• Christian Poslaniec

     

    Christian Poslaniec, né le 28 janvier 1944 à Paris, est un écrivain français spécialiste de la littérature d'enfance et de jeunesse. Il est également chercheur à l'Institut national de recherche pédagogique (INRP) (France) et habite la Sarthe depuis 1959.

    Il enseigne le français à divers niveaux et crée avec Christine Houyel, le PROMOLEJ (Promotion de la lecture et de l’écriture des jeunes), qui organise des stages, des colloques et des manifestations autour du livre. Ils ont mené des recherches, notamment sur la réception de la littérature de jeunesse et ont écrit des ouvrages de pédagogie pratique. Il est notamment l'auteur d'une thèse, en 1998, L'évolution de la littérature de jeunesse, de 1850 à nos jours, au travers de l'instance narrative (Presses universitaires du Septentrion, 1999), et d'un ouvrage sur la littérature : Vous avez dit “ littérature ” ? paru chez Hachette Éducation, 2002. Il a aussi publié de nombreux essais et études pédagogiques, mais aussi des romans, albums, poèmes, nouvelles, documentaires, polars et pièces de théâtre. Il a dirigé pendant dix ans la collection « Zanzibar », aux éditions Milan.

     

    En 2003, il est nommé président de la commission nationale de sélection des ouvrages de littérature de jeunesse du ministère de l'Éducation nationale et consacre le plus clair de son temps à organiser des colloques et des formations et à donner des conférences sur la littérature de jeunesse.

     

    Il publie en 2008 dans la collection Découvertes de Gallimard : Des livres d'enfants à la littérature de jeunesse, une histoire de cette littérature qui est devenue un genre majeur, ainsi qu'une anthologie de poèmes d'humour, intitulée En rires (Seghers) à l'occasion du Printemps des poètes 2009. (Sources wikipedia)

    Trouvé sur le blog : PIXABAY


    votre commentaire
  • Leçon de poésie

     

    Si j'étais un poème

    écrit par un enfant,

    je creuserais des trous dans les émotions fortes

    pour regarder à l'intérieur,

    pour en connaître la couleur.

     

    Puis je caresserais

    les pattes des matous,

    le bec des hirondelles,

    le poli des cailloux,

    le rugueux des moustaches,

    pour voir comment ça fait.

     

    J'écouterais longtemps tout ce qui fait du bruit,

    le froissement des feuilles,

    la craie sur le tableau,

    le cliquetis des clés qui ouvrent les mystères,

    les pas sur les pavés.

     

    Je fourrerais mon nez partout où ça sent drôle,

    partout où ça sent bon,

    et même où ça ne sent

    ni l'œillet ni la rose.

     

    Il me faudrait tout ça pour qu'un enfant m'écrive

    et me nomme poème.

    Des bouquets d'émotions,

    Des tas de sensations

    véritables,

    vécues.

    Après, il chercherait des mots pour vous le dire.

    Christian Poslaniec (Le chat de mon école marque toujours midi)


    1 commentaire
  • Leçon de vent

    quand il a le cœur gros.

    C'est le baiser frileux

    d'un nuage pressé.

    C'est une course folle

    entre deux lévriers.

    L'un s'appelle Cyclone

    et l'autre Millibar.

     

    Mais le vent c'est aussi

    les traces bleues des doigts

    des grands arbres qui rêvent

    en peignant leurs cheveux;

     

    la vitre transparente

    qui voudrait voyager;

    et dix mille petits chaussons

    qui courent le long des sentes,

    entre cerisiers et pommiers,

    silencieusement,

    sur la pointe des pieds.

     

    Les savants qui savent tout

    disent qu'un grand aspirateur

    caché derrière le ciel

    attend tout simplement

    qu'un enfant aimant le vent

    appuie sur le bon bourgeon

    à l'approche du Printemps.

     

    Ils l'appellent Anticyclone

    et nul ne sait encore

    s'il est de la famille

    des lévriers coureurs,

    ni pourquoi il fourmille

    du coté des Açores.

    Christian Poslaniec (Le chat de mon école marque toujours midi )


    votre commentaire
  • Leçon d’attention

     

    Quand on écoute les forêts,

    On entend les arbres pousser.

    Pousser des cris de bêtes lentes.

     

    Les arbres bougent, sous la terre.

    Leurs longues pattes d’araignées

    Se faufilent, et c’est difficile.

     

    Leurs feuilles boivent le soleil

    Et transforment l’or chaud en vert.

    Ça fera venir le printemps.

     

    Quand on écoute les forêts,

    On entend crisser leur écorce

    Que tisse lentement le temps.

     

    Christian Poslaniec (Le chat de mon école marque toujours midi )

     

    ARBRE REDUIT.jpg 2

    votre commentaire
  • Leçon de couture

     

    L’oiseau a déchiré le ciel avec son bec.

    Il est là, plus que bête

    A ne savoir quoi faire

    Car le temps va neiger

    Par cette porte ouverte

    Et se coucher par terre.

     

    Les oiseaux ont appris à broder le silence

    Mais ignorent comment repriser le ciel bleu.

    Il faudrait l’aiguille d’un cri

    Ou la laine d’un jour brumeux.

     

    Christian Poslaniec (Le chat de mon école marque toujours midi )

     

    2013-08-02 11.35.26Port Louis, Citadelle (18)

    votre commentaire
  •  

    eclairs-gif-007

     

    Leçon d’orage

     

    Penché sur sa machine à foudre

    Jupiter ourle d’éclairs bleus

    Les draperies de pluies,

    Plisse les nuages

    Et pique les feuillages

    De mille petits bruits.

     

    Christian Poslaniec (Le chat de mon école marque toujours midi

     

     

    votre commentaire
  • Leçon de coloriage

     

    Tout au long de l’hiver

    Les oiseaux les plus froids

    Tassés au long des toits, près

    Des cheminées tièdes,

    Laissent, au moindre soleil,

    Les ombres des antennes

    Peigner leur gris plumage.

     

    C’est pour ça qu’au printemps

    Dès les premiers feuillages,

    Sur l’écran des beaux jours

    Ruisselants de lumière,

    Tous les oiseaux gris de l’hiver

    Captent les ondes des couleurs.

     

    Christian Poslaniec (Le chat de mon école marque toujours midi

    oiseau073

    votre commentaire
  • Leçon de tendresse

     

    A peine un rayon de soleil :

    Tu illumines mes hivers.

     

    Mon chat se vautre dans le chaud,

    S’étire, me regarde en riant,

    Et je sais qu’il sait que je t’aime.

    Aux chats, on ne peut rien cacher,

    Ils en savent plus que nous-mêmes.

     

    Le soleil a ciré la boue ;

    A peine un sillon de lumière,

    Et les mésanges charbonnières

    Qui font les folles à l’envers

    Les pattes accrochées au ciel

    Miment le jaillissement lent

    De la tendresse aux ongles doux.

     

    Christian Poslaniec (Le chat de mon école marque toujours midi

    5

    votre commentaire
  • Leçon de dessin

     

    L’hiver a rattrapé l’horloge :

    Il va neiger sur le clocher ;

    Je le sais ;

    Les oiseaux sont gris

    Et les chats frôlent les mystères,

    Sans oser y mettre la patte.

     

    Il fait noir, j’ai des insomnies ;

    Pourrait-on parler de nuit blanche ?

    J’entends derrière ma porte

    Les grands arbres qui grognent

    En faisant craquer leurs genoux.

     

    Mes ongles poussent bleus :

    Je dois manquer de ciel !

    Heureusement, j’en garde un peu,

    Caché au fond d’une enveloppe,

    Juste derrière l’horloge,

    Donc à l’abri du temps.

     

    Christian Poslaniec (Le chat de mon école marque toujours midi )

    DSC_1957

    votre commentaire
  •  

     

    lune_019

     

    Leçon de guet

     

    Les yeux des boutons d’or

    Ne s’ouvrent que la nuit

    Quand leur jaune se fond

    Dans la sombre omelette.

    Ils mouchent leur pistil

    Dans les voiles de lune,

    Et leurs regards lucides

    Font mousser les jupons

    Des hermines nocturnes.

     

    Lorsque le jour revient,

    Sachez qu’ils vous regardent

    Avec les yeux fermés.

     

    Christian Poslaniec (Le chat de mon école marque toujours midi)

    gif-anime-fleur-36-gratuit
     
     

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique