• N'oublie pas de croire et d'oser 2

     

     

    « N’oublie pas de croire et d’oser » 

     

    « La plupart des hommes s’attachent davantage à savoir qui a raison qu’à savoir ce qui est vrai. Or, la Vérité n’a jamais été un parti pris. » 

     

    « Lorsqu’un nœud est trop embrouillé, on perd souvent patience et on cède plus souvent à la tentation de le couper que de le dénouer. Ainsi des relations humaines lorsqu’elles sont confuses. » 

     

    « Lorsque tu abordes quelqu’un ne te demande pas seulement ce que tu peux attendre de lui, mais aussi ce que tu peux lui apporter. Car si tu n’es pas en mesure de lui apporter quoi que se soit, tu n’as guère à apprendre de lui. » 

     

    « Ne juge pas un homme à sa fonction, mais à son mérite. Tu auras plus de chance de l’estimer à sa juste valeur. » 

     

    « Jamais un homme ne s’est grandi en abaissant les autres. » 

     

    « L’entêtement est une contrefaçon de la persévérance. Cette fausse monnaie ne t’enrichira guère. » 

     

    « La tolérance, comme l’humour, c’est une qualité qu’on exige souvent des autres, sans toujours la maîtriser soi-même. » 

     

    « Ce n’est pas le temps que tu manques. C’est de disponibilité. Et on trouve toujours du temps pour faire ce que l’on veut vraiment. » 

     

    « A 20 ans, on veut refaire le monde 

    A 30 ans, on veut créer un empire, 

    A 40 ans, on veut bâtir une maison, 

    Plus tard, on veut sauver les meubles…. » 

     

    « Enfant, on aime son destin, 

    Adolescent, on défie son destin, 

    Adulte, on se débat avec son destin, 

    Vieillard, on accepte son destin. » 

    « Ne te moque pas de la maladresse de la chenille si tu ne veux pas, plus tard, être raillé par le papillon. » 

     

    « Il y a quelque chose qui n’a pas de prix …. C’est la gratuité. » 

     

    « L’arbre de l’idéalisme cache la forêt de la lucidité. » 

     

    « La sagesse m’a toujours paru se dissimuler là où l’esprit est trop distrait pour s’émouvoir de sa vertu : au cœur secret de l’évidence. Vivre le prosaïque avec un esprit de poète, rendre princières les choses les plus quotidiennes, déceler l’immense richesse des petites choses, guetter la beauté sous l’évènement anodin, aborder la journée nouvelle avec la conscience émerveillée qu’à tout moment peut naître quelque chose d’inédit d’inouï, d’exceptionnel : il n’est pas d’autre art de vivre. 

    Dans tout acte, l’homme laisse sa marque, et son attitude à l’égard des petites choses est sans doute plus révélatrice de sa valeur foncière que celle qu’il déploie, avec une attention inusitée, sur les grandes. » 

    (François Garagnon) 


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :