• Pensées revigorantes (23 et fin)

    « D'un événement négatif, il est toujours possible d'extraire une chance. On dit qu'à toute chose malheur est bon, ce qui signifie que si un échec n'est jamais souhaitable, et moins encore une souffrance ou une épreuve, force est de reconnaître que si ceux-ci ne sont pas évitables, il dépend de nous d'en être écrasé ou de faire surgir, sur la forge incandescente de la douleur, une forme nouvelle d'espérance. Une destinée est moins formée par les événements eux-mêmes qui jalonnent une vie, que par la manière dont nous avons su accueillir, interpréter, relier, réajuster, au besoin convertir ces événements. »

     

    « La seule manière de trouver l'amour, le bonheur ou la paix ne consiste pas à les chercher, mais à les donner. Mais, au juste, comment donner ce que l'on n'a pas, alors même que nous le recherchons ? De fait, l'amour, le bonheur ou la paix ne sont pas extérieurs à nous-mêmes, ils sont enfouis en nous, et c'est l'élan du don qui nous permet de les faire jaillir, de les "mettre au monde"... En aidant une vieille dame à traverser la rue et en la soulageant du poids de son sac de provisions, on ne tarde pas à trouver son propre bonheur : il nous attend sur le trottoir d'en face ! Le bonheur apparaît comme une récompense à nos élans altruistes. Il tient parfois à un sac à provisions... un sac dans lequel nous constituons une provision de sourires. Et paradoxalement, plus ce sac est plein, et plus la vie nous est légère. Oui : ce sont précisément ces provisions de sourires qui font s'épanouir sur nos lèvres notre propre sourire. C'est en donnant le bonheur qu'on le reçoit et que, le soir venu, on s'endort heureux. »

     

    « Être à l'écoute, dans le langage moderne, c'est être attentif, dans la disponibilité d'esprit qui permet d'accueillir l'autre dans ses attentes, ses confidences ou l'énoncé libérateur de ses turpitudes. On a peu souligné que, la plupart du temps, lorsque des gens ne s'entendent plus (au sens querelleur de l'expression), c'est parce qu'ils ne s'écoutent pas. Ils ne prennent pas le temps d'accueillir, de recueillir et de respecter la parole de l'autre. L'écoute est à la base du savoir, de la politesse, du discernement, de l'amour, de la foi, du respect, et elle constitue une règle psychologique essentielle pour établir des relations humaines heureuses. N'y a-t-il pas là plus d'une raison de le cultiver à la manière d'un art de vivre ? »

     

    « Nous devons renouer avec la poésie de l'univers. Car l'univers ne cesse d'exprimer sa poésie, avec des pleins et des déliés, des pinceaux de lumière et des poussières d'étoiles, des ponctuations de beauté, des exclamations de ciel bleu, des cascades d'événements. Mais s'ils ont une résonance capitale, tous ces éblouissements infimes sont inscrits en lettres minuscules, et nous avons bien du mal à les déchiffrer. De surcroît, cette poésie suave apparaît comme une langue étrangère dont nous peinons à reconnaître le sens. À force de maîtrise de la matière, l'homme moderne s'est désaccoutumé de la lumière. Réapprenons le langage des fontaines et des sources, des petits liens de connivence, des bonheurs simples de l'enfance, laissons nous inspirer notre journée par le souffle léger de l'aube, par toutes ces palpitations secrètes qui nous mettent en désir et en joie. « J'ai passé bien des heures de ma vie à regarder pousser l'herbe. Je m'identifiais tellement au mode d'existence des choses tranquilles que j'arrivais à participer à leur calme béatitude. » (Georges Sand) »

     

    « C’est dans le silence seulement que tu laisseras une infinité d'éblouissements venir jusqu’à toi » (Odile Dormeuil) Les relations humaines constituent enrichissement incomparable, dès lors que la force du groupe, et ses pulsions grégaires, ne nous incite pas à abdiquer notre moi profond. Au risque d'être moqué, exclu d'un groupe voire humilié, on ne perd jamais son temps à suivre sa singularité légitime et à la faire respecter. Oser être soi est un courage devenu rare, car les influences et les modèles de comportement de l'époque exercent une pression alarmante sur les individus. Il nous faut apprendre à exercer notre vigilance à l'égard d'une forme d'oppression indolore et pourtant insidieusement destructrice : la dictature émotionnelle.

     

    Expérimentons la solitude et le silence ; ils nous donnent précisément de restaurer nos fondamentaux afin que la vigueur de notre discernement nous permette de garder intacte notre liberté intérieure...

     

    Ici se termine les extraits des Pensées revigorantes tome 1 de François Garagnon.

    Je vous conseil vivement de lire ce livre, vous y trouverez une pensée par jour !!!! Un régal.

     

     

     

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :