KaZeo
+
renal
Follow me
Join now
24 Avril 2014, St fidèle
Rubriques
Newsletter
  • img052.jpg

 BONJOUR

 

Quand plusieurs routes s’offriront à toi et que tu ne sauras pas laquelle choisir, n’en prends pas une au hasard, mais assieds-toi et attends, respire profondément avec confiance, sans te laisser distraire par rien, attends encore et encore, ne bouge pas, tais-toi et écoute ton cœur, puis quand il te parle, lève toi et va où il te porte (Susana Tamaro)

 

 

BIENVENUE SUR MON BLOG
 

N'hésitez pas à aller voir les liens vers d'autres blog, Cliquez-ici

 

martinique 2
(Rocher du Diamant, Martinique)
 

« Etre philosophe, ce n’est pas seulement avoir des pensées subtiles, ni même fonder une école, c’est aimer la sagesse à tel point que l’on vit selon ses exigences : une vie de simplicité, d’indépendance, de générosité, de confiance. C’est résoudre quelques-uns des problèmes de la vie, non seulement en théorie, mais aussi en pratique.

(Thoreau)

 

 Ne juge pas la journée en fonction de la récolte du soir

Mais d’après les graines que tu as semées. »

(Robert Louis Stevenson)

« Rien ne doit troubler le rythme de ton pas. Si ton pas est sûr, qu’elle que soit la nature du sol, ta progression sera irrésistible. La chose est vraie dans toute action. De même dans toute pensée ; si tu sais dompter tes émotions et unifier tes tendances contraires pour les ramener au juste sentiment, la souffrance et la joie se rejoindront dans l’imperturbable sérénité ».

(François Garagnon)

La Rochelle, Tour St Nicolas vus de la Tour de la Chaine (2)

Merci à tous, de vos passages, de vos commentaires, de votre présence. Vous êtes  nombreux à venir chercher un peu de douceur, de paix, et d’amour dans cet espace créé pour  vous.

Alors encore merci,

 

savoir faire
 

Je vous souhaite à tous une année pleine d’espoir, de joie et de bonheur.

Surtout, ne vous laissez pas aller au découragement, il y a toujours une petite lumière qui brille au fond de  votre cœur, pour vous réchauffer.

Rester à l’écoute des petits bonheurs, qui sont présent tous les jours

Autour de vous.

Avec de la joie dans les yeux,

De l’amour dans le cœur,

La vie peut être plus belle.

Merci de vos passages sur mon monde tout au long de cette année.

Renal


Bonjour

A vous tous qui déposer un commentaire sur mon monde,  sachez que je peux le lire, mais en ce moment, un problème technique sur Kazeo, m’empêche de le publier et d’y répondre.

J’espère que bientôt le problème sera résolu.

Merci encore de vos passages et de vos petits mots

D’encouragement.

Le chat

 

Dans ma cervelle se promène,

Ainsi qu’en son appartement,

Un beau chat, fort, doux et charmant.

Quand il miaule, on l’entend à peine.

 

Tant son timbre est tendre et discret ;

Mais que sa voix s’apaise ou gronde,

Elle est toujours riche et profonde.

C’est là son charme et son secret.

 

De sa fortune blonde et brune

Sort un parfum si doux qu’un soir

J’en fus embaumé, pour l’avoir

Caressée une fois, rien qu’une.

 

C’est l’esprit familier du lieu ;

Il juge, il préside, il inspire

Toutes  choses dans son empire ;

Peut être est-il fée, est-il dieu ?

 

Charles Baudelaire

chat
Mercredi 23 Avril 2014 à 12h33 dans Poèmes diversPoster un commentaire

Être jeune

« La jeunesse se reconnaît à trois signes essentiels : la volonté d’amour, la curiosité intellectuelle et l’esprit offensif. »

(Giovanni Papini)

heart

« Adolescence … c’est la fièvre de la jeunesse qui maintient le reste du monde à la température  normale. Quand la jeunesse se refroidit, le reste du monde claque des dents. » (Bernanos)

Chats-111

 

Rester toujours jeune

« Le secret d’une jeunesse qui ne passe pas, c’est susciter, favoriser en nous, autour de nous, tout ce qui épanouit, tout ce qui est accueil, bonté, ouvertures aux autres, capacité d’admirer, joie de vivre… » (Chantecler)

 heart 

« Vous resterez jeune tant que vous serez réceptif à tout ce qui est beau, bon et grand. Réceptif aux messages de la nature, de l’homme et de Dieu avant tout. » (Th. Merton)

Chats-111

 

Savoir Vieillir

 

« Un homme n’est vieux que quand les regrets ont pris chez lui la place des rêves. »(John Barrymore)

 heart 

« Ce qui vieillit, c’est l’égoïsme, l’inutilité voulue, l’ennui. C’est le vide de la vie. Tant que l’on croit à quelque chose, que l’on espère et que l’on aime, tant qu’on garde les yeux accrochés aux étoiles, on ne vieillit pas. » (P. Ferrand)

 heart 

« La vieillesse n’est pas un accident, mais un stade final et normal. Il s’agit de vieillir dans la lucidité et la paix, de savoir dire « Oui » à la mort, comme on dit « Oui » à la vie. (R. Carreres)

 heart 

« Ce qui dépend de nous, c’est de demeurer, si courte et si longue que doivent être notre existence, jeune d’âme et de cœur. » (Daniel Rops)

 

2
Mardi 22 Avril 2014 à 10h23 dans Citations philosophiquePoster un commentaire

 

Les hirondelles

 

Elles me donnent ma leçon de chaque jour.

Elles pointillent l’air de petits cris.

Elles tracent une raie droite,

posent une virgule au bout,

et, brusquement, vont à la ligne.

Elles mettent entre folles parenthèse

la maison où j’habite.

D’une plume d’aile légère,

elles bouclent d’inimitables parafes.

Puis, deux à deux, en accolade,

elles se joignent, se mêlent, et,

sur le bleu du ciel, elles font tache d’encre.

Mais l’œil d’un ami peut seul les suivre,

et si vous savez le grec et le latin,

moi je sais lire l’hébreu que

décrivent dans l’air des hirondelles

de cheminée.

 

Jules Renard « Le sourire de Jules »

viewmultimediadocument
 

 Photo  http://www.paris.fr/pratique/nature-et-biodiversite/oiseaux-parisiens/des-hirondelles-au-carrousel

Lundi 21 Avril 2014 à 17h26 dans Poèmes diversPoster un commentaire

A Mi-chemin De L'existence:

 

À mi-chemin de l'existence
Où plus rien n'est écrit d'avance
Je m'éveille au-dessus du sol
Ma conscience a pris son envol

Je n'étais ni bon ni mauvais
Et pourtant maintenant je sais
Que je peux devenir meilleur
Ouvrir encore plus grand mon cœur

J'ai découvert dans ton amour
Des secrets si forts et si lourds
Qu'il sera plus doux plus léger
D'être à deux pour les partager

Ce qui s'écrit du temps passé
Jamais plus ne peut s'effacer
Mais il reste la vie entière
Pour regarder vers la lumière

Et si des chagrins des blessures
Sont gravés dans notre aventure
Il en reste aussi le meilleur
En joies profondes et en bonheur

J'ai compris qu'il fallait vouloir
Pour bâtir et pour s'émouvoir
À vieillir auprès de ton coeur
L'avenir ne me fait pas peur

Je donnerais ma vie en gage
Pour tout l'amour de ton visage
Et le reste de mes années
S'il fallait, pour recommencer

Chaque jour en tournant la page
Ressemble au début d'un voyage
C'est aujourd'hui que je suis né
Pour revivre et pour espérer

À mi-chemin de l'existence
Où plus rien n'est écrit d'avance
Je suis bien, au-dessus du sol
Mon amour a repris son vol

 

Yves Duteil

 

scan045

 

 

Dimanche 20 Avril 2014 à 21h48 dans ChansonsPoster un commentaire

Œufs de Pâques

Voici venir Pâques fleuries,
Et devant les confiseries
Les petits vagabonds s’arrêtent, envieux.
Ils lèchent leurs lèvres de rose
Tout en contemplant quelque chose
Qui met de la flamme à leurs yeux.

Leurs regards avides attaquent
Les magnifiques œufs de Pâques
Qui trônent, orgueilleux, dans les grands magasins,
Magnifiques, fermes et lisses,
Et que regardent en coulisse
Les poissons d’avril, leurs voisins.

Les uns sont blancs comme la neige.
Des copeaux soyeux les protègent.
Leurs flancs sont faits de sucre. Et l’on voit, à côté,
D’autres, montrant sur leurs flancs sombres
De chocolat brillant dans l’ombre,
De tout petits anges sculptés.

Les uns sont petits et graciles,
Il semble qu’il serait facile
D’en croquer plus d’un à la fois ;
Et d’autres, prenant bien leurs aises,
Unis, simples, pansus, obèses,
S’étalent comme des bourgeois.

Tous sont noués de faveurs roses.
On sent que mille bonnes choses
Logent dans leurs flancs spacieux

L’estomac et la poche vides,
Les pauvres petits, l’œil avide,
Semblent les savourer des yeux.

Marcel Pagnol

paques_054

 

 

 

006

Samedi 19 Avril 2014 à 09h11 dans Poèmes diversPoster un commentaire

Les rayons et les ombres (extrait)

 

Oh ! Que j'étais heureux ! Oh ! Que j'étais candide !

En classe, un banc de chêne, usé, lustré, splendide,

Une table, un pupitre, un lourd encrier noir,

Une lampe, humble sœur de l'étoile du soir,

M'accueillaient gravement et doucement.  Mon maître,

Comme je vous l'ai dit souvent, était un prêtre

À l'accent calme et bon, au regard réchauffant,

Naïf comme un savant, malin comme un enfant,

Qui m'embrassait, disant, car un éloge excite : -

Quoiqu'il n'ait que neuf ans, il explique Tacite.

Puis, près d'Eugène, esprit qu'hélas !

Dieu submergea,

Je travaillais dans l'ombre, et je songeais déjà.

Tandis que j'écrivais, sans peur, mais sans système,

Versant le barbarisme à grands flots sur le thème,

Inventant aux auteurs des sens inattendus,

Le dos courbé, le front touchant presque au Gradus,

Je croyais, car toujours l'esprit de l'enfant veille,

Ouïr confusément, tout près de mon oreille,

Les mots grecs et latins, bavards et familiers,

Barbouillés d'encre, et gais comme des écoliers,

Chuchoter, comme font les oiseaux dans une aire,

Entre les noirs feuillets du lourd dictionnaire.

Bruits plus doux que le bruit d'un essaim qui s'enfuit,

Souffles plus étouffés qu'un soupir de la nuit,

Qui faisaient par instants, sous les fermoirs de cuivre,

Frissonner vaguement les pages du vieux livre !

 

Victor Hugo

 

La-salle-de-classe-de-Titeuf_image_player_432_324.jpg
Vendredi 18 Avril 2014 à 07h46 dans Poèmes de Victor HugoPoster un commentaire
fleurs131
Jeudi 17 Avril 2014 à 13h35 dans Citations en imagesPoster un commentaire

Esprit d’équipe

 

« Il n’est de camarades que s’ils s’unissent dans la même cordée vers le même sommet. » (Saint Exupéry)

 

DSCN0160

« La valeur d’un groupe dépend évidemment de la valeur individuelle des êtres qui le composent, mais plus encore de cet impondérable qu’on appelle la force de cohésion. » (Castelnau)

 

1152444396

« Il s’agit de faire connaissance

D’apprendre à travailler ensemble,

De s’apprécier mutuellement.

De ne laisser aucun talent à l’abandon,

De donner ce que l’on a de meilleur,

De vivre ensemble dans une saine liberté,

De créer de ses mains,

De bâtir, de réaliser,

De construire de la joie et du bonheur,

En soi et autour de soi. »

DSCN0171

« Ni la distance, ni l’absence ne peuvent séparer ceux qu’animent un même idéal et une même prière. »

DSCN0226

« N’oublions pas que nos sourires, nos remerciements, nos menus témoignage de reconnaissance, comptent pour beaucoup dans la conception que nos voisins se font de l’existence. » (A.Cronin)

 

10

 

 

Jeudi 17 Avril 2014 à 08h58 dans Citations philosophiquePoster un commentaire

Parole de Ma Grammaire De L'impossible:

 

Dans ma grammaire de l'impossible,
Tous les mots pourraient s'accorder,
Des plus fragiles au plus sensibles,
Des pluriels au plus singuliers.

Je voudrais que le masculin
S'accorde avec le féminin,
Que la raison l'emporte enfin
Entre les mots du genre humain.

Que nul ne reste dans la marge
et que dans ce monde imparfait,
on conjugue autant le plus large
les droits de l'homme et leur respect.

Qu'on accorde le droit d'asile
A tous les verbes irréguliers,
A tous ces mots sans domicile,
Qui font de nous des étrangers.

Des sans espoirs, des sans recours,
Sans refuge et sans illusions,
Sans foi ni loi et sans amour
A la porte de nos maisons.

A tous les noms dont l'origine
S'est perdue dans la nuit des temps
Et dont les branches ont pris racine
Dans la terre de leurs enfants.

Qu'on efface les dictionnaires,
Les règles injustes et les accords,
Qui portent le feu et le fer
Jusqu'à l'article de la mort.

Que nos langues si différentes
Apprennent enfin à s'écouter
Et s'unissent dans la tourmente
Aux confins de l'humanité.

Pour briser les murs du silence
Dans les regards et les pensées,
Ouvrir les portes de l'enfance
A tous les vents du verbe aimer.

Dans ma grammaire de l'impossible
Où les mots seraient mesurés
Les mensonges seraient passibles
De la peine qu'ils ont causée.

Et les sentences inacceptables
Seraient frappées de nullité,
Marquées d'un sceau ineffaçable
Et bannies pour l'éternité.

Finis les écarts de langage,
Les détournements de pensée
Les mots trompeurs qui font barrage
Au chemin de la vérité.

Pour ma grammaire de l'impossible,
J'ai choisi d'écrire le meilleur
Mais sans rien occulter du pire
Ni les larmes, ni la douleur.

Et je rêve la couverture
Du grand livre de l'avenir,
Au chapitre de l'aventure
Qu'il nous reste encore à écrire.

Avec des mots qui nous inspirent
Bien au-delà des dictionnaires
Pour commencer à nous construire
Dans la langue de l'Univers.

 

Yves Duteil

 

oiseau074
Mercredi 16 Avril 2014 à 12h06 dans ChansonsPoster un commentaire
DSC_0366
Mardi 15 Avril 2014 à 09h04 dans Citations en imagesPoster un commentaire

Bonheur

 

La lumière est sur nous comme un buisson d'abeilles.

 En nous vibre une vaste et vermeille rumeur,

Le monde recommence où nos âmes pareilles

Vont piller les vergers du bonheur :

 

Ce que les cœurs puissants ont rêvé de saisir,

La vie épanouie en gerbe jusqu'aux cimes,

La tendresse, l'éclair, les regrets, le désir,

Quels astres, quelles fleurs !  

Fût-ce au bord des abîmes.

 

Violette Rieder

 

bretagne 10243
Mardi 15 Avril 2014 à 09h00 dans Poèmes diversPoster un commentaire

« Proverbes Africain »

« Le poisson a confiance en l’eau et c’est dans l’eau qu’il est cuisiné. »

heart

« Si tu prends le chemin de je-m’en-fous, tu vas te retrouver dans un village de si-je-savais. »

heart

« Ce n’est pas le jour de la chasse qu’il faut dresser le chien. »

heart

« Si tu te tapes la tête contre une cruche et que ça sonne creux, n’en déduis pas forcément que c’est la cruche qui est vide. »

heart

« Même si le poisson qui vit dans l’eau a toujours soif. »

heart

«  L’eau chaude n’oublie pas qu’elle a été froide. »

heart

« Tant que les lions n’auront pas leurs propres historiens, les histoires de chasse continueront de glorifier le chasseur. »

heart

« Le fleuve fait des détours parce que personne ne lui montre le chemin. »

heart

« Quand le soleil se lève, il n’a pas besoin de dire qu’il le fait. »

heart

« Quand on a un marteau dans la tête, on voit tous les problèmes sous la forme d’un clou. »

heart

« Peu importe la direction du vent, le soleil suit toujours son chemin. »

heart

« Le grillon tient dans le creux de la main, mais on l’entend dans toute la prairie. »

heart

« Un tronc d’arbre a beau séjourner dans le fleuve, il ne se transformera jamais en crocodile. »

heart

« Quand un arbre tombe, on l’entend ; quand la forêt pousse, pas un bruit. »

heart

« Si tu regardes une image très laide, vérifie que ce ne soit pas ton reflet. »

heart

(Extraits du livre « Comment savoir si vous êtes noir » de Félicité Kindoki et Espérance Miezi)

 

La Rochelle, Tour Ste Nicolas (3)
Lundi 14 Avril 2014 à 16h47 dans Proverbes de pays diversPoster un commentaire

Le Jardin et la Maison

 

Voici l'heure où le pré, les arbres et les fleurs

Dans l'air dolent et doux soupirent leurs odeurs.

 

Les baies du lierre obscur où l'ombre se recueille

Sentant venir le soir se couchent dans leurs feuilles.

 

Le jet d'eau du jardin, qui monte et redescend,        

Fait dans le bassin clair son bruit rafraîchissant ;

 

      La paisible maison respire au jour qui baisse

Les petits orangers fleurissent dans leurs caisses.

 

Le feuillage qui boit les vapeurs de l'étang

Lassé des feux du jour s'apaise et se détend.

 

Peu à peu la maison entrouvre ses fenêtres

Où tout le soir vivant et parfumé pénètre,

 

Et comme elle, penché sur l'horizon, mon cœur

S'emplit d'ombre, de paix, de rêve et de fraîcheur...

 

Anna de Nouailles

07-08-2013 - 018 - Tokyo - Hama-rikyu Goyen
Lundi 14 Avril 2014 à 09h09 dans Poèmes diversPoster un commentaire

 

ligne_2_077

« C’est en osant exprimer ce qui résonne ou retentit en moi, à partir du dit de l’autre, que je peux, parfois, le rejoindre dans ses propres interrogations. Pas toujours, mais un témoignage de soi, vaut mieux qu’un discours sur l’autre. »

ligne_2_077

« Pour nous défendre et nous immuniser contre les cinq grandes déviances possibles dans une relation, qui sont l’équivalent d’un cancer, pouvons nous en détecter les principaux germes ?

Eviter les injonctions à base de « Tu dois » et « Il faut ».

Supprimer les dévalorisations et les disqualifications : «  Tu n’es pas capable » «Tu n’y arriveras pas.. »

Ne plus proférer de menaces réelles ou fantasmées : «  Tu va me faire mourir de peur » « Tu vas te faire mal ».

S’abstenir d’exercer du chantage : « Si tu ne fais pas….dans le sens de mes attentes ou de mes désirs, je te quitte ! »

Se dispenser de culpabiliser : « C’est à cause de toi, que je suis malheureux ou je souffre. »

ligne_2_077

 

 

« La matière première la plus précieuse au monde, me semble être la communication relationnelle. Cette communication susceptible :

de nous relier (sans nous attacher),

de partager (sans être envahi), des rêves, des projets, des idées.

de témoigner (sans être possessif) de sentiments,

d’exprimer (sans vouloir les imposer) des croyances.

 

2013-07-19 09.17.09Gite a Plouhinec  (2)
Lundi 14 Avril 2014 à 08h57 dans JACQUES SALOME (Pensées)Poster un commentaire
Horloge
Statistiques
  • 3 connecté(s)
    Total de 1 475 098 visiteur(s)
    Site créé le 13/06/2007
    Mise à jour le 23/04/2014
Citation du jour
  • " On ne diminue jamais le bonheur en le partageant." . "
    (Bouddha) 
Moteur de recherche