• Extraits de livres lus

    29 pages d'extraits de livre, prenez le temps de les consultés !!!

  • Extrait du livre « Abécédaire de la Sagesse

     De Christophe André, Alexandre Jollien et Matthieu Ricard

     

     

    La culpabilité et les regrets ont une fonction psychologique : ne pas banaliser nos erreurs, nous pousser  à y réfléchir et à les fixer à notre mémoire pour que nous soyons motivés à ne pas les reproduire. Le sentiment de culpabilité est donc utile. Ce sont ses excès et ses dérapages qui sont un problème. C’est même, d’une certaine façon un bon signe : les personnes qui ressentent de la culpabilité sont souvent des personnes empathiques, attentives à autrui, et soucieuses d’agir de manière juste. (Christophe)

     

    Abécédaire de la Sagesse (10)

     


    votre commentaire
  • Extrait du livre « Abécédaire de la Sagesse

     De Christophe André, Alexandre Jollien et Matthieu Ricard

     

     

    La générosité est tout sauf mièvre, qu’au contraire elle procède d’un sublime courage, qu’elle est de la dynamite bien capable de faire péter les égoïsmes, la brutalité, la soif de vengeance, en douceur. (Alexandre)

     

    L’apprentissage de la sagesse n’est pas toujours confortable ni solitaire. L’image du sage, seul dans son coin, qui médite sur ce qu’il convient de faire de sa vie, est souvent un cliché. Ce qui nous rend sages, c’est aussi l’accueil de ce qui nous dérange, et de ce qui, en nous, dérange les autres. L’accueil curieux et calme des critiques est un exercice de sagesse appliquée. Si elles sont fondées, elles nous apprennent ce qu’il faut changer chez nous. Si elles ne le sont pas, elles nous apprennent comment les autres nous voient, ou ce qu’ils portent en eux. (Christophe)

     

    Photo Renal


    votre commentaire
  • Extrait du livre « Abécédaire de la Sagesse

     De Christophe André, Alexandre Jollien et Matthieu Ricard

     

    La compassion est la forme que prend l’altruisme quand il est confronté à la souffrance d’autrui. Quand la haine a déjà enflammé l’esprit de quelqu’un, la compassion consiste à adopter face à lui, l’attitude du médecin envers un fou furieux. Il faut d’abord l’empêcher de nuire. Il faut envisager tous les moyens possibles pour résoudre le problème sans tomber soi-même dans la violence et la haine. Si la haine répond à la haine, le problème n’aura jamais de fin.

     

    Quand on prend sur soi la souffrance des autres, puis quand on la transforme et qu’on la dissout mentalement par le pouvoir de la compassion, non seulement ça n’accroît pas nos tourments, mais ça les rend plus légers. (Matthieu)

     

    Abécédaire de la Sagesse (8)


    votre commentaire
  • Extrait du livre « Abécédaire de la Sagesse

     De Christophe André, Alexandre Jollien et Matthieu Ricard

     

    La bienveillance

     

    La bienveillance est comme ces petits brins d’herbes qui parviennent à pousser entre les dalles de béton : même si on à l’impression qu’il n’y a pas de place, se sont eux qui finissent par gagner et adoucir l’ambiance. Il est précieux de dissocier la bienveillance de ses jugements de valeur. Tous les humains la méritent. Elle n’est pas une récompense, mais une reconnaissance de leur humanité. Soyons aussi bienveillants que possible, même avec ceux que qui sont différents de nous, même avec ceux que nous jugeons malfaisants. La bienveillance ne peut qu’éveiller ou réveiller leur humanité (et leur culpabilité).

    De notre mieux, saupoudrons nos journées et nos rencontres de regards, gestes, paroles de bienveillance. Soyons des « bienveilleurs », le plus souvent possible. Quand les arbres produisent de l’oxygène, quand les humains produisent de la bienveillance, la Terre et l’humanité se porte mieux. (Christophe)

     

    Être bon est la seule façon d’être vrai. La bonté est en harmonie avec notre état intérieur profond, libre de confusion et de toxines mentales, comme la malveillance, l’arrogance et la jalousie. Par contraste, la malveillance tend à nous éloigner de cette adéquation avec nous-mêmes et à déformer les perceptions qu’on a des autres. (Matthieu)

     


    votre commentaire
  • Extrait du livre « Abécédaire de la Sagesse

     De Christophe André, Alexandre Jollien et Matthieu Ricard

     

    En psychologie, la peur désigne l’ensemble des réactions du corps et de l’esprit face à la présence d’un danger, réel et concret. L’anxiété, pour sa part, regroupe les réactions face à la possibilité d’un danger, c’est-à-dire un danger qui approche ou qu’on imagine. Comme on le dit souvent, l’angoisse est une peur sans objet. Sans objet immédiat, mais pas sans réalité, tant elle asservit notre corps et notre esprit. Le paradoxe, c’est que les personnes anxieuses ne s’en sortent pas si mal face aux vraies difficultés, lorsqu’elles surviennent ; mais elles s’épuisent à les imaginer, les prévoir, les attendre, les planifier. Parce ce que le cerveau anxieux traite la virtualité comme la réalité, avec autant de sérieux et d’énergie. (Christophe)

     

     

    Il y a une autre dimension capitale dans l’autocompassion, c’est d’avoir conscience que la souffrance fait partie de l’expérience humaine, que lorsqu’on souffre, on est aux cotés de tout un tas d’autres gens qui souffrent. Et l’idée n’est pas de dire : « il y a pires souffrances que les tiennes », ni « il n’y a pas que toi qui souffre » ; on ne cherche pas non plus à empêcher la souffrance d’exister. L’objectif est de comprendre que finalement, cette souffrance est une expérience humaine universelle et qu’en fait, lorsque je souffre, je ne suis ni seul, ni anormal, ni isolé, ni un échec ; juste dans une humanité partagé. (Christophe)

     

    Abécédaire de la Sagesse (6)

    Bretagne Avril 2021

     


    votre commentaire
  • Extrait du livre « Abécédaire de la Sagesse

     De Christophe André, Alexandre Jollien et Matthieu Ricard

     

    L’amour altruiste semble être un socle préférable : il n’est pas incompatible avec l’attachement, le désir, voire les passages et les retours de la passion ; mais il n’empêche pas de s’ouvrir au monde et aux autres, à tous les autres. Et de se décliner alors sous une infinité de visages : affection, amitié, sympathie, bienveillance, compassion, tendresse. (Christophe)

     

    Abécédaire de la Sagesse (5)

    Bretagne avril 2021


    votre commentaire
  • Extrait du livre « Abécédaire de la Sagesse

     De Christophe André, Alexandre Jollien et Matthieu Ricard

     

    L’altruisme, ou l’amour altruiste, est essentiellement l’intention de faire le bien des autres. La compassion est la forme que prend l’altruisme quand il est confronté à la souffrance d’autrui. L’altruisme et la compassion sont limités s’ils se cantonnent à leur seule composante émotionnelle. Ils ont pourtant une dimension cognitive essentielle, dont on parle moins souvent. C’est cette dimension qui permet, d’une part, de percevoir les besoins des autres- le désir qu’ils ont par exemple d’être affranchis de  conditions défavorables ou pénibles -, y compris ceux que nous considérons comme des étrangers ou des ennemis et, d’autre part , d’étendre notre compréhension de leur souffrance. L’altruisme est désintéressé quand on aide les autres dans le seul  et unique but de faire leur bien. L’altruisme véritable d’actes bienfaisants qui se produisent constamment dans notre vie quotidienne. On pourrait l’appeler la « banalité du bien ». (Matthieu)

     

    Ne vous blâmez pas de ne pas faire ce qui est au-delà de vos forces, mais reprochez-vous de détourner le regard quand vous pouvez agir.

     

    Servez-vous de votre faculté naturelle de bienveillance envers vos proches comme point de départ pour étendre votre bienveillance au de-là de votre famille et de ceux qui vous aimez. (Matthieu)

     

    Abécédaire de la Sagesse (4)


    votre commentaire
  •  

    Extrait du livre « Abécédaire de la Sagesse

     De Christophe André, Alexandre Jollien et Matthieu Ricard

     

     

    Agir en pleine conscience nous permet de comprendre que bien vivre, c’est de ne pas oublier de vivre au présent, ici et maintenant. (Christophe)

     

    Face aux ingrats, aux rustres et aux méchants, il me semble qu’on à tout à gagner à maintenir une attitude bienveillante. En restant calme, courtois et ouvert à l’autre, dans le meilleur des cas, je désamorce son animosité. Et s’il ne change pas d’attitudes, j’aurai au moins conservé ma dignité et ma paix intérieure. Si j’entre dans la confrontation, je tombe moi-même dans les défauts que je déplore chez l’autre. Le scénario habituel de la confrontation est l’escalade : on me dit un  mot plus haut que l’autre, je réponds du tac au tac, le ton monte, et c’est parti pour verser dans la violence. (Matthieu)

     

    Abécédaire de la Sagesse (3)

    Bretagne Mars 2021


    votre commentaire
  • Extrait du livre « Abécédaire de la Sagesse

    De Christophe André, Alexandre Jollien et Matthieu Ricard

     

     

    Être maître de soi, c’est ne plus être le jouet de ses émotions ni l’esclave de pensées toxiques, lesquelles mènent droit à la souffrance et au désenchantement. Bref, à tous sauf à l’épanouissement. La maîtrise de soi va de pair avec un équilibre intérieur, un esprit clair et apaisé. (Matthieu)

     

    Acquérir la capacité de faire face avec courage et sérénité aux circonstances douloureuses, c’est de se doter d’un atout précieux pour moins souffrir, cela ne signifie pas du tout se résigner. En cultivant la liberté intérieure, on évite simplement d’ajouter la détresse ou l’exaspération aux autres maux dont on souffre déjà. On s’évite de souffrir doublement. Autrement dit, l’acceptation d’une situation qui ne peut pas changer, ou qui mettra du temps à le faire, laisse la porte ouverte à la possibilité d’ajouter la dimension libératrice de l’amour. (Matthieu)

     

    Kernisi Bretagne mars 20021


    votre commentaire
  •  

    Extrait du livre « Abécédaire de la Sagesse

    De Christophe André, Alexandre Jollien et Matthieu Ricard

     

     

    «La superposition de toutes les couleurs de l’arc-en-ciel engendre une lumière blanche. De même, si l’on crée une cohérence entre la compassion, la maîtrise de l’esprit, la liberté intérieure, le discernement et la joie de vivre, les couleurs variées de ces qualités forment la lumière blanche de la sagesse. La sagesse n’est pas la simple addition de ces qualités, mais ce qui en émerge. »    (Matthieu )

     

    Je crois au pouvoir réconfortant de la sagesse. Je crois en sa capacité à nous aider à moins souffrir, et à moins faire souffrir. Globalement il me semble que si nous nous efforçons d’avoir le plus souvent possible des comportements sages, cela sera réparateur et consolateur, pour nous comme pour les autres. Au quotidien, la sagesse est pour moi comme une boussole, un GPS, qui aide à ne pas se perdre trop longtemps dans les errements liés à l’égoïsme, à la paresse, aux influences néfastes de notre environnement  matérialiste. (Alexandre )  A suivre ...

     

    Abécédaire de la Sagesse (1)

    Ardèche, février 2021


    votre commentaire
  • Extraits  du livre de François Garagnon

    « Jade et les harmonies de l’être. »

     

     

    Pour lui le meilleur moyen de transport, c’était le rêve et la meilleure piste d’envol c’était l’amour.

     

    Qu'est-ce que vous en diriez, vous ? Si l'on faisait courir la joie comme un courant d'étincelles, avec des déflagrations de fraternité et des éclats de solidarité qui partiraient dans tous les sens ? Si l'on révélait des gisements inexplorés: des pépites de générosité, d'entraide, de dévouement ? Des ressources inépuisables et encore inexplorées dans le filon des relations humaines, qui permettraient de rendre la plupart des humains milliardaires en sentiments! L'humanité mènerait grand train de joie! Vous ne pensez pas ?

     

     

    Il n’y a pas de réponse définitive aux grandes questions de l’existence, ni de plan prédéterminé pour décider de ta vie. Tes questions, il faut les vivre comme de bienheureux mystères.

     

    Je ne sais pas si vous avez remarqué : on attire ce qui nous ressemble.

     

     

    Je pense que la seule véritable infirmité, c’est un esprit résigné, par ce que lorsque notre tête est colonisée par « A quoi bon ? » au lieu d’être libérée par des « Pourquoi pas ! », on perd la capacité de voir la beauté du monde et les opportunités de la vie.

     

     

     


    votre commentaire
  • Extraits  du livre de François Garagnon

     

    « Jade et les harmonies de l’être. »

     

    L’humble petite pierre au bord du chemin peut devenir pierre précieuse, si ton regard s’arrête sur elle. Il suffit d’une seule personne qui te laisse entrevoir le précieux de ton existence, et tu es partie pour être quelqu’un, et même certainement quelqu’un de remarquable ! Si tu aides quelqu’un à croire à la beauté de ses rêves, simplement en ayant la foi en lui, pas seulement pour l’encourager mais pour parce que tu crois vraiment dans ses rêves, tu vas l’aider à décrocher la lune !

     

     

     

    Tu ne grandiras vraiment que lorsqu’en toi, l’énergie de la gratitude prédominera largement sur l’énergie de la critique. Au point de finir par prendre toute la place dans ta vie. !  Fin

     

    Florilège

     

    Tiens ! j’ai une idée de ce qu’il me plairait de faire plus tard. Je veux bien être insti-sculptrice. Apprendre aux enfants à dégager leur talent de la masse informe du destin, pour en faire un chef-d’œuvre. Et pour cela, leur enseigner non pas à construire, mais à élaguer. Non pas à réaliser sous l’effet de la volonté, mais à révéler sous l’effet de la grâce. Plutôt que les inciter à connaître leurs leçons sous le bout des doigts, instiller la Beauté jusqu’au bout de leurs ongles !

     

    Jade et les harmonies de l’être. (11)

    Bretagne octobre 2020

     


    votre commentaire
  • Extraits  du livre de François Garagnon

     

    « Jade et les harmonies de l’être. »

     

     

    Je suis bien certaine qu'il t'est arrivé d'attendre ou d'espérer très fort quelque chose. Tu as beaucoup travaillé pour le mériter, tu as espéré, patienté, donné le meilleur de toi même, prié peut-être pour que ça se réalise. Et puis, ça ne se réalise pas.

    - Et vous trouvez ça juste, vous?

    - Peut-être! Il faut attendre la suite ... Nous avons le nez sur l'instant, mais il y a aussi le temps qui dure (c'est souvent le plus doux), qui constitue le fil de notre existence. Et ce que tu prenais sur le moment pour un échec, une injustice, une déception, tu t'aperçois un peu plus tard que ce mauvais passage a ouvert d'autres voies,  d'autres possibles, peut-être bien meilleurs que ce que tu espérais à tout prix initialement. Ça pour moi, c'est l'une des plus belles ruses de Dieu: faire que ce qui est impossible ... soit possible autrement ! Il y a du prodigieux là-dessous!

     

     

     

    Plus vous continuez à exprimer de gratitude envers la Vie quand çà ne va pas, et plus les soucis deviennent éphémères. Vous voulez des preuves ? Ben  justement, il n’y en a pas ! Il ne peut pas y en avoir, parce que ce n’est pas du ressort de la logique, mais de la foi.

     

     

     

    Notre espace le plus sensible, le plus fragile, le plus vulnérable, c’est là que Dieu se sent bien. Parce que c’est le lieu de l’amour vrai. C’est le lieu où l’on meurt de soif. Où l’on est en imploration d’amour.

     

    Jade et les harmonies de l’être. (10)

    Photo Renal

     


    votre commentaire
  • Extraits  du livre de François Garagnon

    « Jade et les harmonies de l’être. »

     

     

    Plus on est naturel et pleinement soi et plus on attire des réponses surnaturelles.

     

    Le mot FAIRE n’a pas de sens s’il fait de l’ombre au mot ÊTRE.

     

    Dis-toi bien que ce n’est pas la réalité qui est trop petite, c’est notre foi qui n’est pas assez grande. Même une détresse peut être  transformée en bénédiction.

     

    Ouvre ton cœur grand, et certaines portes que tu croyais définitivement fermées s’ouvriront !

     

    Les étoiles on ne les perçoit que dans les ténèbres. Et plus la nuit est noire, plus les étoiles brillent. Je me dis que ça parle un peu d’espérance, tout ça ….

     

    Jade et les harmonies de l’être. (9)

     


    3 commentaires
  • Extraits  du livre de François Garagnon

    « Jade et les harmonies de l’être. »

     

    Ce qui fait grandir le jour, ce qui le rend beau et si désirable, ce qui le rend inoubliable, ce n'est pas à travers des machines et des machins, des patati des patata, des prix barrés ou des chiffres d'affaires qui grossissent, ce n'est pas à travers le nombre d'allées et venues, les choses à faire, les tâches à remplir, le temps qui court, l'agitation perpétuelle ... Non. Ce qui fait grandir le jour, ce qui le rend d'une beauté incomparable, c'est la perle de rosée dans tes yeux quand tu t'éveilles! Et les mille petits éclats de soleil, toujours dans tes yeux, quand tu t'émerveilles! C'est le temps que tu prends pour goûter la grâce de l'instant présent. L'attention que tu trouves pour reprendre la phrase de ta vie là où tu l'as laissée la veille. De continuer sur les points de suspension. D'inventer des points d'exclamation. Des "C'était super! Waouh ! Génial! Formidable! Je me réjouis pour toi! » Une belle journée, c'est quand tu ressens comme une bise fraîche ... oui, c'est ça : une bise fraîche ... un baiser de la vie qui déclenche la conscience savourante de vivre. Le simple bonheur d'exister. De faire avec le jour qui vient un bout de chemin bras-dessus bras- dessous, cahin-caha, de continuer à tricoter ta vie avec le fil de l'espérance. Tout ça pour en arriver ce soir en te couchant à t'exclamer pour de bon, dans un soupir long, beau, serein

    et profond: « C'était une belle journée .C'était une bien belle journée! »

     

    Jade et les harmonies de l’être. (8)

    Septembre 2020 Poissy


    2 commentaires
  • Extraits  du livre de François Garagnon

    « Jade et les harmonies de l’être. »

     

    La joie est une forme de résistance ou déprimisme ambiant. Ce sont des forces de vie comme celles-là que chacun doit entretenir. C’est cette vitalité joyeuse qui sauvera le monde, et non pas le chœur des pleureuses qui croient que les larmoiements constituent la forme la plus achevé de la compassion.

     

    « Tout ce qui nous émerveille réveille notre joie de vivre, stimule notre créativité, revitalise notre optimisme, nourrit nos rêves, nous donne des raisons d'espérer, nous rapproche des autres, nous émeut, nous galvanise, sublime les élans d’amour de fraternité, de générosité, de partage, nous dilate le cœur, nous ouvre des perspectives, élargit le champ des possibles, fortifie notre confiance, nous relie aux autres, nous rend confiants face à l'avenir et plus attentifs au moment présent, nous invite à percevoir l'éternité dans l'instant et le sublime dans le quotidien  le plus simple ... bref, tout ce qui nous rend  superlativement vivants!  « Tels sont les objectifs qui nous attirent, tel est l'esprit qui nous anime, telle est la vocation qui nous conduit.

     

    Jade et les harmonies de l’être. (7)

    Poissy, septembre 2020


    votre commentaire
  • Extraits  du livre de François Garagnon

    « Jade et les harmonies de l’être. »

     

    La Vie, elle, s'exprime avec des événements. Parfois, ce sont des événements très parlants. D'autres fois, ce sont des événements plus secrets, plus difficiles à déchiffrer. Il arrive aussi que nous ne soyons pas assez attentifs à la Vie, à ce qu'elle a à nous dire, à nous signifier, à nous intimer. Alors, nous passons à côté de l'événement, sans le remarquer ni reconnaître en lui une promesse de bonheur, un motif de perfectionnement, une invitation à changer. Trop souvent, nous sommes dans nos pensées, nos projets, nos intentions, notre volonté, notre orgueil. À force de leur laisser trop longtemps la parole, ils finissent par nous la confisquer. De sorte que nous ne remarquons pas la Vie qui se tient là, toute pure et simple, tout près - on sentirait presque son souffle, son amoureux soupir - et nous  vaquons à nos occupations, à toutes ces choses importantes qui nous accaparent. Et qui nous font interrompre à de trop nombreuses reprises cet acte essentiel qui fonde le sens de notre existence : cette conversation avec la Vie.

     

    Jade et les harmonies de l’être. (6)


    votre commentaire
  • Extraits  du livre de François Garagnon

    « Jade et les harmonies de l’être. »

     

    Tu vois, simplement en prenant de l’altitude, les nuages du pessimisme et de l’égarement se dissipent, tout se clarifie et s’élucide ! Le grand bleu te saute aux yeux comme la joie te saute à la gorge et fait exploser des éclats de vivre, des déflagrations de beauté en toi. Tu accèdes aux régions hautes où l’esprit se sent libre et où le regard porte loin. Ce n’est pourtant pas un autre monde, ce n’est pas un lieu réservé à quelques uns, c’est un possible offert, par un impossible effort !

     

    L’important n’est pas tellement que tu prétendes  croire en Dieu ou pas. L’important, c’est que tu ne te décourages pas de croire en toi. Ce qui est sans doute l’une des plus belles manières de croire en Lui …

     

    En chaque endroit où tes pas te mènent, tu peux rejoindre ta maison intérieure. Nul besoin de faire des kilomètres ou de chercher une disponibilité dans ton emploi du temps. Où que tu sois, tu es sur place, à pied d’œuvre. J’oserais même dire : à pied de chef-d’œuvre car nul artiste ne peut enfanter d’œuvre sublime s’il ne rentre pas chez lui, dans un intérieur qui lui ressemble et dont l’atmosphère lui est absolument unique, dédiée.

     

    Jade et les harmonies de l’être. (5)

    Photo Renal aout 2020


    votre commentaire
  • Extraits  du livre de François Garagnon

    « Jade et les harmonies de l’être. »

     

     

    La vie est une grande histoire d’amour. Et dans l’étreinte féconde, c’est le rêve qui ensemence la réalité et met au monde nos plus belles réalisations.

     

    Essaie cela dans ta vie, et tu verras que même les forces qui pourraient t’anéantir, si tu les abordes avec un esprit non pas hostile mais fraternel, tu peux les transformer en puissance de vie ! C’est la seule manière de faire jaillir les harmonies de l’être !

     

    Ce qui nous fait grandir, se sont les questions que l’on approfondit sans cesse, pas les réponses toutes faites ! Ce sont nos intranquillités qui nous poussent à aller au-delà de nous-mêmes, pas nos confortables certitudes.

     

    Si vous avez le sentiment d’être né dans un monde qui ne vous correspond pas, c’est que vous avez été créé pour en inventer un nouveau.

     


    2 commentaires
  •  

    « Jade et les harmonies de l’être.(3)

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique