• Les enfants en poèsie

    5 pages de poèmes

  • Si


     

    Si la sardine avait des ailes,

    Si Gaston s'appelait Gisèle,

    Si l'on pleurait lorsque l'on rit,

    Si le pape habitait Paris,

    Si l'on mourait avant de naître,

    Si la porte était la fenêtre,

    Si l'agneau dévorait le loup,

    Si les Normands parlaient zoulou,

    Si la mer Noire était la Manche,

    Et la mer Rouge la mer Blanche

    Si le monde était à l'envers,

    Je marcherais les pieds en l'air,

    Le jour je garderais la chambre,

    J'irais à la plage en décembre,

    Deux et un ne feraient plus trois…

    Quel ennui ce monde à l'endroit !

     

     

    JEAN LUC MOREAU

    (extrait de « Les poèmes ont des oreilles)

     

    IMG_0074

    2 commentaires
  • Berceuse


     

    Mon enfant dort avec les fleurs

    Elle a sa ville à décorer

    Elle a son rêve à protéger

    Prenez sa main

    Elle a ses fleurs à partager

     


     

    Mon enfant dort prenez sa main

    Elle a pendu à un soleil

    Un ruban rose et un nuage

     

    Une enfant dort avec les fleurs

    Sur l'oreiller de la misère

    Elle a son rêve à découper

     

    À petit jeu

    Prenez sa main.

     

    Elle a construit au coin du feu

    Une maison pour abriter toute la terre

    Mon enfant dort avec les fleurs

    Je coupe et lie à une fleur

     

    Une autre fleur pour mon enfant

    Elle a un parc à dessiner

    Et sur l'étang

    Une fleur prend soleil

    De la mort à la vie

     

    Rouben Mélik

    (extrait de « Les poèmes ont des oreilles)

    photos375

    2 commentaires
  • La tomate


     

    Trop timide, la tomate

    devient écarlate

    quand on lui dit qu'elle est belle.

    un rien l'épate,

    elle se dresse sur ses pattes

    pour imiter les hirondelles.

    Elle rêve d'avoir des ailes,

    s'arrondit, se gratte,

    se gonfle d'eau, se dilate,

    mais à chaque fois ça rate :

    aucune plume ne pousse

    à son épaule tendre et douce.

    La tomate échec et mat,

    se résigne, s'acclimate,

    mais sous son air ombrageux,

    puisque le ciel est paradis perdu,

    elle mijote dans son jus

    d'aromates,

    un songe rouge et nuageux.

    Charles Dobzynski

    (Extrait de Qu’est-ce qui mijote dans ma marmite à mots)

     

    Les enfants en poèsie : La tomate


    votre commentaire
  • Le menu de l’écolier

     

    LUNDI : Salade de multiplications au gigot de fractions froid.

    MARDI : Choucroute de grammaire aux saucisses d'orthographe.

    MERCREDI: Crème caramel de saut à la corde et glace à la pistache de course de haies.

    JEUDI: steak frites de rédaction.

    VENDREDI : Colin de poésie à la mayonnaise de récitation.

    SAMEDI : Sandwiches de cartes géographiques entre deux tranches de pain d'histoire de France.

    ET DIMANCHE? Dimanche, pot au feu de révision.

     

    Jacques Roubaud

    (Extrait de Qu’est-ce qui mijote dans ma marmite à mots)

     

    2

    2 commentaires
  • C’est onctueux

     

    C’est un jour d’école

    Et il neige derrière la fenêtre.

    Je suis assis dans mon lit tiède

    Deux grands oreillers propres

    Dans le dos

    Avec des livres

    Qui sentent le neuf.

    Je ne suis presque plus malade

    Maman me demande

    Tout ce que je veux manger

    Et  ce que je préfère

    Même les bonbons.

     

    Jean-Hughes Malineau extrait de « Les goûts de mon enfance »

     

    0009

    votre commentaire
  • C’est fruité

     

    Quand Patricia ma cousine vient

    Je lui montre tous mes jouets nouveaux,

    On dit ensemble des bêtises sur les grands

    Et j’adore la faire éclater de rire

    Ou qu’elle soit joyeuse

    Comme une orange.

    Je me souviens de vacances

    Sur la plage

    Avec ses parents et elle,

    On n’allait pas dîner ni se coucher

    Avant le soleil dans la mer

    Et on se disait encore des secrets

    Tout bas

    Très tard

    Dans la nuit.

     

    Jean-Hughes Malineau extrait de « Les goûts de mon enfance »

    IMG_0396

    votre commentaire
  • C’est délicieux

     

    C’est plusieurs choses à la fois :

    Une lettre à mon nom dans

    La boite aux lettres.

    Elle vient de papa qui voyage

    Elle commence par « mon chéri »

    Comme il dit à maman

    Et elle continue

    En racontant des bestioles bizarres

    Qu’il a  vu très loin.

    Il m’en rapporte une en peluche

    Bientôt, presque demain.

    Maman me relie trois fois les mots

    De papa en m’embrassant.

    Je suis assis sur ses genoux

    Et papa signe très fort

    « Papa »

    Que je sais déjà lire.

     

    Jean-Hughes Malineau extrait de « Les goûts de mon enfance »

     

    chat 2210

    2 commentaires
  • C’est fondant

     

    J’ai des draps tout neufs

    Et ma chambre est bien rangée.

    J’ai dormi au début avec

    La main de maman dans la mienne.

    Elle est restée longtemps

    Elle a lu mon livre de prix

    Elle a raconté l’histoire des moutons

    Et l’histoire des castors.

    Papa est en voyage

    On ira le chercher demain

    Après une grande promenade.

    S’il pleut

    On fera un  dessin pour lui.

     

    Jean-Hughes Malineau extrait de « Les goûts de mon enfance »

    fleur404

    2 commentaires
  • Premier amour

     

    Le premier amour est comme un pivert

    Qui un jour s’arrête sous ta chemise

    Juste sous le sein, il a découvert

    Ton cœur et le vise

    A coups répétés de son bec pointu

    Tu as un peu mal et tu ne dors plus :

    Sans arrêt ce bruit dehors et dedans,

    Si c’est l’amour, c’est bien embêtant !

    Mais quand l’amour meurt, c’est beaucoup plus triste

    Et plus douloureux, comme un mal aux dents

    Que ne savent pas soigner les dentistes

     

    Jean François Mathé extrait de Poèmes poids plume

     

    12

    votre commentaire
  • Où va l’eau ?

     

    Où va l’eau

    Qui murmure, qui chuchote

    Qui rit ou qui se tait

    Où va l’eau ?

    J’aimerai m’aventurer

    Dans le ventre de la terre

    Dans les bras des collines

    Ou les yeux du ciel bleu.

     

    Sur les crêtes des vagues,

    Un  cil d’enfant qui pleure

    J’aimerai vivre

    Le bonheur du chemin.

     

    Jean-Hughes Malineau extrait de « De mémoire de petits garçons »

    Cascades de l'Alma (9)

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique