• À l’aube du printemps

    À l’aube du printemps,
    Comme un coucou malin,
    Dans le douillet du nid
    D’une grive insouciante,
    Entre les œufs bleutés,
    J’ai glissé mon poème
    Pour qu’il sache chanter.
    Et maintenant j’attends
    L’éclosion avec hâte
    Pour savoir si mes mots
    Sauront aussi voler.

    Paul BERGÈSE

    DSCF2506

    votre commentaire
  • Dans la plaie de la terre

     

    Dans la plaie de la terre,

    Juste aux  confins des eaux

    Là où cesse tout battement

    De la pierre,

    Semer des mots gonflés

    Aux musiques d’oiseaux,

    Enrobés de miel roux

    Parfumés à l’orange

    Pour voir monter un arbre

    Porteur de fruits nouveaux.

    Et dans le tendre d’un matin

    Pouvoir sourire

    À ce partage.

     

    (Paul Bergèse)

     

    (Argentine)


    votre commentaire
  • Matin doré

     

    Matin doré.

    Comme un bouquet d’enfants,

    Des vols de mots fous

    Traversent l’air

    Dans les reflets

    D’un soleil roux.

    Ils frappent au mica

    Des flocons de jasmin.

    Ils chantent aux carreaux

    Des fenêtres de pluie,

    Se posent un instant

    Sur la trame des vers

    Puis s’enfuient en riant

    Au clair d’un jour nouveau.

    (Paul Bergèse)

     


    votre commentaire
  • C’est un matin …

     

    C’est un matin de rires

    Éclaboussés d’oiseaux ;

    Des poches d’aubes claires

    Éclatent au jardin,

    Un essaim de soleils

    Irise le gazon

    Et le tendre du jour

    Prend des airs de lavande.

    C’est un matin pastel

    Inondé de musique

    Sous l’arc-en-ciel des mots.

     

    (Paul Bergèse)

     


    votre commentaire
  • Sous le prunier

     

    Sous le prunier chargé

    des fruits d'or du soleil

    le jeune enfant s'est accroupi

    pour s'emparer

    des taches de lumière.

    Et le grand-père,

    près de lui,

    à voix basse lui dit

    l'homme et la liberté

    l'arbre et le papillon

    le vent, la pluie

    et les chansons,

    toute la vie dans le verger.

    Puis ils cueillent un fruit,

    en dégustent la chair

    et plantent le noyau.

     

    (Paul Bergèse)

     


    votre commentaire
  • Une île

     

    Quand la douceur des nuits

    la berce de ramages,

    il existe là-bas

    une île de nuages

    où des rêves de fleurs

     s'échappent vers le ciel.

    J'y cours de temps en temps

    et du bord de la grève

    j'écoute murmurer

    les herbes les fougères

    qui dessinent au bleu

    des espoirs insensés.

    Il existe là-bas

    une île de nuages

    où le rêve s'endort

    pour rêver avec vous.

     

    (Paul Bergèse)

     

    (Martinique)


    votre commentaire
  • Un jour nouveau…

     

    Catapultes de joies

    Les arbres du jardin

    Lancent, aux étoiles surprises,

    De milliers de chants d’oiseaux.

    Aux assauts de la musique,

    Notes claires aiguisées,

    Le mur de la nuit

    Se fissure et s’ouvre,

    Porteur d’un soleil d’oriflamme

    Un jour nouveau enjambe l’horizon.

     

    (Paul Bergèse)

     


    votre commentaire
  • Sais-tu ….

     

    Sais-tu pourquoi

    Le soleil se presse

    D’apparaître quand

    Le printemps revient ?

    C’est qu’il craint,

    Ce gamin,

     Que le jaune des jonquilles

    Ajouté à celui

    Radieux du forsythia

    Sur son jaune à lui

    Ne prenne un jour le pas !

     

    (Paul Bergèse)

     


    votre commentaire
  • Sous le soleil.

     

    Sous le soleil

    qui se lève

    et s'étire à l'horizon,

    je cueille une feuille d'érable

    pour la confier

     au vent d'amitié qui passe.

    Si tu la trouves,

    à ton réveil,

    prends bien garde

    de ne pas la froisser

    et range-la avec douceur

    entre deux pages de ton cœur.

    Elle t'apporte le poème

    que j'ai écrit,

    rien que pour toi,

    toute la nuit.

     

    (Paul Bergèse)

     


    votre commentaire
  • L’enfant

     

    C'est dans les cris

    de l’océan

    que l'enfant rencontre

    les fronts soucieux.

    Dans la transparence

    des lilas

    l’enfant devine

    l'arc-en-ciel.

    Dans le lisse

    du silence

    il tresse

    l'humide des jours.

    Et dans le musc

    des fleurs d'étoiles

    l'enfant dessine

    l'amour à naître.

     

    (Paul Bergèse)

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique