• La nuit

    La nuit

     

    Elle replie soigneusement la couverture

    Qu’elle étendait aux  quatre pôles de l’horizon

    Elle la roule avec lenteur et précision

    Pour qu’apparaissent le drap et les bleuissures

    Des grains qui vont mouiller routes et buissons.

     

    Cette vieille femme qui porte un ballot de loques,

    C’est elle.

    Elle attend l’autocar des nyctalopes

    Elle reviendra, elle reviendra c’est sûr

    Étendre sur le sol sa ferme couverture.

     

    Raymond Queneau

     


  • Commentaires

    1
    Lundi 13 Juin 2016 à 10:30

    Surprenant de comparer la nuit à une vieille dame et sa couverture. Mais au fond, rien d'étonnant venant du père de Zazie, le surréaliste Raymond Queneau. smile

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :