29 Juillet 2015, Ste Marthe
Rubriques
Newsletter
  • DSCN0020.JPG
Accueil » Poemes de Maurice Carême
  Articles de cette rubrique :
 

La fillette et le poème

 

"Le poème, qu'est-ce que c'est ?
M'a demandé une fillette :
Des pluies lissant leurs longues tresses,
Le ciel frappant à mes volets,
Un pommier tout seul dans un champ
Comme une cage de plein vent,
Le visage triste et lassé
D'une lune blanche et glacée,
Un vol d'oiseaux en liberté,
Une odeur, un cri, une clé ?"

Et je ne savais que répondre
Jeu de soleil ou ruse d'ombre ? -
Comment aurais-je su mieux qu'elle
Si la poésie a des ailes
Ou court à pied les champs du monde ?

 

Maurice Carême

55ded7_5NUa7wsvx0pnvyc2kTyVd9mflHENtC7dMtRM=w968-h641-no
Dimanche 26 Juillet 2015 à 08h37 dans Poemes de Maurice Carême1 commentaire(s)
da20d0ea-ec1e-40f1-8e6e-1828f048190a
 
Merci à Nature et Poésie, un blog super
Mercredi 17 Juin 2015 à 09h08 dans Poemes de Maurice CarêmePoster un commentaire

 

soleil_008

Avril

 

J'ai crié. " Avril ! "

À travers la pluie,

Le soleil a ri.

J'ai crié. " Avril ! "

Et des hirondelles

Ont bleui le ciel.

J'ai crié. " Avril ! "

Et le vert des prés

S'est tout étoilé.

J'ai crié. " Avril !

Veux -tu me donner

Un beau fiancé ? "

Mais, turlututu,

Il n 'a rien répondu.

 

Maurice CARÊME

 

photos372
Mercredi 01 Avril 2015 à 09h22 dans Poemes de Maurice CarêmePoster un commentaire

Le printemps reviendra

 

Le printemps reviendra

Hé oui, je sais bien qu’il fait froid,

Que le ciel est tout de travers;

Je sais que ni la primevère

Ni l’agneau ne sont encor là.

La terre tourne ; il reviendra,

Le printemps, sur son cheval vert.

Que ferait le bois sans pivert,

Le petit jardin sans lilas ?

Oui, tout passe, même l’hiver,

Je le sais par mon petit doigt

Que je garde toujours en l’air

 

Maurice CARÊME

fleur099
Vendredi 06 Mars 2015 à 07h46 dans Poemes de Maurice CarêmePoster un commentaire

Mars

 

Il tombe encore des grêlons,

Mais on sait bien que c'est pour rire.

Quand les nuages se déchirent,

Le ciel écume de rayons.

Le vent caresse les bourgeons

Si longuement qu'il les fait luire.

Il tombe encore des grêlons,

Mais on s'est bien que c'est

pour rire.

Les fauvettes et les pinsons

Ont tant de choses à se dire

Que dans les jardins en délire

On oublie les premiers bourdons.

Il tombe encore des grêlons.

 

Maurice CARÊME

IMG_1263
Lundi 02 Mars 2015 à 10h10 dans Poemes de Maurice Carême1 commentaire(s)

Notre école

 

Notre école se trouve au ciel.

Nous nous asseyons prés des anges.

Comme des oiseaux sur les branches.

Nos cahiers d'ailleurs ont des ailes.

A midi juste, on y mange,

Avec du vin de tourterelle,

Des gaufres glacées à l'orange

Les assiettes sont en dentelle.

Pas de leçon, pas de devoirs

Nous jouons quelque fois, le soir

Au loto avec les étoiles.

Jamais nous ne rêvons la nuit

Dans notre petit lit de toile

L'école est notre paradis

 

Maurice CARÊME

DSC_1960
Jeudi 26 Février 2015 à 10h39 dans Poemes de Maurice CarêmePoster un commentaire

Le petit chameau

 

Il était un petit chameau

Qui dormait dans un grand berceau.

Son père était roi d'un désert

Où s'élevait un grand château.

Mais on n'y voyait que des pierres

Luisantes comme des couteaux.

Le roi avait fait teindre en vert

Les rideaux jaunes du berceau.

Ainsi, le tout petit chameau

Qui dormait dans le grand soleil

Où il avait toujours trop chaud,

Pouvait-il croire, à son réveil,

 

Qu'il était un petit agneau

Couché, à l'ombre d'un grand chêne,

Dans un pays de fleurs et d'eau

 

Maurice CARÊME

 

IMG_1277
Mardi 24 Février 2015 à 18h31 dans Poemes de Maurice CarêmePoster un commentaire

Que le monde est petit

 

Pour traverser le ciel,

Je n’ai pas besoin d’ailes;

Pour aller sur la mer,

Pas besoin de steamer.

Quand je chausse mon rêve,

Que les routes sont brèves,

Que le monde est petit!

Ce n’est pas moi qui parle,

Mais bien une fourmi

Trainant un brin de paille

Aux abords de son nid.

 

Maurice CARÊME

DSC_0584
Samedi 21 Février 2015 à 08h49 dans Poemes de Maurice CarêmePoster un commentaire

Litanie des écoliers

 

Saint Anatole,

Que légers soient les jours d’école !

Saint Amalfait,

Ah ! Que nos devoirs soient bien faits !

Sainte Cordule,

N’oubliez ni point ni virgule.

Saint Nicodème,

Donnez nous la clef des problèmes

Sainte Tirelire,

Que Grammaire nous fasse rire !

Saint Siméon,

Allongez les récréations !

Saint Espongien,

Effacez tous les mauvais points.

Sainte Clémence,

Que viennent vite les vacances !

Sainte Marie,

Faites qu’elles soient infinies !

 

Maurice CARÊME

La-salle-de-classe-de-Titeuf_image_player_432_324.jpg
Vendredi 20 Février 2015 à 07h52 dans Poemes de Maurice Carême1 commentaire(s)
J_cris
Samedi 24 Janvier 2015 à 09h07 dans Poemes de Maurice CarêmePoster un commentaire
f2043f7b-a26b-48a3-929f-585991f1d63b
 
Un grand merci à Nature et Poèsie
Lundi 13 Octobre 2014 à 11h45 dans Poemes de Maurice CarêmePoster un commentaire
Maurice careme
 
Merci à Nature et Poésie
Vendredi 27 Juin 2014 à 07h25 dans Poemes de Maurice CarêmePoster un commentaire

Le bonheur est partout

 

Une table en bois blanc,

Une pomme et un couteau ;

À travers le carreau,

Un grand champ de froment.

 

Tu te tournes à droite,

Le bonheur est à droite ;

Tu te tournes à gauche,

Le bonheur est à gauche.

 

Inutile, je crois,

De demander pourquoi.

Pas plus que toi, l'horloge

Que le temps interroge

N'élève ici la voix.

 

Maurice Carême

 

DSCN1614
Mardi 20 Mai 2014 à 08h54 dans Poemes de Maurice CarêmePoster un commentaire

Le muguet

 

Sous une averse de lumière,

Les arbres chantent au verger,

Et les graines du potager

Sortent en riant de la terre.

 

Carillonnez ! Car voici Mai !

Cloches naïves du muguet !

 

Les yeux brillants, l'âme légère,

Les fillettes s'en vont au bois

Rejoindre les fées qui, déjà,

Dansent en rond sur la bruyère.

 

Carillonnez ! Car voici Mai !

Cloches naïves du muguet !

 

Maurice Carême

DSCN1585
Jeudi 01 Mai 2014 à 11h11 dans Poemes de Maurice CarêmePoster un commentaire

Le givre

Mon Dieu ! Comme ils sont beaux

Les tremblants animaux

Que le givre a fait naître

La nuit sur ma fenêtre

 

Ils broutent des fougères

Dans un bois plein d’étoiles,

Et l’on voit la lumière

A travers leurs corps pâles.

 

Il y a un chevreuil

Qui me connaît déjà ;

Il soulève pour moi

Son front d’entre les feuilles.

 

Et quand il me regarde,

Ses grands yeux si doux

Que je sens mon cœur battre

Et trembler mes genoux.

 

Laissez moi, ô décembre !

Ce chevreuil merveilleux.

Je resterai sans feu

Dans ma petite chambre.

 

Maurice Carême

IMG_8909
Samedi 26 Avril 2014 à 10h44 dans Poemes de Maurice Carême1 commentaire(s)
Horloge
Statistiques
  • 6 connecté(s)
    Total de 1 849 131 visiteur(s)
    Site créé le 13/06/2007
    Mise à jour le 29/07/2015
Citation du jour
  • " On ne diminue jamais le bonheur en le partageant." . "
    (Bouddha) 
Moteur de recherche