• POUR FAIRE VENIR LE MESSIE DE DIEU

    POUR FAIRE VENIR LE MESSIE DE DIEU 

    Une poésie inspirée par Jacques Prévert

       

    Pour faire venir le Messie, trouver quelque part un recoin oublié.

    Une grotte où se réfugient les bêtes sauvages fera l'affaire.

     

    L'important, c'est que ce lieu soit vide et disponible,

    sans cloison et sans porte.

    Donc pas une maison, pas un hôtel, pas un temple, pas une église.

    On y fait bien trop de bruit.

     

    Si vous trouvez quelque chose

    dans une banlieue de ville où se retrouvent les plus pauvres,

    sur une frontière où s'entassent

    les pourchassés de la guerre et de la misère,

    dans une périphérie où l'on abandonne les déchets de la terre,

    ce serait bien.

    Bethléem ? Pourquoi pas, c'est une bonne idée !

     

    Quand vous avez enfin trouvé cet endroit rare

    déposez délicatement, pour le Messie, comme un nid de paille,

    joli et simple,

    une mangeoire, peut-être encore chaude du souffle des animaux.

     

    Et allez vous cacher.

    Veillez et attendez. Priez et espérez.

    Il peut venir très vite ou attendre des années avant de se décider.

     

    Attendez.

    Ne vous découragez pas.

    La vitesse ou la lenteur de l'arrivée du Messie n'a aucun rapport

    avec la réussite de l'affaire.

     

    Quand le Messie arrive, s'il arrive, ne dites rien, faites silence et priez.

     

    Puis doucement,

    vous inventez autour de lui un grand espace de lumière,

    de sourires d'anges, de musiques célestes.

    Convoquez l'univers jusqu'à la dernière poussière d'étoile.

     

    Rassemblez tous les animaux, ceux qui courent, ceux qui volent, ceux qui nagent. Appelez tous les hommes, les pauvres et les riches,

    les amis et les ennemis, les noirs et les blancs

    et regardez.

     

    Attendre encore et toujours espérer.

    Attendre que l'enfant ouvre les yeux.

    Attendre qu'il apprenne à parler.

    Attendre que l'univers entier soit là rassemblé.

     

    Si le silence règne, si les bavardages s'arrêtent, si les armes se taisent…

    Si les regards se croisent, si les yeux se mouillent,

    si les visages s'éclairent

    C'est bon signe.

     

    Signe que vous pouvez chanter, signe que le projet est achevé,

    signe que vous pouvez aimer, signe que le Messie est arrivé.

     

    Alors, vous prenez la main de tous ceux qui vous entourent

    Et à l'heure de minuit, dans un chœur aux multiples voix

    Vous laissez monter le chant qui se lève pour l'éternité.

     

    Gloire à Dieu !

    Paix aux hommes !

    Dieu sait ce que c'est que souffrir !

    L'homme sait ce que c'est qu'aimer !

     

    Mgr Jacques NOYER

    Évêque émérite d'Amiens

     

    POUR FAIRE VENIR LE MESSIE DE DIEU


  • Commentaires

    1
    Samedi 2 Décembre à 06:55

    Merveilleux texte qui nous apprend à nous préparer, à veiller, à prier et à se réjouir. Merci Renal.

    Bonne journée à toi

    2
    Samedi 2 Décembre à 09:09

    Merci Pestoune. Je te souhaite un bel Avent.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :