• Poèmes de Rime

    2 pages

  • La Rochelle, Aquarium (4)

    votre commentaire
  • scan026

    votre commentaire
  • VITE

    votre commentaire
  • ÃŽle d'Oléron,Boyardville  (64)

    votre commentaire
  • La Rochelle, Aquarium (8)

    votre commentaire
  • DSCN1115

    2 commentaires
  • DSC_0360

    votre commentaire
  • Le fleuriste,

    Voulez vous un bouquet ?
    Un bouquet de rêves secs,
    Quelques feuilles de mélancolie,
    Quelques tiges tremblantes de désir,
    L’ardente fleur d’une passion
    Noyée dans un nuage de souvenirs
    Ou bien…une violette sèche
    D’un premier amour au prénom oublié ?
    Voulez vous plutôt une gerbe ?
    L’élan doré de la jeunesse folle,
    Quelque épi d’une moisson achevée,
    Le soleil vif d’un rire qui éclate,
    Ou bien des églantines comme des regrets,
    Cueillies aux fossés de la vie ?
    Rien. Vous ne désirez rien.
    Vous gardez dans le vase de votre cœur,
    Cette pâquerette effeuillée, arrêtée sur « je t’aime

    (Rime)

     

    fleurs résuite sainte helene

    votre commentaire
  • Sur la plage

    Dans le sable de la plage, il y enfoui
    Des pas de solitude, des petits matins gris,
    Des vagues en voyage, des rêves enfuis
    Au vide des coquillages des mots d’amour incompris…

    Dans le sable de la plage, il y a enterré
    Des rires d’enfants, des souvenirs de vacances,
    Des hivers moroses et pleins d’étés dorés,
    Des horizons mouvants, des désirs de partance…

    Dans le sable de la plage, il y a effacé
    Des cœurs dessinés d’un doigt, amours de passage
    Des serments oubliés aux couleurs fanées…
    Des mots flottés…sur le sable de la plage…

    (Rime)

     

    S5000326.JPG

    votre commentaire
  • Ce qu’il me reste…

    Aujourd’hui, petit déjeuner à huit heures,
    Comme hier. La routine…. des bruits en douceur…
    Un cachet bleu, l’autre blanc pour guérir le temps
    Pour qui ? pourquoi faire ? Moi qui ne crois plus au printemps …
    Marguerite est morte hier…

    Aujourd’hui, déjeuner à midi. Le torrent de sa voix
    Ne roulent plus qu’aux cailloux de ma mémoire…
    Un cachet bleu, un cachet blanc. A tuer le temps.
    Et mes pensées que j’ai usé mille et mille fois…
    Marguerite est morte hier….

    Voilà, le jour a passé… reste mes heures sans sommeil,
    A me raconter les mêmes choses, d’identiques soleils.
    Un cachet bleu, un cachet blanc. A suicider le temps.
    Elle avait un regard comme le bleu de l’été…
    Marguerite est morte hier….

    Peut être demain quelqu’un me parlera ….
    De ce cachet bleu, ce cachet blanc pour assassiner le temps….
    Mon souffle de vie peut être qu’il partira…
    Je vis de silence depuis si longtemps…

    Marguerite est morte hier….
    Et moi, seule, j’attends….

     

    (Rime)

    les saintes (30)

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique