si tu l’as dans ton cœur, t’es équipé spirituellement pour toujours ! En haut débit, de jour comme de nuit, et même les jours fériés. Forfait illimité et grâce infinie ! À condition que tu n’oublies pas de te connecter à lui, parce qu’autrement ça va être compliqué de faire la lumière en toi...

     

    Le tableau le plus cher du monde ne vaudra jamais un coucher de soleil en exposition temporaire, ou même la plus humble pâquerette quand on la regarde de très près. Même si elle a les pétales de travers. Parce que la pâquerette, elle, c’est une œuvre d’art vivante, plantée au beau milieu de la Création. Et ça, c’est comme l’amour de Dieu qui est livré à tous les vents de l’Histoire : c’est proprement inestimable, ça n’a pas de prix ! 

     

    Les divinettes, ce sont des mystères que Dieu pose dans notre vie sous forme d’événements imprévus, de rencontres, d’obstacles qui se mettent en travers, de tiraillements entre deux tendances qui se contrarient, pour que tu apprennes à deviner ce qui est vraiment beau, bien et bon pour toi. Ce sont des questions divines pour déclencher des réponses humaines ! Le style Théo-cache, où Dieu s’amuse à planquer des indices partout dans ta vie, afin que tu ne te perdes pas en chemin et que tu t’inventes un destin qui te ressemble au lieu de rester comme un imbécile derrière l’arbre qui cache la forêt. (A suivre...)


    2 commentaires
  • Extraits du livre « L’enfant qui savait »

    De François Garagnon.

     

    En fait, le secret de la joie du dedans, c’est comme une partition travaillée et ordonnée par un grand chef d’orchestre : il faut sans cesse régler ce qui est dissonant, moduler différemment, inventer de nouvelles tonalités

     

    C’est par le chemin de ronce que l’on atteint la clairière de la joie, le seuil où tout s’ouvre et où les perspectives s’élargissent

     

    Les plus indicibles joies sont celles qui ont traversé la souffrance et qui ont été traversée par elle

     

    Toujours, à quelque degré, les difficultés et les souffrances sont, au sens propre, des épreuves de vérité. Leur feu nous brûle mais nous illumine aussi.

     

    On est au cœur de la joie quand on a envie d’embrasser le monde entier et de l’aimer, et de continuer à l’aimer y compris dans ses misères, ses cruautés, ses fabriques de malheurs et ses égarements. Et surtout à causes d’elles.

     

    Eh bien, voilà. Je savais tout. Tout le mystère de la V.I.E

    La Vérité Infinie et Éternelle tenait à ces trois anneaux : Amour, Paix et Joie. Cela ressemblait à la ronde initiée par trois enfants qui se donnent la main pour célébrer une fête. C’est de l’amour de la joie que naît la joie de l’amour. Voilà comment étaient reliés le premier et le troisième anneau. Et le second anneau, celui de la paix, était toujours au milieu, bienveillant, veillant le bien, ou bien devant, ou bien derrière, selon qu’on faisait rouler les anneaux les uns sur les autres et que l’on changeait la disposition. Qu’importait ! Les trois anneaux étaient toujours ensemble, frères unis à jamais. Trois alliés entremêlant leurs vertus, se fortifiant les uns les autres pour aborder vaillamment tous les combats de la vie ! Même si leur nuance variait du blanc au jaune en passant par le rose, tous trois étaient de la même matière, d’or pur, la matière inaltérable dont sont faits les rêves actifs destinés à changer le monde…

     

    Oui Akimbo, mon petit frère, tu as fini par m’ouvrir les yeux. Grâce à toi, j’ai compris que la vie n’est pas un problème à résoudre, mais un mystère à respecter. Et les trois puissants symboles de ce mystère sont : le parfum d’amour, le baume réparateur de la paix et la petite musique de la joie. Les trois liens d’alliance qui résument le secret de la Vérité, Infinie et Éternelle.  Fin

     

    Un très beau livre que je conseille vivement 

     

    Extraits du livre « L’enfant qui savait » (fin)

     

    Photo Renal

     

     


    2 commentaires
  • Extraits du livre « L’enfant qui savait »

    De François Garagnon.

     

    La paix, ce n’est pas seulement un effort, ou une manière de rassembler ce qui a été brisé et éparpillé pour retrouver la sculpture intacte du départ, histoire d’en faire une pièce de musée ! Tu dois aussi accepter toute la poussière du monde et toutes les imperfections de ton être. Ce qu’il faut, ce n’est pas gagné la guerre, c’est gagner la paix ! Imagine que la paix est un pays, un royaume promis que tu as déserté sur un coup de tête. Tu es en exil de toi-même tant que tu ne t’es pas réconcilié. Il faut reconstruire la paix : utiliser les mêmes pierres, pour en faire non plus un mur qui sépare, mais un pont qui relie.

     

    Les gens vivent comme si rien n’avait véritablement d’importance. Ils ont perdu de vue la précieuse valeur des choses, des gens et même la valeur de la vie. Qui, si tu y réfléchis, est autrement plus conséquence que la valeur de ce billet de banque ! Parce que le billet touche l’avoir, tandis que la vie touche l’être.

     

    Pour que la vie soit pleine, il faut chercher l’harmonie des notes, des gens et des évènements. Quelque chose qui va jouer ensemble dans le petit conservatoire de notre for intérieur, avec des instruments très différents mais qui doivent s’accorder à ne faire plus qu’un, pour produire en unique morceau avec d’infinies modulations et une amplitude exquise. A la fin ce n’est même plus de la musique, c’est une vibration émotive. Exactement comme la joie.

     

    Quand la joie joue en toi, c’est comme une petite musique intérieure qui se met en marche toute seule. Parfois même, tu est tout surpris, parce qu’il n’y a aucune raison d’être heureux, et pourtant tu l’es De manière incontrôlable subites, injustifiable Bref, tu ne  peux pas faire autrement que d’être en joie, sans même savoir pourquoi ! C’est ça qui est beau, c’est de la pure beauté enivrant comme un miel butiné de fleurs en fleurs dans les vastes prairies balayées par les ombres et les lumières Ca arrive subrepticement : un rayon de soleil tout doux qui caresse ton visage sans que tu t’y attendes, parce que c’était pas prévu, mais alors pas du tout ; il faisait froid au dehors et tu ne  t’attendais pas à ce qu’un tel sentiment de bien-être te parvienne juste à ce moment là

     

    Extraits du livre « L’enfant qui savait » (7)

    Photo Renal


    votre commentaire
  • Extraits du livre « L’enfant qui savait »

    De François Garagnon.

     

    Chez moi, on dit que les paysages les plus enchanteurs sont ceux qui succèdent aux plus terribles orages. Après s’installent pour longtemps la royauté du grand bleu de l’infini et la force de la lumière éternelle ; des germinations secrètes arrivent à épanouissement. Il y a comme un parfum dans l’air, celui d’une discrète victoire. Et ça suffit pour être heureux. Le cœur se dilate, ton puits est rempli d’eau pour les moments où tu auras soif, et empli de lumière aussi pour les moments où le monde te paraîtra s’assombrir.

     

    La Paix c’est ce qui rend ta maison intérieure belle et bien ordonnée et qui sent bon. Tu peux y accueillir les autres en toute fraternité, parce que ton cœur est dans la douceur et ton vrai désir, c’est l’harmonie. Le mot de passe de l’amour, c’est : Je t’aime. Et le mot de passe de la fraternité, c’est : Merci. C’est bizarre ! Les gens imaginent qu’il faut être heureux pour dire merci, alors que c’est exactement le contraire : il faut dire merci pour être heureux ! Et en plus tu es dans la gratitude, plus ton cœur devient spontanément fraternel !

     

    Maintenant, que ce soit dans l’amour ou la fraternité, il y a un autre mot-doux qui doit te venir aux lèvres souvent. C’est le mot Pardon. Tu as remarqué, il y a don dans le pardon, et c’est le plus fabuleux des cadeaux : le don de soi ! Si tu prends l’habitude de semer des graines de pardon autour de toi, tu seras capable un jour de faire pousser des fleurs en plein désert, je te promets ! Dire pardon, ce n’est pas seulement un mouvement de paroles, mais un mouvement de l’être tout entier. Un mouvement à la rencontre de l’autre. ( A suivre... )

     

    Extraits du livre « L’enfant qui savait » (6)

    Chacra 25 mai 2017

     

     


    2 commentaires
  • Extraits du livre « L’enfant qui savait »

    De François Garagnon.

     

    Extraits du livre « L’enfant qui savait » (5)


    votre commentaire
  • Extraits du livre « L’enfant qui savait »

    De François Garagnon.

     

    L’amour, c’est un parfum. Quelque chose que tu ne peux pas retenir, posséder ou décrire. Un je-ne-sais-quoi qui flotte dans l’air, qui semble voué à disparaître mais qui peut propager une énergie plus phénoménale que la course des planètes ! Parfois, le parfum se fait insistant, envahit tout ton être et alors, rien n’est plus comme avant. Ton paysage intérieur est changé pour toujours. Et bien longtemps après la première fois que tu as eu cette sensation, bien après que le parfum semble s’être totalement évaporé, il suffit d’une brindille fugitive de ce parfum pour que resurgisse un bouquet de réminiscence, et que tout un grand bonheur que tu croyais perdu ressuscite et fouette à nouveau tes sens, comme l’air rare et fringant des altitudes.

     

     

    L’amour, c’est un lien d’alliance ! Et s’il y a davantage d’obscurité que de clarté dans l’esprit des hommes, c’est que leur cœur est plus souvent dans le rapport de force que dans le lien d’alliance. Il faut revenir à l’alliance ! Plus on est attaché, plus on est libre ! Je sais, c’est peut être bizarre à entendre, mais c’est comme ça ! Et l’on ne peut véritablement être quelqu’un sans être aidé et aimé par quelqu’un d’autre. C’est comme si le parfum de la vie ne nous parvenait pas. Est-ce que tu crois que la rose réserve son parfum à certains êtres et le refus à d’autres ? Non ! Tout le monde y a droit. Mais certains ont la tête ailleurs et passent à côté de la rose parce qu’ils ne sont pas disponibles pour recevoir son baume parfumé. ( A suivre...)

     

    Extraits du livre « L’enfant qui savait » (4)

     


    votre commentaire
  • Extraits du livre « L’enfant qui savait »

    De François Garagnon.

     

    Mon grand rêve, c’est de faire en sorte que tout être prenne conscience, là où il est, et quelle que soient son âge et sa condition, que chaque jour qui vient, il a la possibilité de réaliser ce qui, hier, n’était encore qu’un rêve ! Et que la force des habitudes ne l’éloigne jamais durablement de cette conviction.

     

    Un être ne peut trouver son accomplissement s’il ne connaît pas à la fois l’enracinement et l’envol. Comment peut-on considérer comme « brillant » celui qui erre sans joie sur les marches ternes du savoir, même s’il est le premier de la classe, tandis que son regard, justement, perd peu à peu de son éclat ? Comment est-il possible d’imaginer une autre pédagogie que celle qui repose sur la confiance, ouvrant sur le grand large d’horizons encore inexplorés ? Les paroles lumineuses sont les paroles de confiance, de gratitude, de tendresse, d’encouragement. Elles donnent à celui qui les reçoit un côté ailé, comme affranchi des pesanteurs terrestres.

     

    Fais ce que tu as à faire, et ne t’attarde pas sur ce que les autres ne font pas. Attache-toi au murmure des profondeurs, et non pas aux agitations de surface. Cherche l’exaltation dans les petites choses fidèles, pas dans les coups d’éclat éphémères. (A suivre...)

     

    Extraits du livre « L’enfant qui savait » (3)

     


    votre commentaire
  • Extraits du livre « L’enfant qui savait »

    De François Garagnon.

     

    Ce qui est en voie de disparition, ce ne sont pas les merveilles, ce sont les émerveillés. La beauté, nous l’oublions. Toutes nos tribulations découlent de cette amnésie, et le désenchantement est un poison lent qui fera notre décadence et notre perte.

     

    Chaque individu de la vie est contemplé du coin de l’œil par la Providence, laquelle se dit : « Qu’est ce que je vais pouvoir faire de beau, de bon et de bien avec ça ?

     

    J’avais le désir fou de sentir palpiter la vie, de laisser parler le silence, de retrouver la grâce et l’innocence des premiers temps du monde.

     

    Qui est le plus sage en vérité ? Celui qui a le savoir, ou celui qui garde la saveur ? Celui qui accède aux certitudes permettant la maîtrise de l’usage du monde, ou celui qui reste dans la vigueur inaugurale des puissances d’éveil ? Qui est le plus près de la Grande Vie ? Encore faut-il préciser que dans le langage de cette tribu, la Vie était l’abréviation de : Vérité, Infini et Éternelle. (A suivre...)

     

    Extraits du livre « L’enfant qui savait » (2)

    Chacra Avril 2017

     


    votre commentaire
  • Extraits du livre « L’enfant qui savait »

    De François Garagnon.

     

    Résumé : Un récit enchanteur à la sagesse universelle, gorgé de saveur et de sens, et que vient sublimer une moralité bouleversante. L’auteur nous convie à un authentique voyage intérieur à la découverte d’un arrière-monde permettant de « renouer avec la densité et le rythme lent d’un univers primordial baigné de naïveté et de lumière ». Au cœur de ce lieu dépouillé et essentiel, tout environné des merveilles de la Création, un jeune orphelin venu de nulle part illumine par sa présence le Lodge où vient se ressourcer un écrivain. Peu à peu, ce dernier se montre captivé par les singulières fulgurances de « l’Enfant qui savait », lequel, par ses perceptions subtiles, son mystère et ses révélations, ressuscite toute la poésie de l’univers. Les personnages attachants de Papadou, l’Ancien qui initie à décrypter le filigrane de la vie, et de Souad, l’enfant lune-soleil qui épie les secrets d’éternité, contribuent à la féerie de ce conte allégorique. Une pépite aux éclats de kaléidoscope qui a de secrètes affinités avec « Jade et les sacrés mystères de la vie », du même auteur, mais aussi « Le Petit Prince » de Saint- Exupéry, et « Le Lion » de Kessel

     

    « Le désir est un désert, il faut le redire pour s’en imprégner : tout manque alors, et c’est ce manque qui conduit à la plénitude du Tout. »

     

    « Je m’affalai sur le rocking chair, soupirai d’aise en me balançant doucement et joignis mes deux mains sur la bouche pour contempler avec intensité la féerie de la savane qu’enflammait le couchant. J’étais littéralement transporté à la vue de cette vie primitive probablement peu différente de celle qui avait dû se déployer à l’origine du monde. Ce chant de la Création me bouleversa au plus profond de moi-même. Une vague de nostalgie grossit d’un coup et manqua de me submerger. Je sentis chavirer quelque chose en moi et je me pris à sangloter par douces saccades, ce qui m’arrive fréquemment quand j’éprouve un trop-plein de beauté. »

     

    « Ton rêve d’aujourd’hui, c’est ta plus belle réalité de demain. Du moins si tu continues d’y croire, sans jamais te résigner. La seule limite de tes réalisations de demain, c’est ce que tu t’interdis de rêver aujourd’hui. »

     

    J’ai toujours eu l’intuition confuse que le monde appartient à celui qui sait se tenir immobile, dans la paix du cœur.

     

    Ne te laisse pas entraîner loin de toi-même. Rêve. Ose. Vis. Transmet ta flamme et n’abandonne jamais ( A suivre.....)

     

    Extraits du livre « L’enfant qui savait » (1)

    Maintenon


    votre commentaire
  • Extraits du livre : Comment gérer ses émotions

    D’Anselm Grün

    Extraits du livre : Comment gérer ses émotions

    Conclusion

     

    Nous avons passé en revue un certain nombre d’émotions, une par une, et nous en avons conclu qu’elles sont toutes des sources importantes d’énergie, qu’elles nous poussent à prendre les choses en main, nous donnent la force de nous engager passionnément. Mais qu’elles peuvent aussi nous bouleverser si profondément que nous ne pouvons les diriger vers un objectif déterminé ; quelles peuvent nous dominer et prendre le pouvoir jusqu’à provoquer un désordre mental; qu’elles peuvent nous bouleverser au point que nous perdons toute lucidité et ne savons plus que penser ni que faire.

    il est essentiel de ne pas refouler une émotion, mais de s’y confronter, d’en rechercher la justification et le sens, et de réfléchir à la manière de la gérer afin qu’elle se transforme en une énergie positive pour notre vie.

    Un autre aspect qu’il est important de ne pas négliger est que l’émotion, c’est-à-dire ce que nous ressentons intérieurement et manifestons extérieurement, nous met en contact avec autrui. Celui qui refoule ces émotions est incapable d’être en résonnance émotionnelle avec autrui, d’éprouver de l’empathie.

    Réfléchir sur nos émotions nous préserve d’une sensiblerie, qui consisterait à leur laisser l’emprise et nous rendrait faibles. On n’est d’aucun appui si on est trop sensible ! S’y confronter activement, les maîtriser au lieu de se laisser dominer par elles, nous conduit au contraire à faire de nos sentiments des sources de forces, et nous rend capables de rencontres authentiques avec autrui.

     

    Fin de ce super livre, que je vous recommande vivement.

    Extraits du livre : Comment gérer ses émotions


    1 commentaire
  • Extraits du livre : Comment gérer ses émotions

    D’Anselm Grün

    La foi en l’avenir

    Une confiance tissée d’espoir.

     

    La foi en l’avenir va de pair avec l’espoir et la confiance. Nous en avons fortement besoin à notre époque. En effet, non seulement l’insatisfaction et la résignation gagnent de plus en plus de terrain face à des difficultés bien réelles et des problèmes immenses, mais les défaitistes et les voyants qui, tous, prédisent un avenir apocalyptique, ont aussi bonne presse. Les prophéties annonçant la fin du monde éveillent une grande résonance de nos jours. Personne, naturellement, ne peut garantir que l’équilibre de notre monde va résister à la folie des hommes. Mais le besoin et l’envie de prédire son naufrage en dit plus sur l’état mental des dits prophètes que sur sa réalité. Ils sont intérieurement si négatifs qu’ils voient tout en noir et projettent leur situation personnelle catastrophique sur le monde dont ils attendent l’écroulement le plus vite possible, pour que leur vie puisse ainsi rapidement prendre fin. Et comme aujourd’hui l’avenir fait peur, les pseudo-prophètes savent où atteindre les âmes sensibles et prendre le pouvoir sur les anxieux.

     

    Pour échapper à leur emprise, il me faut avoir foi en l’avenir et en mes capacités, c’est-à-dire commencer par regarder ce qui se passe. D’un point de vue spirituel, cela signifie que j’observe comment Dieu dirige et conduit tout, comment il envoie ses anges pour ne pas abandonner le monde au désastre, mais pour transformer le mal en bien.  Si j’ai cette foi, je ne vais pas me laisser ébranler par les prévisions pessimistes. Ce qui ne veut pas dire non plus que je vais me voiler la face et voir tout en rose. Je suis conscient de l’état du monde et ne me fais pas d’illusions. Mais je ne me résigne pas, car je sais que le monde est dans la main de Dieu et que ce ne sont pas les hommes qui auront le dernier mot. La foi me donne la faculté de voir plus loin que ce qui est, de voir plus loin que les problèmes dont nous abreuvent les gros titres des journaux, et de voir aussi la réalité profonde, le fondement de toute chose. Je me fie aux anges de Dieu qui m’accompagnent, étendent leurs mains protectrices sur notre pays et notre planète et ma foi me donne la force de concevoir et de structurer activement et positivement ma propre vie et le monde.

    La foi en l’avenir est tissée de confiance et d’espoir. Si je crois en l’avenir, je vais en parler avec confiance, avoir une vision optimiste des événements, la conviction qu’un futur heureux nous attend et que cela vaut la peine d’y travailler. Je garde les yeux grands ouverts sur l’avenir, sans dissocier ce qui advient de ce qui est advenu, dans lequel je puise aussi la force de ma confiance.

     

    Avoir foi en l’avenir, c’est aussi avoir un objectif en vue, à atteindre non pas seul, mais avec tous les autres. C’est donc une émotion qui, non seulement augmente la confiance en soi et le sentiment de sa propre valeur, mais se transmet aussi aux autres pour que, tous ensemble, nous aspirions et parvenions au : même but.

     

    Extraits du livre : Comment gérer ses émotions (La foi en l’avenir  Une confiance tissée d’espoir.)

    Parc de l'île Saint Denis


    4 commentaires
  • Extraits du livre : Comment gérer ses émotions

    D’Anselm Grün

    La confiance, un abri au tréfonds de l’âme

     

    Je ne peux faire confiance à autrui que si j’ai une saine confiance en moi-même et aussi en Dieu. Confiance en soi, confiance en autrui et confiance en Dieu sont indissociables, se nourrissent l’un de l’autre. Si je crois que Dieu m’accepte tel que je suis, cela me permet de m’accepter aussi et me donne confiance en moi, car je prends alors conscience que mon être véritable correspond à une image unique qu’il a de moi. Si je suis au diapason de cette image intérieure, je me libère de la contrainte de devoir me faire aimer par tous. Avoir confiance en moi ne signifie pas alors que je suis sûr de moi. Il s’agit plutôt d’une liberté intérieure : je ne suis pas dépendant de ce que les autres pensent de moi. Et comme j’ai confiance en moi, je peux me joindre à un groupe sans craindre ce que les autres vont dire de moi. Je peux aussi faire confiance à un ami, à une amie. En effet, même si cette confiance est trahie, je ne m’effondrerai pas, car le fondement sur lequel je m’appuie - Dieu lui-même - continue à porter le projet de ma vie.

    Les mots « confiance » et « foi » sont de la même famille. On a foi en soi, on est solide, on repose en soi, on peut avoir une relation sûre. On est fidèle aussi à qui l’on fait confiance, on reste auprès de lui.  La confiance va de pair avec la solidité, la durabilité, la fidélité. J’ai un ancrage solide moi-même, je réponds de moi et je suis donc capable aussi d’être aux côtés de quelqu’un, de lui accorder ma confiance et de lui transmettre mon assurance. Car en ayant confiance en moi, j’apprends aussi à l’ami la solidité, et la persévérance.

    Photo J.C


    2 commentaires
  • Extraits du livre : Comment gérer ses émotions

    D’Anselm Grün

    L’émerveillement, début de la sagesse

     

    S’émerveiller de quelque chose, devant un coucher de soleil sublime par exemple, c’est se laisser pénétrer par les images que l’on voit, vouloir les retenir en soi. Je suis saisi d’admiration devant le miracle auquel il m’est donné d’assister. Le miracle qui me stupéfie, génère mon émerveillement, en grec thaumazein.

     

    L’émerveillement est une émotion très forte qui m’ouvre intérieurement et se manifeste physiquement en me laissant bouche bée. Je reste sans voix, je suis tout simplement interdit. Mais elle peut aussi me paralyser: tous mes sens se fixent sur ce que je vis et je reste figé sur place. Mais cette immobilité apparente n’a rien à voir avec l’inertie. Au contraire, c’est l’expression d’une tension et d’une vitalité extrêmes.

    Les enfants ont encore ce pouvoir d’émerveillement: devant le scintillement d’un sapin de Noël, ils restent ébaubis, la bouche ouverte, les yeux écarquillés. Il semble que rien ne pourrait les détourner. Nous, les adultes, envions presque chez eux cette faculté d’émerveillement, que, souvent, nous avons perdue. Nous avons été échaudés et ne nous laissons plus surprendre aussi facilement. Pourtant, la vie est bien pauvre pour celui qui ne sait plus s’émerveiller, qui ne ressent plus ces moments paroxystiques intérieurs qui nous remuent au tréfonds de l’âme et nous lient totalement à l’instant présent, ces moments où nos yeux et nos oreilles sont grands ouverts, qui nous poussent à porter un regard plus profond encore et sonder tout ce qui existe.

     


    votre commentaire
  • Extraits du livre : Comment gérer ses émotions

    D’Anselm Grün

    Le sentiment de culpabilité

    Force du pardon

    Je  suis coupable si je reste redevable à moi-même, à autrui, à Dieu et à la création, si je garde une dette envers eux. Je me dois de m’accepter comme je suis, de bien me traiter, de ne pas me nuire, de ne pas creuser ma propre tombe en vivant de façon malsaine. Je me dois de développer les possibilités que j’ai reçues en don de Dieu, de vivre en harmonie avec mon être véritable, la personne unique que je suis, sans vouloir copier les autres. Je dois à mon prochain de le respecter et de l’accepter tel qu’il est, de le laisser vivre, de lui accorder l’espace qui lui est indispensable pour être lui-même.

     

    La véritable faute consiste à refuser son humanité, l’histoire de sa vie, ce que l’on est et ce que l’on aimerait être, entre ce qu’on a reçu de Dieu et ce que l’on poursuit comme une idée fixe et qui est voué à l’échec.

     

    Mais un autre danger consiste à refouler le sentiment de culpabilité que l’on éprouve et à le projeter sur autrui. C’est un mécanisme très courant de nos jours: je cherche un bouc émissaire que je charge de ma faute avant de l’abattre. Mais comme cela ne me décharge pas pour autant, j’en cherche un autre. Pour sortir de ce cercle vicieux, il me faut simplement reconnaître la faute ou l’erreur commise et m’en remettre à Dieu, confiant qu’il saura me pardonner. Il est toutefois très important aussi que je me pardonne à moi-même, ce que je ne peux faire que si je me sépare de l’image idéale que je porte en moi. Que je le veuille ou non, je ne pourrai pas éviter d’être un jour ou l’autre coupable de quelque chose. L’essentiel est d’être confiant dans la miséricorde de Dieu et d’utiliser ma culpabilité pour être à mon tour miséricordieux envers moi-même et les autres, au lieu de la rejeter pour la projeter sur eux.

     

    Il n’y a rien de mieux que le pardon pour vivre en paix. Seulement cette aptitude à pardonner est souvent enfouie au tréfonds de notre âme et résiste au geste du pardon : nous avons plutôt la conviction que tout doit se payer, y compris la faute. Pensons alors à des exemples qui vont nous permettre de vaincre cette résistance profondément ancrée dans notre inconscient; souvenons-nous que, sur la croix, Jésus pardonne à ses propres assassins. Nous devons nous convaincre qu’il n’y a rien en nous que Dieu ne puisse pardonner et que nous ne puissions nous pardonner. Pensons aux images de pardon que Jésus nous met devant les yeux dans ses paraboles, et nous serons capables de croire dans le pardon, de nous pardonner et de pardonner aux autres.

     


    2 commentaires
  • Extraits du livre : Comment gérer ses émotions

    D’Anselm Grün

    La jalousie une épine venimeuse

     

    La jalousie naît de ce que je me compare en permanence aux autres, de ce que je ne suis pas en moi-même, mais louche toujours sur ce que le voisin possède et que je n’ai pas. Je ne suis jamais au repos si je ne cesse de me comparer. Je vais toujours trouver chez les autres quelque chose que je ne possède pas, car il y aura toujours autour de moi des gens qui chantent ou parlent mieux que moi, qui sont plus beaux, qui ont davantage d’argent. Je me sens lésé et j’ai l’impression d’être un laissé-pour-compte.

     

    La jalousie est inhérente à l’être humain. Très réalistes, les premiers moines le savaient bien. Selon eux, lutter contre elle ne peut que développer en moi une force opposée qui va continuer à m’envahir. Si au contraire je l’aborde amicalement, je ne me condamnerai plus en la sentant monter en moi. En l’acceptant, je vais reconnaître mes besoins et mes désirs, et prendre du même coup conscience qu’ils sont très souvent irréalistes ou puérils. En les considérant avec attention - je veux être toujours et partout le plus important, le meilleur, le plus beau -, je vais pouvoir prendre du recul, me réconcilier avec ce que je suis. Je vais m’accepter moi-même et être reconnaissant à Dieu pour ce qu’il m’a offert. Je ne vais plus « lorgner » sur ce que possèdent les autres et les envier, je vais me regarder moi-même et développer des énergies qui vont me permettre de m’attaquer à de nouveaux objectifs de manière positive, au lieu de les diriger de manière destructrice contre les autres. Et je vais pouvoir jouir de ma vie, celle que Dieu m’a donnée, au lieu de jalouser et envier autrui.

     


    2 commentaires
  • Extraits du livre : Comment gérer ses émotions

    D’Anselm Grün

     

    La pitié, empathie avec autrui

     

    La pitié traduit la sympathie et exprime la disponibilité à partager ce que ressent l’autre et ce dont il souffre.

     

    Nous devons ouvrir notre cœur pour l’autre, compatir avec lui, souffrir avec lui, mais garder en nous un espace où sa douleur n’a pas droit de cité, dans lequel nous pouvons nous retirer et d’où nous pouvons la partager. Nous sommes solidaires, mais devons protéger notre espace intérieur.

     

    Éprouver de la pitié signifie en premier lieu « ressentir avec ». Mais cela ne veut pas dire pour autant qu’il faut en rester au « ressenti ». La  pitié authentique me pousse à agir. Je m’ouvre pour la souffrance de l’autre et réfléchis  à ce que je peux faire pour l’alléger ou l’adoucir. Je dois d’abord comprendre, me mettre à la place de l’autre et percevoir ce qu’il ressent. Il ne s’agit pas de lui prodiguer des conseils, mais de parler avec lui pour qu’il puisse mettre des mots sur sa souffrance, ce qui déjà va l’aider. De lui demander ensuite ce qui pourrait lui venir en aide. Car il ne doit pas oublier qu’il a en lui des sources auxquelles il peut puiser. Je peux le lui rappeler, le mettre en contact avec elles,  et l’invite à traverser sa douleur pour gagner le fond de son âme, cet espace intérieur du silence, ce lieu de refuge où la souffrance n’a pas accès, où il est protégé et en sécurité. Mais je peux adéquatement prendre quelqu’un en pitié que si je suis moi-même en contact avec l’espace du silence au tréfonds de mon âme.

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique