• Je nous souhaite d’aimer

     

    Je nous souhaite la folie de croire

    Que le monde peut être transformé,

    C'est-à-dire plus juste, plus fraternel.

    Mais c’est en nous

    Que la flamme doit être ranimée.
    Osons !

     

    Je nous souhaite la vigilance,

    Au milieu de la nuit

    Et la force de rêver.

    Et si la clarté des étoiles

    Nous paraît encore lointaine,

    Je demande la force du souffle

    Qui conduit le coureur épuisé

    A transmettre à d’autres le flambeau.

     

    Peu importe si, parfois,

    Le genou fléchit et le cœur se serre,

    Le feu est dans le ciel noir

    Où nous ranimerons notre vaillance.

    Le feu est en chacun de nous

    Comme un miroir

    Où  nous nous reconnaissons

    Hommes parmi les hommes.

     

    Jean Ristat


    votre commentaire
  • Ceci est mon testament.

     

    J’ai aujourd'hui quatre-vingts ans. La vie est courte.

    Pourtant, je suis étonné de pouvoir encore regarder le ciel et d'avoir échappé aux mille accidents qui menacent, ici-bas, la vie de chaque créature.

    (...)

    Je lègue aux jeunes peintres toutes les fleurs des champs.

    les bords des ruisseaux, les nuages blancs et noirs

    qui passent au-dessus des plaines, les rivières, les bois

    et les grands arbres, les coteaux, la route, les petits

    villages que l’hiver couvre de neige, toutes les prairies

    avec leur magnifique floraison et aussi les oiseaux

    et les papillons... c’es biens-là, ces inestimables biens

    que chaque saison voit renaître, fleurir, palpiter,

    ces biens-là que sont l'ombre et la lumière, la couleur

    du ciel et de l’eau, ne faut-il pas nous rappeler parfois

    qu'ils sont notre inestimable patrimoine, instigateurs

    de chefs-d'œuvre ?

    Trésor commun.., sur lequel le fisc perd ses droits

    et que peut léguer, sans déranger le notaire, un vieux

    peintre dont les yeux éblouis conservent encore l'image

    des champs, des prés, dont l'oreille garde le bruit

    des sources... tout cela en aurons-nous assez joui  ?

    L'aurez-vous assez admiré ? Aurez-vous pleinement goûté

    ce qu'ont d'émouvant l'aube qui pointe et la journée

    que l’on  ne reverra plus, pour en fixer sur la toile

    le sentiment profond et éternel ?

    Je n'ai jamais rien demandé. La vie m'a tout donné.

    J'ai fait ce que j'ai pu. J’ai peint ce que j'ai vu.

     

    (Maurice Vlaminck)


    votre commentaire
  • Génies

     

    éteints dans les larmes,

    cœurs méconnus,

    enfants désavoués,

    proscrits innocents,

    vous tous

    qui êtes entrés dans la vie

    par ses déserts,

    vous qui partout avez trouvé

    les visages froids,

    les cœurs fermés,

    les oreilles closes,

    ne vous plaignez jamais !

    Vous seuls pouvez connaître

    l'infini de la joie

    au moment où pour vous

    un cœur s'ouvre,

    une oreille vous écoute,

    un regard vous répond.

    Un Seul jour efface

    les mauvais jours...

     

    (Honoré de Balzac)

    (Argentine)

    votre commentaire
  • Récoltes

     

    En automne je récoltais

    toutes mes peines

    et les enterrais dans mon jardin.

    Lorsqu'avril refleurit

    et que la terre et le printemps

    célébrèrent leurs noces

    mon jardin fut jonché

    de fleurs splendides et exceptionnelles,

    Mes voisins vinrent les admirer

    et chacun me dit : « Quand reviendra l'automne,

    la saison des semailles,

    nous donneras-tu des graines de ces fleurs

    afin que nous puissions les planter

    dans nos jardins ? »

     

    (Khalil Gibran)

     

    Narbonne

    votre commentaire
  • Ami,

     

    il n'y a rien de ce que je pourrais vous offrir

    que vous ne possédiez déjà,

    mais il y a beaucoup de choses

    que je ne puis donner

    et que vous pouvez prendre.

    Il n'existe pas de paix dans l'avenir

    qui ne soit cachée dans ce court moment présent.

    Prenez donc la paix.

    L'obscurité du monde n'est qu'une ombre.

    Derrière elle, et cependant à notre portée,

    se trouve la joie.

    Il y a dans cette obscurité une splendeur

    et une joie ineffables

    si nous pouvions seulement les voir.

    Et pour voir, vous n'avez qu'à regarder.

    Je vous prie donc de regarder

     

    La vie est tellement emplie de sens et de propos,

    tellement pleine de beautés

    au-dessous de son enveloppe,

    que vous apercevrez que la terre

    ne fait que recouvrir votre ciel.

    Courage donc pour le réclamer. C'est tout.

    Mais vous avez du courage et vous savez

    que nous sommes ensemble des pèlerins

    qui, à travers des pays inconnus,

    se dirigent vers leur patrie.

    Ainsi, je vous salue, non pas exactement

    à la manière dont le monde envoie ses salutations,

    mais avec la prière : que pour vous maintenant

    et à jamais, le jour se lève et les ombres s'enfuient.

     

    (Fra Angelico da Fiesole)

     

    (Chutes d'Iguazu, Argentine)


    votre commentaire
  • Dans la nuit et dans l’espérance

     

    Aujourd'hui, dans la nuit du monde et dans l'espérance de la Bonne Nouvelle, j'affirme avec audace ma foi dans l’avenir de l'humanité. Je refuse de croire que les circonstances actuelles rendent les hommes incapables de faire une terre meilleure. Je refuse de croire que l'être humain ne soit qu'un fétu de paille ballotté par le courant de la vie, sans avoir-la possibilité d'influencer en quoi que ce soit le cours des événements. Je refuse de partager l'avis de ceux qui prétendent que l'homme est à ce point captif de la nuit sans étoile du racisme et de la guerre, que l'aurore radieuse de la paix et de la fraternité ne pourra jamais devenir une réalité. Je refuse de faire mienne la prédiction cynique que les peuples descendront l'un après l'autre dans le tourbillon du militarisme vers l’enfer de la destruction thermonucléaire.

    Je  crois que la vérité et l’amour sans conditions auront le dernier mot effectivement. La vie même vaincue provisoirement, demeure toujours plus forte que la mort. Je crois fermement que, Même au milieu des obus qui éclatent et des canons qui tonnent, il reste l'espoir d'un matin radieux. J’ose croire qu'un jour tous les habitants de la terre pourront recevoir trois repas par jour pour la vie de leur corps, L’éducation  et la culture pour la santé de leur esprit, l'égalité et la liberté pour la vie de leur cœur. Je crois également qu'un jour toute l'humanité reconnaîtra en Dieu la source de son amour. Je crois que la bonté salvatrice et pacifique deviendra un jour la loi. Le loup et l'agneau pourront se reposer ensemble, chaque homme pourra s'asseoir sous son figuier, dans sa vigne, et personne n'aura plus de raison d'avoir peur

    Martin Luther King

     

    (Argentine)

    votre commentaire
  • PAROLES D’ESPOIR

    Recueillies par Michel Piquemal

    Présentées par Marc de Smedt

     

    Une expérience

     

    C'est une expérience

    de plus en plus forte chez moi

    ces derniers temps :

    dans mes actions

    et mes sensations quotidiennes

    les plus infimes

    se glisse un soupçon d'éternité.

    Je ne suis pas seule à être fatiguée,

    malade, triste ou angoissée,

    je le suis à l'unisson

    de millions d'autres

    à travers les siècles,

    tout cela c'est la vie ;

    la vie est belle

    et pleine de sens dans son absurdité,

    pour peu que l'on sache y ménager

    une place pour tout

    et la porter toute entière en soi

    dans son unité ;

    alors la vie,

    d'une manière ou d'une autre,

    forme un ensemble parfait.

    Dès qu'on refuse

    ou veut éliminer certains éléments,

    dès que l'on suit son bon plaisir

    et son caprice pour admettre

    tel aspect de la vie

    et en rejeter tel autre,

    alors la vie devient en effet absurde ;

    dès lors que l'ensemble est perdu,

    tout devient arbitraire.

     

    (Etty Hillesum)


    votre commentaire
  • PAROLES D’ESPOIR

    Recueillies par Michel Piquemal

    Présentées par Marc de Smedt

    Si vous vous accrocher à la nature,

    A ce qu’il y a de simple en elle, de petit,

    A quoi presque personne ne prend garde,

    Qui, tout à coup, devient l’infiniment grand,

    L’incommensurable,

    Si vous étendez votre amour

    A tout ce qui est,

    Si très humblement vous cherchez à gagner en serviteur

    La confiance de ce qui semble misérable,

    Alors tout vous semblera plus harmonieux

    Et, pour ainsi dire, plus conciliant.

     

    (Rainer Maria Rilke)


    1152444396

    votre commentaire
  •  

    PAROLES D’ESPOIR

    Recueillies par Michel Piquemal

    Présentées par Marc de Smedt

     

    Si ton cœur, gémissant du poids de notre vie,

    Se traîne et se débat comme un aigle blessé,

    Portant comme le mien, sur son aile asservie,

    Tout un monde fatal, écrasant et glacé ;

    S’il ne bat qu’en saignant par sa plaie mortelle,

    S’il ne voit plus l’amour, son étoile fidèle,

    Éclairer pour lui seul l’horizon effacé ;

     

    Pars courageusement, laisse toutes les villes ;

    Ne ternis plus tes pieds aux poudres du chemin ;

    Du haut de nos pensés vois les cités serviles

    Comme les rocs fatals de l’esclavage humain.

    Les grands bois et les champs sont de vastes asiles,

    Libre comme la mer autour des sombres îles.

    Marche à travers les champs une fleur à la main.

    (Alfred de Vigny)

     


    votre commentaire
  • PAROLES D’ESPOIR

    Recueillies par Michel Piquemal

    Présentées par Marc de Smedt

     

    Si humble soit votre vie,

    Faites-y face et vivez-la ;

    Ne l’esquivez pas

    Et ne l’insultez pas.

    Elle n’est pas aussi mauvaise

    Que vous l’êtes.

    C’est lorsque vous êtes,

    Le plus riche qu’elle vous semble

    La plus pauvre.

    Celui qui cherche à critiquer

    Trouvera à critiquer

    Même au paradis.

    Aimez votre vie,

    Toute pauvre qu’elle soit.

    Peut être pourriez-vous vivre

    Des heures agréables,

    Passionnantes, radieuses …

    Même dans un asile d’indigents.

    Le soleil couchant se reflète

    Avec autant d’éclat aux fenêtres

    De l’hospice que sur celles

    De la demeure du riche ;

    Quand vient le printemps,

    La neige fond aussitôt

    Devant sa porte.

    Je ne vois pas pourquoi

    Un esprit serein ne pourrait

    Y goûter autant de satisfactions,

    Y avoir autant de pensées

    Réjouissantes

    Que dans un palais.

    (Henry David Thoreau)


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique