• EXTRAIT DE LA DERNIERE LECON DE MITCH ALBOM

    Extrait de « La dernière Leçon » 

    De Mitch Albon 

     

     « Accepte ce que tu peux faire et ce que tu ne peux pas faire. » 

    « Le passé est le passé, accepte le sans le nier, sans le rejeter. Apprend à te pardonner et pardonner aux autres. Ne pense pas qu’il est trop tard pour t’engager. » 

      

    « La tension des contraires :  La vie ne cesse de nous tirailler d’avant en arrière.  On veut faire une chose, et on est obligé d’en faire une autre. Quelque chose nous blesse et pourtant nous savons que cela ne devrait  pas nous blesser. On prend certaines choses pour acquises ; même si on sait qu’on ne devrait jamais rien prendre pour tel.

     

    « La tension des contraires imagine un élastique sous tension nous vivons pour la plupart quelque part au milieu. Et dans ses contraires c’est l’amour qui gagne, l’amour gagne toujours ». 

      

    « Tant de gens vont et viennent dans une vie dénuée de sens. On dirait qu’ils sont à moitié endormis, même quand ils sont très occupés à faire ce qui leur paraît important. Sans doute se trompent-ils dans la poursuite de leurs objectifs … ce qui donne un sens à la vie, n’est ce pas  de se consacrer  à l’amour des autres, de ceux qui vous entourent et de créer quelque chose qui donne un but et un sens à l’existence… ». 

      

    « Quand les gens me demandent si il faut ou non avoir des enfants, je dis simplement : «  Rien ne vaut le fait d’avoir des enfants » 

    Rien ne remplace cette  expérience, pas même un ami, pas même une maitresse. Si on veut apprendre à aimer et à créer un bien vraiment profond, alors il faut avoir des enfants. » 

      

    « Prend n’importe quelle émotion, l’amour pour une femme, le chagrin pour un être aimé ou que j’éprouve la peur et la douleur qu’engendre une maladie mortelle. Si tu retiens tes émotions si tu ne t’autorises pas à les vivres d’un bout à l’autre, alors tu n’arrives pas à t’en détacher, tu es trop occuper par ta peur, tu as peur de la douleur, peur du chagrin, peur de la vulnérabilité qu’entraine l’amour. » 

      

    « Mais en te jetant dans ces émotions, en te permettant de plonger dedans jusqu’au fond et même au-delà, tu les ressens pleinement. 

    Alors tu sais ce qu’es la douleur, tu sais ce qu’est le chagrin, et seulement alors tu peux dire « D’accord j’ai éprouvé cette émotion je l’ai reconnue, maintenant j’ai besoin de m’en détacher un moment » » 

      

    « Plus on vieillit, plus on apprend. Si tu restais âgé de 22 ans, tu serais toujours aussi ignorant que tu l’étais alors. Vieillir  ce n’est pas seulement se détériorer, c’est croître, ce n’est pas seulement allé vers la mort, ce qui peut être négatif, c’est également comprendre que l’on va mourir ce qui est positif alors on vit mieux ». 

      

    « Il faut que tous les jeunes le sachent, quand on passe son temps à se battre contre la vieillesse, on finit toujours pas être malheureux, parce qu’elle arrive de toute façon. » 

      

    « Il faut découvrir ce qui est bon, vrai et beau dans la vie telle qu’elle se présente aujourd’hui. Regarder en arrière nous oblige à comparer, et la vieillesse n’est pas une affaire de compétition. » 

      

    « Les gens sont tellement affamés d’amour qu’ils acceptent n’importe quel substitut. Ils serrent dans leur bras des choses matériels dans l’espoir d’être payer en retour. Mais cela ne marche jamais, aucun bien matériel ne peut remplacer l’amour, la douceur la tendresse ou le sens de la canarderie. L’argent ne remplace pas la tendresse pas plus que le pouvoir d’ailleurs. » 

      

    « Consacre-toi à l’amour des autres, consacre toi à la création de quelque chose qui te donne un but et un sens. » 

      

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :