• JADE et le réenchantement du monde (8)

    Extraits du livre «  JADE et le réenchantement du monde »

    De François GARAGNON

     

     

    La merveille qui émerveille est petite, simple et fragile comme une fleur, et c’est toujours dans l’immobilité attentive qu’on la découvre. Pas dans l’agitation, la vitesse et la hâte, jamais ! C’est bien là qu’est la malédiction du monde moderne : l’humanité chercher à aller d’un endroit à un autre toujours plus vite.

     

    L’amour, c’est quand tu es dans un champ de blé, toute perdue au milieu de milliard de milliard d’épis, et que le rouge coquelicot te saute aux yeux, colore d’un coup ton cœur et tes joues. Comme si l’enchantement du monde s’était réfugié dans cette beauté aussi légère et fragile que des ailes de papillon. Alors, tu ne te sens plus de la même couleur, quelque chose en toi s’est empourpré, tu quittes le froid des jours pour rejoindre la ferveur. Tu te sens éclatante.

     

    Il n’y a que les enfants, les poètes, les amoureux et les fous qui font « oh » devant un coquelicot et qui répondent gaiement à son signe, avant de s’éloigner d’un pas léger, presque aérien, en souriant de la coïncidence. Avec le cœur si dense que devant eux, la vie danse ! et ça t’emmène comme une valse au milieu des étoiles…

     

    JADE et le réenchantement du monde (8)

    Chacra.


  • Commentaires

    1
    Silviastella
    Vendredi 4 Mai à 08:46

    Quel bonheur de lire cet extrait pour se rappeler le précieux ! Merci 

      • Vendredi 4 Mai à 13:51

        Merci de ta visite Sil Bon week-end

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :