• Extraits du livre "La liberté vécue avec la force de la foi" (8)

    (Extrait du livre « La liberté vécue avec la force de la foi »

    De Jutta Burggraf)

     

    Avec la force de l’Esprit

     

     « Le Christ est venu pour inviter chacun de nous à l'intimité avec Dieu. Il tient à déverser sa grâce sur tous les hommes et veut que son Esprit touche le derniers de ses « serviteurs et ses servantes ». Normalement l'Esprit Saint, avec le Père et le Fils, prend possession de notre cœur à travers la prière et les sacrements. « Quant à nous, écrit saint Athanase, sans l'Esprit, nous sommes des étrangers loin de Dieu. Au contraire, si nous partageons l'Esprit, nous nous unissons à la divinité.» L'Esprit agit au plus profond de notre être tout en écoutant de façon mystérieuse la réponse de notre liberté. » Son activité en nos âmes est une motion, et il nous sanctifie et il nous meut avec la douceur de l'amour et avec l'efficacité de la toute-puissance, toutes les activités de notre être. Lui seul peut agir de la sorte puisque lui seul peut pénétrer au plus profond du sanctuaire de l'âme, caché au regard de toutes les créatures. Lui seul peut nous mouvoir ainsi, puisque lui seul possède le secret divin pour atteindre les sources, de l'activité humaine sans que ses actes ne cessent d'être (vitaux et libres.) »

     

    C'est un mystère d'amour. Dieu veut être à nous et veut que nous soyons à Lui. « Nos actes les plus intimes de foi, d'amour et d'espérance, nos dispositions spirituelles et nos sentiments, nos résolutions les plus personnelles et libres, toutes ces réalités qui témoignent de ce que nous sommes, sont de telle sorte imprégnées de son souffle, que, au fond de notre subjectivité, le dernier sujet, c'est Lui.

     

    Seigneur,

    Faites-nous vivre de notre vie,

    Non comme un jeu d’échecs où tout est calculé,

    Non comme un match où tout est difficile,

    Non pas comme théorème qui nous casse la tête

    Mais comme une fête sans fin où votre rencontre se renouvelle,

    Comme un bal,

    Comme une danse

    Entre les bras de votre grâce ;

    Dans la musique universelle de l’amour.

    (Madeleine Delbrel)

     

    « Si l’on veut être obéi, il faut très peu commander. Lorsqu’on est appelé à former des personnes, à n’importe quel niveau, il faut savoir insister sur les points essentiels, pour laisser libre cours à la spontanéité et à la liberté des différentes mentalités, des caractères, de la situation spécifique de chaque individus. S’il y a trop de règles pour les choses banales du quotidien, on court le risque d’opprimer les gens, de les étouffer par ce carcan de normes superflues et de n’obtenir que passivité et tristesse. En effet, l’homme est non seulement libre, mais il faut qu’il se sente libre pour pourvoir agir dans la créativité et la joie. »

    castres3
     
    Castres

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :