• J’ai cueilli cette fleur…

    J’ai cueilli cette fleur…

     

    J’ai cueilli cette fleur pour toi sur la colline.

    Dans l’âpre escarpement qui sur le flot s’incline,

    Que l’aigle connaît seul et peut seul approcher,

    Paisible, elle croissait aux fentes du rocher.

    J’ai cueilli cette fleur pour toi, ma bien-aimée

     

    Elle est pâle, et n’a pas de corolle embaumée,

    Sa racine n’a pris sur la crête des monts

    Que l’amène senteur des glauques goémons ;

    Moi, j’ai dit : Pauvre fleur, du haut de cette cime,

    Tu devais t’en aller dans cet immense abîme

    Où l’algue et le nuage et les voiles s’en vont.

    Va mourir sur un cœur, abîme plus profond.

    Fane-toi sur ce sein en qui palpite un monde.

    Le ciel, qui te créa pour t’effeuiller dans l’ombre,

    Te fit pour l’Océan, je te donne à l’amour

     

    Victor Hugo (extrait)

     

    J’ai cueilli cette fleur…


  • Commentaires

    1
    Lundi 26 Septembre 2016 à 16:38

    Très joli poème surtout pour cette période où fleurissent les dernières fleurs avant le repos hivernal.

    J'aime la sensibilité de Victor Hugo.

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :